Une commune wallonne sur cinq envisage de licencier dans les deux ans à venir

10/12/13 à 14:29 - Mise à jour à 14:29

Source: Le Vif

(Belga) Quelque 20% des communes wallonnes envisagent de licencier du personnel dans les deux ans tandis que 13% ont déjà licencié ces deux dernières années, selon un sondage présenté mardi et réalisé auprès des 262 communes wallonnes par l'Union des Villes et Communes de Wallonie (UVCW) afin d'établir "Douze propositions-clés pour la législature 2014-2019".

"Les bourgmestres craignent le retour de la commune 'simple guichet'. Ils ont comprimé leurs dépenses au maximum, en ne remplaçant pas les départs en pension (37%) ou en licenciant du personnel (13%), avant de songer à d'autres mesures, comme de reporter ou d'abandonner de grands investissements (62%). L'ultime recours est de toucher le citoyen, avec la hausse des tarifs des services (35%) et la fermeture de certains services (5%)", a expliqué Michel L'Hoost, responsable communication de l'UVCW. Le personnel (66%), la police (56%), le CPAS (50%) et les pompiers (38%) représentent un impact budgétaire lourd tandis que le manque de moyens financiers (76%) et la pression réglementaire (67%) sont des entraves à la gestion. Les enjeux des communes sont la sécurité (61%), le logement (50%), la cohésion sociale (43%) et le développement économique (42%). La plupart des communes ont l'intention de réaliser des efforts internes, de comprimer les dépenses, de diminuer les investissements et d'appliquer une très nette hausse de la fiscalité. Elles envisagent également de mettre davantage de synergies en place, avec le CPAS, les paralocaux et les communes voisines. (Belga)

Nos partenaires