Une candidature à la formation policière rejetée après 6 ans: la police enquête

09/07/14 à 20:28 - Mise à jour à 20:28

Source: Le Vif

(Belga) La police fédérale va examiner pourquoi une décision portant sur l'admission à l'école de police d'un candidat a pris plus de six ans. Un homme interviewé mardi par l'émission flamande Terzake a fait savoir que, malgré les épreuves de sélection réussie, il n'a pas pu commencer la formation policière. L'homme en question, un Anversois d'origine marocaine, s'est vu refuser l'accès sur base d'une enquête de moralité faisant ressortir des antécédents. "Pour un tel refus, il doit vraiment y avoir des raisons fondées", pense la police fédérale.

Une candidature à la formation policière rejetée après 6 ans: la police enquête

Rachid Talbioui, un agent de sécurité, a réussi les examens de sélection pour rentrer à la police il y a six ans et deux mois. Jusqu'à il y a peu, il est resté dans l'incertitude quant à son admission à l'école de police. Quelques jours après l'enregistrement de l'interview pour Terzake, l'homme a tout de même reçu une réponse, négative. Le casier judiciaire de deux de ses frères et le fait qu'il aurait menti sur son statut matrimonial, entre autres, ont occasionné un refus. "Six ans, cela semble en effet très long", reconnaît Peter De Waele, porte-parole de la police fédérale. "Nous allons donc maintenant examiner s'il était réellement nécessaire de mener une si longue enquête de moralité." Peter De Waele admet que, dans tous les cas, tout le monde doit être traité de la même manière pendant la procédure de recrutement, indépendamment de son origine. Le syndicat SLFP-Police dit pour sa part "avoir connaissance de quelques cas difficiles, tout simplement parce que l'enquête de moralité à l'égard de ces candidats relève des éléments posant question, exigeant analyse et demandant du temps". Le SLFP Police estime qu'une enquête de moralité stricte et rigoureuse est donc nécessaire. " A notre connaissance, il n'y a aucune politique de frein à l'adresse d'une ou l'autre catégorie de candidats au sein de la population", conclut le syndicat. (Belga)

Nos partenaires