Un tribunal de Stockholm maintient le mandat d'arrêt contre Julian Assange

16/07/14 à 20:16 - Mise à jour à 20:16

Source: Le Vif

(Belga) Un tribunal de Stockholm a maintenu mercredi le mandat d'arrêt européen contre le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, accusé d'agressions sexuelles, au cours d'une audience publique.

Un tribunal de Stockholm maintient le mandat d'arrêt contre Julian Assange

La décision du tribunal constitue un revers pour l'Australien, âgé de 43 ans, qui vit depuis deux ans reclus dans l'ambassade d'Equateur à Londres, afin d'éviter d'être extradé en Suède. Au cours de l'audience, les procureurs ont demandé le maintien du mandat, émis fin 2010. Les avocats d'Assange, qui ont fait valoir que l'enquête avait été démesurément longue, ont annoncé qu'ils feraient appel de la décision. En conséquence Julian Assange, qui craint d'être in fine extradé vers les Etats-Unis, restera dans l'ambassade d'Equateur à Londres, a déclaré l'avocat de la défense Per Samuelson, cité par l'agence suédoise TT. Le mandat d'arrêt avait été lancé fin 2010 à la suite d'une plainte déposée par deux Suédoises qui accusent le fondateur de WikiLeaks de viol et d'agression sexuelle, dans la région de Stockholm cette année là, accusations que réfute Julian Assange. Depuis juin 2012, M. Assange s'est réfugié à l'ambassade d'Equateur à Londres après avoir épuisé tous les recours légaux auprès des tribunaux britanniques pour éviter l'extradition vers la Suède. Il craint d'être in fine extradé vers les Etats-Unis, où WikiLeaks a fait couler beaucoup d'encre lors de la publication de milliers de documents classés secrets. Fin 2010, WikiLeaks a été à maintes reprises à l'origine de révélations surprenantes sur les activités gouvernementales menées à l'abri des regards, dans le monde entier. Allant de documents secrets sur les guerres en Afghanistan et en Irak à des commentaires confidentiels de diplomates américains, WikiLeaks a fourni au public des informations sans précédent sur la scène politique internationale. M. Assange a reconnu que même en cas d'annulation du mandat d'arrêt par le tribunal suédois, cela ne signifierait pas la fin de l'histoire, puisqu'il craint des poursuites aux Etats-Unis. (Belga)

Nos partenaires