Un policier de Comines tire en rue puis se suicide à Ypres

23/08/12 à 17:22 - Mise à jour à 17:22

Source: Le Vif

(Belga) Une séparation amoureuse est à l'origine du drame qui s'est joué mercredi soir dans la région de Comines où un policier de la zone a tiré deux coups de feu en rue avant de mettre fin à ses jours avec son arme de service. Cet ancien gendarme n'a touché personne.

Les faits ont commencé à Bas-Warneton, dans l'entité de Comines. Séparé de sa compagne depuis quelques jours, X. C., un Lessinois âgé de 41 ans, s'est rendu vers 21h30 au domicile des parents de sa concubine. Ce policier de la zone de Comines souhaitait voir sa fille, âgée de 4 ans et demi. Très énervé, l'intéressé a dégradé plusieurs véhicules. Alors que les forces de l'ordre étaient alertées, l'homme s'est éclipsé et s'est rendu au domicile de sa première femme avec qui il avait également eu des enfants. Sur place, X. C. a tiré à deux reprises en rue, une fois en direction d'une personne, une seconde fois vers une façade. Personne n'a été blessé. Localisé par ses collègues, l'irascible a pris la fuite en voiture. Durant cette course-poursuite, les policiers de Comines sont entrés en communication par GSM avec le fuyard, lui demandant d'arrêter sa voiture. Rien n'y a fait. Le chauffard ayant coupé son portable, les policiers ont tenté de le calmer via le haut-parleur de leur véhicule. Dans l'arrondissement judiciaire d'Ypres, l'homme a connu un problème avec une de ses roues et s'est arrêté. Vers 23h00, alors que ses collègues s'approchaient, X.C. s'est suicidé avec son arme de service, un pistolet Glock. X. C. est entré en 1992 à la gendarmerie, puis a rejoint la zone de police de Comines à la fusion des corps de polices. L'intéressé, qui avait connu divers problèmes familiaux, était en congé depuis la mi-août et devait reprendre le travail au début du mois de septembre. Le service social de la police et le service d'aide aux victimes est descendu à Comines afin d'apporter une aide psychologique. Une enquête a été ouverte par la police judiciaire fédérale de Tournai ainsi que le Comité P. (COR 816)

Nos partenaires