Un petit australien de huit ans décède après avoir été mordu par une chauve-souris

21/03/13 à 11:36 - Mise à jour à 11:36

Source: Le Vif

(Belga) Des épidémiologistes ont lancé un appel à la vigilance de par le monde jeudi après la mort d'un jeune Australien de huit ans, mordu ou griffé par une chauve-souris et décédé fin février d'une infection virale apparentée à la rage.

Un petit australien de huit ans décède après avoir été mordu par une chauve-souris

Le garçonnet est le troisième patient à succomber depuis 1996 au lyssavirus de la chauve-souris australienne (ABLV) pour lequel il n'existe ni prophylaxie ni traitements efficaces. Les docteurs Joshua Francis et Clare Nourse, de l'hôpital pour enfants de Brisbane, ont exhorté la population d'éviter les chauves-souris, rappelant également qu'une transmission de l'ABLV d'un être humain à un autre était théoriquement possible, sans cependant avoir été démontrée. Détecté notamment chez la chauve-souris et le renard volant, "l'ABLV a été mortel dans tous les cas déclarés jusqu'à présent. Il faut renforcer la vigilance de la population quant aux risques associés aux chauves-souris", a déclaré Joshua Francis lors d'une conférence à Canberra. Le garçon a été mordu pendant ses vacances en famille dans l'État australien du Queensland en décembre dernier, sans avertir ses parents. Trois semaines plus tard, il a commencé à souffrir de convulsions, de douleurs abdominales, de fièvre puis de troubles cérébraux. Il est tombé dans le coma et a succombé le 22 février. Selon une étude du centre médical Erasmus à Rotterdam, le nouveau virus de la famille des coronavirus, responsable du décès d'un Saoudien en juin 2012, est très proche de virus découverts sur des chauves-souris en Asie. Les coronavirus font partie d'une large famille qui inclut des virus responsables de simples refroidissements, mais aussi le "SRAS" (syndrome respiratoire aigu sévère), qui a provoqué une épidémie de "pneumonie atypique" à l'origine de la mort de plus de 800 personnes dans le monde en 2003. Les chauves-souris, déjà soupçonnées d'être un "réservoir naturel" du coronavirus responsable du SRAS, selon une étude publiée en 2005, abritent par ailleurs le virus responsable de la fièvre hémorragique Ebola. Une nouvelle souche de la grippe A a également été découverte chez des chauves-souris au Guatemala en février 2012. (DEL)

Nos partenaires