Un ancien para-commando irradié en Bosnie a développé un cancer de la thyroïde

31/01/13 à 14:39 - Mise à jour à 14:39

Source: Le Vif

(Belga) Un ancien para-commando liégeois atteint de plusieurs maladies, dont un cancer de la thyroïde, tente depuis plusieurs années d'obtenir de la Défense nationale la reconnaissance de son invalidité après avoir été irradié lors d'une mission des Casques bleus en Bosnie en 2004. Frédéric Dichamp, âgé de 39 ans, présente une invalidité de 75%. Mais le SPF Défense refuse de reconnaître que son invalidité est liée à une irradiation à l'uranium appauvri.

Cet habitant de Boncelles a participé à plusieurs missions à l'étranger des Casques bleus. Il a notamment accompli des missions en Bosnie en 1994, au Kosovo en 2002 et au Liban en 2007. Après son retour de Bosnie, il a développé un cancer de la thyroïde, à l'époque où le syndrome des Balkans était encore inconnu. Traité et guéri, il a ensuite été reconnu apte au service. Mais après une mission qui s'est mal déroulée au Liban en 2007, son cancer s'est à nouveau développé en même temps que d'autres maladies. "Toutes ces maladies sont liées au fait que Frédéric Dichamp a été exposé à l'utilisation d'uranium appauvri lors de sa mission en Bosnie. Mais en Belgique, contrairement à ce qui s'est produit avec les militaires italiens, néerlandais et anglais, le SPF Défense refuse de reconnaître que ses hommes ont été exposés", a précisé l'avocat de ce militaire, Me Jean-Pierre Jacques. Invalide à 75%, Frédéric Dichamp tente d'obtenir une pension de réparation. "L'armée n'endosse que 15% de l'invalidité et rejette l'invalidité liée au cancer. Elle nie la problématique de l'utilisation d'uranium appauvri", regrette Frédéric Dichamp, dont le dossier doit être examiné par une commission d'appel. (PVO)

Nos partenaires