Ukraine - Un soutien au gouvernement mais pas sans les réformes nécessaires

10/03/14 à 20:59 - Mise à jour à 20:59

Source: Le Vif

(Belga) "Nous sommes prêts à soutenir le gouvernement ukrainien et à accroître la pression sur la Russie mais le gouvernement doit aussi mener les réformes internes nécessaires, pas seulement à l'égard des minorités mais aussi dans la lutte contre la corruption et dans des secteurs comme ceux de l'énergie ou des banques", a expliqué lundi le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, au retour de la mission qu'il a menée en Ukraine avec ses collègues du Benelux.

Le ministre belge a insisté sur l'importance d'accroître la pression sur la Russie pour entamer un dialogue dans le dossier de la Crimée. Il redoute l'évolution du conflit vers un conflit gelé, ce qui est inacceptable à ses yeux. Selon lui, l'Ukraine doit toutefois mener un dialogue interne sur ce qu'elle veut pour elle-même, notamment l'autonomie de certaines provinces et les garanties de protection des minorités. Si les minorités sont suffisamment protégées, l'argument de Moscou justifiant son intervention en Crimée ou dans d'autres régions où la présence russe est importante est caduc. M. Reynders ne veut pas non plus éluder certains problèmes, dont la corruption. A ses yeux, un soutien économique sans une lutte efficace contre le phénomène a peu de sens. Le ministre belge dit avoir retenu une impression positive du gouvernement ukrainien actuel. Les rapports de la Commission européenne sont également positifs, ce qui rend possible la signature du volet politique de l'accord d'association avec l'Union européenne avant les élections du 25 mai, estime-t-il, "mais les progrès de Kiev doivent être constants". Le dossier ukrainien constitue par ailleurs une occasion d'ouvrir le débat sur une défense et une diplomatie européenne, juge encore M. Reynders. L'Ukraine n'est qu'à quelques milliers de kilomètres de Bruxelles, le pays est frontalier de plusieurs États membres, a-t-il fait remarquer. (Belga)

Nos partenaires