Ukraine: rencontre Steinmeier/Fabius/Lavrov/Klimkine mercredi à Berlin

01/07/14 à 21:16 - Mise à jour à 21:16

Source: Le Vif

(Belga) Les chefs de la diplomatie allemande, française, russe et ukrainienne se réuniront mercredi à Berlin pour des discussions sur la crise en Ukraine, a-t-on appris mardi de source diplomatique française.

Frank-Walter Steinmeier, Laurent Fabius, Serguei Lavrov et Pavlo Klimkine se retrouveront dans l'après-midi pour des pourparlers sur la crise, alors que Kiev a repris ses opérations militaires contre les séparatistes pro-russes dans l'est du pays, et que Moscou l'accuse de torpiller le processus de paix. Le cessez-le-feu --que les autorités ukrainiennes ont refusé de prolonger--, la reprise de négociations entre Kiev et les insurgés, et le rôle de l'OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) seront au coeur des discussions. A Moscou, le ministère des Affaires étrangères a indiqué que Sergueï Lavrov avait "soutenu la proposition de M. Steinmeier de tenir à Berlin le 2 juillet une rencontre entre les ministres des Affaires étrangères de la Russie, l'Allemagne, la France et l'Ukraine dans la lignée des entretiens qui ont lieu lors le 30 juin entre les dirigeants de ces quatre pays". Les quatre responsables se réuniront en début d'après midi et tiendront une conférence de presse à 17H00 GMT, avant un dîner informel, selon une source diplomatique. Kiev a repris mardi son opération militaire contre les rebelles dans l'Est, s'attirant une réaction acerbe du président Vladimir Poutine qui voit dans l'affaire ukrainienne une volonté occidentale d'avancer vers la Russie. Le président ukrainien Petro Porochenko "endosse désormais la responsabilité" de la poursuite des opérations militaires dans l'est du pays, a estimé mardi Vladimir Poutine, tandis que Serguei Lavrov accusait Kiev de "torpiller" le processus de paix. La non-reconduction du cessez-le-feu, annoncée solennellement par le président Porochenko dans un discours télévisé à la Nation, a signé l'échec des efforts de Moscou et des Européens représentés par Berlin et Paris, qui avaient cherché lundi à le faire prolonger. (Belga)

Nos partenaires