Ukraine - A Kiev, la parade de l'indépendance "les larmes aux yeux"

24/08/14 à 14:23 - Mise à jour à 14:23

Source: Le Vif

(Belga) Des colonnes de blindés, lance-roquettes et systèmes de défense antiaérienne passent sur le Maïdan, place centrale de Kiev qui célèbre dimanche son 23e anniversaire de l'indépendance au milieu d'un conflit sanglant avec les séparatistes prorusses dans l'Est.

Ukraine - A Kiev, la parade de l'indépendance "les larmes aux yeux"

"C'est une parade les larmes aux yeux", confie Natalia Roslova, une trentenaire portant une chemise brodée traditionnelle ukrainienne comme ses deux enfants venus pour la première fois assister au défilé militaire. En pleine guerre dans l'Est qui a coûté la vie à plus de 2.200 personnes dont 722 soldats, l'Ukraine a décidé de renouer avec le grand défilé sur la place de l'Indépendance avec des armes lourdes, ce qui n'avait pas eu lieu depuis 2009. "Cette parade n'est pas faite pour en mettre plein la vue, mais pour rendre hommage à nos gars qui font la guerre et périssent dans l'Est. Il faut leur remonter le moral. Nous pensons à eux, nous prions pour eux", raconte Natalia. Des milliers d'Ukrainiens, la plupart portant des chemises brodées ou arborant les couleurs nationales, bleu et jaune, avec drapeaux, fanions ou boucles d'oreille ont acclamé le passage d'une unité qui vient de revenir de la zone des combats. Après le défilé des soldats, les blindés, mortiers, lance-roquettes multiples et systèmes de défense antiaérienne roulent sur l'avenue principale de Kiev, Khrechtchatik, et la mythique place de l'Indépendance, le Maïdan, haut lieu de la contestation ayant conduit en février à la chute du régime prorusse de Viktor Ianoukovitch après un bain de sang. Une minute de silence est observée pour rendre hommage aux quelque 100 manifestants tués dans les rues qui accueillaient dimanche le défilé dans le centre de Kiev. Le président Petro Porochenko a promis dimanche de débloquer des milliards d'euros dans les années à venir pour moderniser l'armée ukrainienne jugeant que ses prédécesseurs avaient sous-estimé la menace russe. (Belga)

Nos partenaires