Uber: Neelie Kroes furieuse contre la décision de la justice belge et contre Grouwels

15/04/14 à 18:56 - Mise à jour à 18:56

Source: Le Vif

(Belga) La commissaire européenne en charge de l'agenda digital, Neelie Kroes, est furieuse contre la décision du tribunal de commerce de Bruxelles ordonnant à la société américaine Uber de cesser ses activités de covoiturage entre particuliers. Elle l'a fait savoir mardi à grand renfort de tweets indignés et d'un article sur son blog.

Uber: Neelie Kroes furieuse contre la décision de la justice belge et contre Grouwels

"Je suis scandalisée par la décision rendue par un tribunal bruxellois d'interdire Uber", écrit-elle. "Sont-ils sérieux ? Quel genre de système judiciaire est-ce donc ?" "Cette décision ne protège ou n'aide en rien les passagers. Il s'agit juste d'aider un cartel de taxis. La ministre régionale est Brigitte Grouwels. Son titre est celui de 'ministre de la mobilité', mais il devrait peut-être être 'ministre de l'anti-mobilité'", dénonce le commissaire néerlandaise, connue pour son franc-parler. Elle interpelle d'ailleurs Mme Grouwels sur Twitter, où elle a créé le mot-dièse "UberIsWelcome". "Uber est le bienvenu. Nous ne somme pas au 19e siècle", précise-t-elle. Le tribunal de commerce de Bruxelles a ordonné à la société américaine Uber de cesser ses activités de covoiturage entre particuliers, dans un jugement rendu la semaine dernière. Cette condamnation, agrémentée d'une astreinte de 10.000 euros par infraction constatée, est la conséquence d'une plainte introduite par la société Les Taxis Verts. Depuis son arrivée sur le marché bruxellois, Uber, dont Google est actionnaire, s'était attiré les foudres des sociétés de taxis et de la Région bruxelloise. La ministre bruxelloise des Transports, Brigitte Grouwels, avait mis la société en demeure de cesser ses activités, en vain. Récemment, trois associations de taxis avaient mis la ministre en demeure. Si Uber n'avait pas cessé ses activités pour le 15 avril, ces sociétés avaient laissé entendre qu'elles se sentiraient déliées de l'obligation de respecter la législation bruxelloise en matière de transport des personnes. (Belga)

Nos partenaires