Tunisie - Ennahda exhorte les jeunes à épouser les divorcées et les femmes de plus de 30 ans

13/08/14 à 20:55 - Mise à jour à 20:55

Source: Le Vif

(Belga) Le chef du parti islamiste tunisien Ennahda, Rached Ghannouchi, a exhorté mercredi les jeunes Tunisiens à épouser les divorcées et les femmes de plus de 30 ans, en appelant ces dernières à ne pas perdre l'"espoir de se marier".

Tunisie - Ennahda exhorte les jeunes à épouser les divorcées et les femmes de plus de 30 ans

"Nous voulons attirer l'attention sur des déséquilibres dans la famille, sur l'augmentation du taux de divorce, le recul de l'âge du mariage", a déclaré M. Ghannouchi dans un enregistrement audio diffusé par la radio privée Mosaïque FM. Rappelant que le prophète Mahomet avait épousé "une femme (...) de plus de 40 ans", Khadija, le chef historique d'Ennahda a dit "encourager les jeunes à épouser les femmes à l'âge avancé". "Aujourd'hui, 30, 35 et 40 ans, c'est jeune aussi", a-t-il lancé, en appelant les Tunisiennes de plus de 30 ans à ne pas perdre l'"espoir de se marier". "Et nous encourageons aussi les jeunes et les hommes à ne pas être rebutés par les divorcées. Nos filles divorcées méritent tout le respect", a-t-il poursuivi. M. Ghannouchi s'exprimait à l'occasion de la Journée de la femme, un jour férié en Tunisie commémorant la promulgation le 13 août 1956 du Code du statut personnel (CSP), qui avait accordé aux femmes plusieurs droits et aboli notamment la polygamie et la répudiation. "Nous assurons de notre détermination à réaliser davantage d'égalité entre les hommes et les femmes", a aussi affirmé M. Ghannouchi. "Ennahda n'imposera pas à la femme de vêtement donné, comme le hijab par exemple. C'est le droit de la femme de se voiler (ou) de ne pas se voiler", a-t-il ajouté. Ennahda a remporté les premières élections libres de l'histoire de la Tunisie, organisées le 23 octobre 2011 après la révolte qui a renversé le président Zine El Abidine Ben Ali le 14 janvier de la même année. Le parti islamiste a répété à plusieurs reprises qu'il respecterait les acquis en matière de droits des femmes, mais ses opposants l'accusent régulièrement de vouloir revenir dessus. (Belga)

Nos partenaires