Trop tôt pour envisager en Belgique des IRM pour extrémités du corps, selon le KCE

23/09/13 à 00:43 - Mise à jour à 00:43

Source: Le Vif

(Belga) Le Centre Fédéral d'Expertise des Soins de Santé (KCE) a rendu public lundi matin son rapport concernant les Extremity-only MRI, soit les machines permettant d'effectuer des IRM (imagerie par résonance magnétique) n'englobant pas tout le corps du patient mais seulement une extrémité (bras, jambes...). En réponse à une question posée par le SPF Santé Publique, le KCE a conclu qu'il manquait actuellement de données valables pour recommander l'installation dans les hôpitaux belges de tels appareils, pourtant moins onéreux que des IRM totales et moins dangereux que des CT-scans.

"Dans bien des hôpitaux, les patients devant bénéficier d'un examen par IRM se retrouvent actuellement sur une liste d'attente", indique le communiqué du KCE. Face à cette problématique, les autorités se demandaient s'il ne serait pas opportun d'installer en Belgique des eIRM, d'autant plus que les scans effectués avec ceux-ci sont généralement mieux vécus par le patient que les IRM totales où il doit être inséré de la tête aux pieds dans un tube. Malgré l'atout financier et de confort, ainsi que la nécessité en Belgique de privilégier autant que possible les IRM plutôt que les radios et CT-scans (rayons ionisants), le KCE a estimé qu'il était trop tôt pour encourager les eIRM. "La précision de l'eIRM lors de la pose du diagnostic reste encore trop peu documentée", note ainsi le KCE. Le Centre souligne également que le nombre de cas susceptibles de passer par une eIRM plutôt qu'une IRM totale est fort incertain, et assez limité selon les dires de spécialistes. (Belga)

Nos partenaires