Transferts de compétences - Les patrons refusent une transition trop courte et demandent d'accélérer les travaux

04/02/13 à 14:58 - Mise à jour à 14:58

Source: Le Vif

(Belga) Les représentants patronaux ont mis en garde lundi les membres de la Commission Wallonie-Bruxelles contre un régime transitoire trop court qui serait imposé pour des motifs politiques aux transferts de compétences, et ont appelé à accélérer les travaux.

"On parle de deux ans" de régime transitoire pour les allocations familiales, "c'est court", ont souligné Michel Delforge et Renaud Francart (Caisse wallonne d'allocations familiales de l'UCM, l'Union des classes moyennes) avant d'être entendus à huis clos par les députés wallons et bruxellois de la commission interparlementaire. C'est le fédéral qui a la main sur la définition du régime transitoire, soulignent-ils, craignant que l'agenda politique ne prenne le pas sur les nécessités du terrain. A leurs yeux, il convient maintenant d'accélérer les travaux, car "les acteurs de terrain attendent". Egalement entendue, l'Unipso (Union d'entreprises à profit social, non-marchand) mettait pour sa part l'accent sur les flux budgétaires. La répartition des établissements sur le terrain, celle des sous-secteurs, risque d'aboutir à des budgets insuffisants selon les sous-secteurs, explique Dominique Van de Sype, secrétaire général de l'Unipso. Le modèle de concertation sociale sera reproduit après la défédéralisation. "Ce qui marche bien aujourd'hui sera préservé; on peut bien sûr affiner certains éléments, reconsidérer si un organe doit rendre des avis ou relever de la concertation", illustre M. Van de Sype. (BPE)

Nos partenaires