Traité budgétaire européen - Au parlement bruxellois, la députée socialiste Sfia Bouarfa votera également contre

18/12/13 à 14:37 - Mise à jour à 14:37

Source: Le Vif

(Belga) La députée socialiste bruxelloise Sfia Bouarfa ne soutiendra pas l'adoption eu Traité budgétaire européen (TSCG) lors du vote au parlement bruxellois prévu vendredi après-midi, a-t-elle annoncé mercredi par voie de communiqué.

Rappelant qu'elle s'était toujours exprimée contre ce projet de Traité, elle parle d'un débat cadenassé et de "manipulations de la conférence des présidents -ndlr des groupes parlementaires- du parlement bruxellois et de celle du parlement francophone bruxellois" (PFB). "Force est de constater que le débat parlementaire sera saboté et l'examen du traité sera bâclé. Je dénonce de toutes mes forces et exprime mon immense indignation face aux manipulations de la conférence des présidents du parlement bruxellois et de celle du parlement francophone bruxellois dans l'organisation de nos travaux parlementaires pour l'examen du traité européen dit TSCG", a-t-elle commenté, dans un communiqué. Selon elle, le TSCG aura une incidence capitale sur les citoyens bruxellois et belges en instaurant la règle d'or et l'exigence d'austérité. Malgré cela, les parlementaires bruxellois sont amenés à discuter le texte en une à deux heures maximum. Convoquées à 8h30, deux commissions sont chargées d'examiner le traité alors même qu'à 9h30 débute la session plénière de la CoCof, et que des premiers votes sont prévus à 10h30, avant réunion d'une commission Finances du PFB qui examinera à son tour le TSCG "dans la précipitation la plus totale". Toujours d'après Sfia Bouarfa, on force ainsi le parlement bruxellois et la COCOM à expédier à la va-vite ce traité à la veille des vacances de Noël, alors qu'il a été signé le 2 mars 2012, il y a 21 mois. "Il n'y a, à cette heure, même pas de convocations envoyées et nous découvrons sur le site du parlement l'ordre du jour de nos travaux... Force est de constater que aujourd'hui, il y a une lacune grave", a-t-elle dénoncé. "Mais pourquoi la droite s'indignerait-elle? La gauche fait le sale boulot à sa place", a-t-elle conclu. (Belga)

Nos partenaires