Toute cordialité a disparu au sein de la majorité en Flandre, constate Eric Van Rompuy

16/06/13 à 15:49 - Mise à jour à 15:49

Source: Le Vif

(Belga) Le député flamand Eric Van Rompuy (CD&V) a décoché de nouvelles flèches dimanche contre la N-VA et son président Bart De Wever, leur imputant "la disparition de toute cordialité entre partenaires" CD&V, sp.a et N-VA de la majorité en Flandre.

Toute cordialité a disparu au sein de la majorité en Flandre, constate Eric Van Rompuy

"Je n'ai jamais vu ça en trente ans de présence au parlement flamand", affirme M. Van Rompuy sur son blog, "et ce n'est certainement pas dû" au ministre-président Kris Peeters (CD&V) selon lui. Samedi, le président de la N-VA, Bart De Wever, a affirmé que son parti ferait tout pour "prendre le pouvoir" à l'issue des élections de 2014. Cette expression est restée en travers de la gorge d'Eric Van Rompuy. "BDW" - comme il l'appelle - "veut un mandat de l'électeur qui lui permette de ne plus tenir compte ni des autres partis flamands, ni des partis francophones qui, aux dires du nouveau ministre-président flamand Geert Bourgeois, 'ne devront plus que suivre' lorsque la N-VA sera 'incontournable' aux deux niveaux" de pouvoir (fédéral et Flandre). Le récent clash sur la réforme de l'enseignement flamand, auquel a participé M. De Wever, a profondément sapé la confiance entre les partis du gouvernement, constate le député. Ces derniers ont poursuivi ensemble parce que la Flandre "doit être dirigée en ces temps difficiles" et pour avancer des solutions face à la croissance du chômage et aux défis économiques, plaide-t-il. Mais "il n'y a jamais eu autant de profilage de parti en Flandre". "Sur chaque sujet, la N-VA cherche le conflit sociétal et nourrit les dissensions au sein de la population. Est-ce ça, la nouvelle Flandre de demain ? Une Flandre d'intolérances? BDW a grandi grâce aux conflits internes à la Belgique, il cherche maintenant systématiquement la polarisation interne à la Flandre", ajoute Eric Van Rompuy. (Belga)

Nos partenaires