Touring plaide pour des limitations de vitesse adaptées à l'infrastructure routière

21/11/12 à 11:23 - Mise à jour à 11:23

Source: Le Vif

(Belga) Lorsque la limitation de vitesse imposée parait illogique, seuls 4 conducteurs sur 10 la respectent, indique mercredi Touring, plaidant pour des limitations de vitesse "logiques" et adaptées à l'infrastructure routière.

Touring plaide pour des limitations de vitesse adaptées à l'infrastructure routière

"Des limitations illogiques sont ressenties comme une mesure vexatoire, surtout quand c'est à ces endroits précis que des radars sont installés en vue de réaliser des contrôles de vitesse. C'est comme si le gouvernement faisait davantage pour faire rentrer de l'argent que pour la sécurité routière", estime Touring. L'organisation de mobilité prend ainsi pour exemple des routes limitées à 50 km/h où l'infrastructure invite à rouler en toute sécurité à 70 km/h (pistes cyclables sécurisées et protégées, avec deux bandes dans chaque sens et une berme centrale) et d'autres routes dont l'infrastructure n'est pas sécurisée où il est permis de circuler à 90 km/h. "Ce genre de situation engendre un sentiment de frustration chez les usagers de la route en réaction à ces mesures vexatoires et n'est certainement pas propice à la sécurité routière". L'association d'automobilistes se montre ainsi en faveur du principe scandinave où l'on se base sur la vitesse pratiquée par la moyenne des automobilistes et par lequel la plupart des gens adaptent alors leur vitesse de manière correcte. Touring, qui évoque une politique de la mobilité "mal pensée et à court terme, où il n'y a pas de coordination entre les régions, les communes et les villes, et encore moins entre les autorités locales elles-mêmes", demande donc une évaluation approfondie des limitations de vitesse existantes et une adaptation sur base de principes concrets et réalistes. L'organisation pense notamment aux boulevards Industriel et du Souverain en région bruxelloise, le petit Ring à Charleroi et le tunnel de Cointe à Liège. (JUG)

Nos partenaires