Téhéran et Londres vont nommer des chargés d'affaires d'ici 2 semaines

16/10/13 à 13:38 - Mise à jour à 13:38

Source: Le Vif

(Belga) L'Iran et le Royaume-Uni, dont les relations diplomatiques directes sont rompues depuis fin 2011, ont décidé mercredi de nommer des chargés d'affaires d'ici deux semaines, a rapporté l'agence officielle Irna.

Cette décision a été prise lors d'une rencontre entre Mohammad Takht Ravanchi, vice-ministre iranien des Affaires étrangères chargé de l'Europe et de l'Amérique, et Simon Gass, vice-ministre des Affaires étrangères britanniques. Le Foreign office a indiqué qu'une annonce serait faite "prochainement". Londres avait fermé son ambassade à Téhéran après la mise à sac du bâtiment fin 2011 par des miliciens islamistes qui protestaient contre l'annonce de nouvelles sanctions britanniques contre Téhéran en raison de son programme nucléaire. L'ambassade d'Iran à Londres avait également été fermée. Toutefois, les deux pays n'avaient pas formellement rompu leurs relations diplomatiques: Oman représente actuellement les intérêts iraniens au Royaume-Uni et la Suède est chargée des intérêts britanniques en Iran. Le ministre britannique des Affaires étrangères, William Hague avait annoncé le 8 octobre un accord entre les deux pays pour l'échange de chargés d'affaires diplomatiques. Le Royaume-Uni fait partie du groupe 5+1, avec les Etats-Unis, la Chine, la France, la Russie et l'Allemagne, qui négocie avec l'Iran un accord sur le programme nucléaire controversé de Téhéran. Les Occidentaux et Israël soupçonnent l'Iran de cacher un volet militaire derrière son programme civil, ce que Téhéran dément. Cette annonce intervient alors que Téhéran envoie des signaux d'ouverture depuis plusieurs semaines. Le 27 septembre, le président américain Barack Obama et son homologue iranien Hassan Rohani ont eu un contact téléphonique, une première depuis la rupture des relations diplomatiques entre les deux pays en 1979. Mercredi, le ministre iranien des Affaires stratégiques annonçait que Téhéran acceptera, à terme, des visites surprises des inspecteurs sur ses sites nucléaires. (Belga)

Nos partenaires