TC Namur - L'ex-bourgmestre Jean-Louis Close pourrait bénéficier de la suspension du prononcé

07/11/12 à 15:46 - Mise à jour à 15:46

Source: Le Vif

(Belga) Bernard Poncelet, ex-échevin namurois de l'Environnement, a été entendu mercredi par le tribunal correctionnel dans le cadre du procès intenté contre Jean-Louis Close, bourgmestre de Namur jusqu'en 2000 et échevin de la Citadelle de 2000 à 2006, pour infractions urbanistiques. Le ministère public ne s'oppose pas à la suspension du prononcé à l'égard de Jean-Louis Close et d'un technicien communal, inculpé lui aussi.

Poursuivi suite à une plainte déposée en 2006 par le parfumeur Guy Delforge, l'ancien bourgmestre socialiste aurait autorisé des travaux à la Citadelle sans respecter le permis d'urbanisme. S'interrogeant sur les raisons qui ont poussé le parquet à poursuivre le seul bourgmestre, et non l'ensemble du collège échevinal, l'avocat de la défense a fait état d'une lettre écrite par Guy Delforge, ancien conseiller PSC, à Jacques Etienne, ex-bourgmestre cdH, et Arnaud Gavroy, échevin de la Citadelle. "Souvenez-vous que j'ai déposé plainte trois jours avant les élections, dit-il dans sa lettre. Ce procès, causé par une inimitié évidente, avait pour but d'abattre M. Close politiquement." Pour Guy Delforge, qui occupe un bâtiment de la Citadelle et qui avait déposé une première plainte classée sans suite en 2003, ces travaux ont causé des dommages à son entreprise. "Le permis d'urbanisme a été octroyé à condition qu'il n'y ait aucune modification du relief et aucun dessouchage. Ce qui n'a pas été respecté", a plaidé l'avocat des parties civiles, réclamant 51.000 euros de dédommagements. Jugement le 5 décembre. (FCH)

Nos partenaires