TC Liège: - Les Smart phones de témoins confisqués avant leur comparution

07/02/14 à 13:37 - Mise à jour à 13:37

Source: Le Vif

(Belga) Une situation exceptionnelle relative à l'utilisation des nouvelles technologies de communication s'est présentée vendredi matin devant le tribunal correctionnel de Liège. La présidente du tribunal a fait confisquer temporairement les Smart phones de plusieurs témoins dans le procès du chef de zone de la police de Hesbaye Daniel François et de son adjoint Alain Michelet, afin que ces témoins ne soient pas informés, avant leur comparution, du déroulement de l'audience.

Dans l'affaire relative aux faits reprochés au chef de zone de la police de Hesbaye et son adjoint, suspectés d'avoir involontairement causé la mort de la policière Sandra Koch et de sa fille par défaut de prévoyance, plusieurs témoins ont été convoqués à l'audience de ce vendredi. Les débats relatifs à cette affaire suscitent un intérêt médiatique. Un média couvre les audiences en direct depuis la salle du tribunal. Les déclarations des personnes qui déposent à la barre sont donc immédiatement publiées et disponibles sur Internet. Cette évolution de la méthode de travail des journalistes, rendue possible grâce à l'utilisation des nouvelles technologies de communication, a fait naître un incident lors d'une audience précédente. Les témoins convoqués, placés dans une salle d'attente car ils ne pouvaient assister à l'audience avant d'avoir été entendus, avaient suivi le déroulement de l'audience par l'intermédiaire de leurs Smart phones. Vendredi, en début d'audience, la présidente Isabelle Decocq a fait saisir par l'huissier d'audience les Smart phones de tous les témoins avant leur comparution, dont celui de l'ex-bourgmestre de Waremme Guy Coëme. "C'est une mesure unique, à mon sens encore inédite, qui a été prise afin de garantir que les témoins ne seront pas influencés par les déclarations de ceux qui les ont précédés à la barre", a indiqué l'avocat de Guy Coëme, Me Eric Lemmens. (Belga)

Nos partenaires