Tax Shelter - Les Certificats Cinéma provoqueraient un retour en arrière de 10 ans

18/07/13 à 19:00 - Mise à jour à 19:00

Source: Le Vif

(Belga) La Belgian Film Producers Association s'étonne que l'Union des producteurs de films francophones (UPFF) et son pendant flamand (VFPB) veuillent remplacer le système de Tax Shelter par des "Certificats Cinéma". "Les changements proposés provoqueraient un retour en arrière de 10 ans", a indiqué la BeFPA jeudi dans une interview à l'agence Belga.

La nouvelle loi Tax Shelter d'application depuis le 1er juillet "remédie à l'ensemble des plaintes émises par les producteurs, qui ont avant tout besoin de stabilité", estime la BeFPA. Cette dernière a identifié quatre conséquences "gravissimes" de la proposition des "Certificats Cinéma". Premièrement, les Certificats engendreront une substantielle baisse des fonds levés, ce qui aura un impact sur les entreprises et entraînera des centaines de pertes d'emploi. Deuxièmement, les Certificats entraîneraient "la disparition de toute responsabilisation du producteur quant au souci de faire un film pour être vu par un public, ce qui était un des buts de la loi il y a 10 ans", poursuit la BeFPA. Troisièmement, la BeFPA trouve "paradoxal" que le nouveau système réduirait les droits actuels des producteurs. "Les investisseurs n'ayant pas de droits aux recettes, le système est considéré comme un subside et les partenaires coproducteurs rechignent à donner des droits au producteur en échange du financement. La Belgique, où les films produits sont presque tous des coproductions, en serait dès lors réduite à un rôle de prestataire de services." Enfin, les Certificats provoqueraient un changement du cadre juridique pour bénéficier du financement, en obligeant les films à répondre aux traités bilatéraux ou à la convention européenne de coproduction, ajoute la BeFPA. "On enlèverait un énorme avantage compétitif au système belge. Cela constituerait un appauvrissement tant culturel qu'économique." (Belga)

Nos partenaires