Tarifs STIB - L'opposition libérale et FDF dénoncent le fait qu'un enfant ne vaut pas un autre

20/12/12 à 21:45 - Mise à jour à 21:45

Source: Le Vif

(Belga) La nouvelle grille des tarifs de la STIB n'est pas celle qu'auraient fixé le MR et les FDF, si l'on en croit les réactions des députés Vincent de Wolf (MR) et Emmanuel De Bock (FDF), jeudi soir.

"Si le scénario du pire, la disparition des tarifs préférentiels aux seniors et aux personnes à mobilité réduite est évité, le gouvernement Picqué choisit cependant d'imposer aux usagers de la STIB une nouvelle hausse des tarifs qui touchera principalement les travailleurs et les familles circulant sur son réseau", a jugé Vincent De Wolf. Pour le chef du groupe MR, l'abonnement classique du travailleur bruxellois (499 euros) a subi une nouvelle hausse qui porte son tarif à un niveau plus élevé de 20% par rapport à celui de 2008. A ses yeux, les hausses successives reviennent à prêcher la bonne parole dans le vide car ni la politique tarifaire de la STIB, ni le développement de son réseau n'encouragent les travailleurs à se déplacer autrement. Selon le député-bourgmestre libéral, les nouveaux tarifs appliqués aux étudiants et aux familles sont globalement en forte hausse. L'abonnement du 1er enfant augmente de plus de 47%, une hausse "insensée" qui semble profiter aux grandes familles au détriment des jeunes ménages avec 1 ou 2 enfants. Pour les FDF, Emmanuel De Bock s'est félicité de la suppression de la prise en charge différenciée selon que l'enfant fréquente une école néerlandophone ou francophone. Mais selon lui, pour arriver à ce compromis à la bruxelloise, le gouvernement Picqué a opposé les plus jeunes aux aînés. Pour Emmanuel De Bock le gouvernement a aussi raté l'occasion de traiter chaque enfant de manière égale et d'ouvrir le débat pour étendre ce principe à d'autres charges financières pour les familles. (DEF)

Nos partenaires