Vincent de Coorebyter quitte le Crisp

Vincent de Coorebyter quitte le Crisp

Le directeur général du Centre de recherche et d'informations socio-politiques occupera une chaire mi-philosophie mi-droit à l'ULB.


"Nous sommes peut-être engagés dans une longue phase de tensions sociales"

"Nous sommes peut-être engagés dans une longue phase de tensions sociales"

Printemps arabe, émeutes urbaines, Indignés... Le souffle de l'insurrection a plané sur l'année 2011. Ce retour de la colère annonce-t-il de grands chambardements ? L'analyse de Vincent de Coorebyter, directeur du Centre de recherche et d'information socio-politiques (Crisp).


Vincent de Coorebyter : "Face à la crise, des solutions autoritaires vont peut-être s'imposer"

Vincent de Coorebyter : "Face à la crise, des solutions autoritaires vont peut-être s'imposer"

Directeur du Centre de recherche et d'information socio-politiques (Crisp), philosophe, spécialiste de Sartre, Vincent de Coorebyter compte parmi les grands formats intellectuels de la Belgique francophone. Son métier ? Ausculter la société. Et le diagnostic qu'il pose a de quoi inquiéter : notre démocratie se porte très mal. Le monde politique subit crise sur crise, sans trouver la parade. A tel point qu'un doute jaillit : nos problèmes pourront-ils être résolus autrement que par des voies autoritaires ? "En tant que citoyen, je suis mal à l'aise à l'égard de ce que j'avance comme analyste", avoue Vincent de Coorebyter. Tout en assurant : "Je ne suis pas en train de plaider pour la dictature." En filigrane, il nous pose à tous, citoyens du XXIe siècle, cette question dérangeante : sommes-nous habitués à trop de liberté ?