Les nouveaux jeunes migrants sont une "bombe à retardement"

Les nouveaux jeunes migrants sont une "bombe à retardement"

"Il y a un groupe de nouveaux jeunes migrants traumatisés sur lesquels nous n'avons aucune emprise. Certains sont même totalement en perdition", affirme, impuissante, Sarah Van Grieken, psychiatre de la jeunesse dans des institutions communautaires à Mol, qui tire la sonnette d'alarme mercredi dans De Morgen.