Affaire Intradel: le poker menteur d'Alain Mathot

Affaire Intradel: le poker menteur d'Alain Mathot

Inculpé fin 2011 pour corruption, Alain Mathot était le grand absent du procès Intradel qui vient de s'achever à Liège. Protégé en 2016 par la N-VA, le député-bourgmestre PS de Seraing n'est pas pour autant tiré d'affaire. Zoom sur ses dépenses et sa défense.

Procès Intradel-Uvelia: le parquet pense qu'Alain Mathot a reçu 200.000 euros

Procès Intradel-Uvelia: le parquet pense qu'Alain Mathot a reçu 200.000 euros

Le parquet a entamé mercredi matin devant le tribunal correctionnel de Liège son réquisitoire dans le dossier des différents prévenus suspectés de faits de corruption et de détournements dans le cadre de l'attribution du marché de la construction de l'incinérateur d'Herstal.

Affaire Intradel: le parquet veut confisquer 134 millions d'euros

Affaire Intradel: le parquet veut confisquer 134 millions d'euros

Le ministère public réclame la confiscation de 134,6 millions d'euros à 18 personnes poursuivies dans l'affaire Intradel, dont le procès reprend ce mardi devant le tribunal de première instance de Liège. À cet impressionnant montant s'ajouteront des peines d'emprisonnement et/ou des amendes individuelles qui doivent être requises oralement mercredi par le parquet.

Alain Mathot : les indices de corruption que les députés n'ont pas voulu voir

Alain Mathot : les indices de corruption que les députés n'ont pas voulu voir

Les relevés téléphoniques d'Alain Mathot et de son corrupteur présumé Philippe Leroy révèlent que les deux hommes ont eu 71 contacts entre 2006 et 2008. Sur cette période, Leroy affirme avoir remis à Mathot une douzaine d'enveloppes de cash, pour un total de 700.000 euros, dans des hôtels à Paris. Le député-bourgmestre a payé avec sa carte Visa huit séjours express dans de tels hôtels, et a eu des contacts avec Leroy durant quatre de ces séjours.

Les indices que les députés n'ont pas voulu voir

Les indices que les députés n'ont pas voulu voir

Les relevés téléphoniques d'Alain Mathot et de son corrupteur présumé, qui est en aveux, révèlent que les deux hommes ont très bien pu se croiser une douzaine de fois à Paris en 2006-2008, pour s'échanger des enveloppes de cash totalisant 700 000 euros. Dans cette affaire, le député-bourgmestre de Seraing a pris, selon un enquêteur, " des précautions qu'habituellement seuls les mafieux utilisent ".