Être bilingue permet de voir le monde différemment
Être bilingue permet de voir le monde différemment
Être bilingue permet de voir le monde différemment
Être bilingue permet de voir le monde différemment
Être bilingue permet de voir le monde différemment
Être bilingue permet de voir le monde différemment
Être bilingue permet de voir le monde différemment
Être bilingue permet de voir le monde différemment
2105379Chaque langue possède ses spécificités. Le français permet énormément de nuances (c'est pour cela que ce fut longtemps une langue diplomatique). Quand un anglais vous dit "qu'il y a un petit problème sur la chaine de montage" cela peut vouloir dire qu'il se passe une catastrophe.2015-04-29 17:46:01Roger Roland105247De plus en plus de jeunes flamands choisissent de parler l'anglais plutôt que le français ... de plus en plus de jeunes wallons choisissent de parler l'anglais plutôt que le neerlandais .... c'est parfait, le problème de communication entre les 2 communautés se résolvera très vite : elles dialogueront en anglais ... Reconnaissons qu'apprendre les 2 langues est idiot car lorsque deux parfaits bilingues se rencontrent dans quelle langue vont-ils décider de poursuivre la conversation?2015-04-29 13:56:42Marcel Brada3919812015-04-29 11:04:592015-04-29 11:05:00Le VifPas de parutionNormalArticleMarie GathonPar Marie GathonSciencesLeVif

Être bilingue permet de voir le monde différemment

Selon une nouvelle étude, les personnes bilingues verraient le monde de manière différente en fonction de la langue qu'ils emploient.

auto2015-04-29 11:05:05http://www.levif.be/actualite/sciences/etre-bilingue-permet-de-voir-le-monde-differemment/article-normal-391981.htmlhttp://m.levif.be/actualite/sciences/etre-bilingue-permet-de-voir-le-monde-differemment/article-normal-391981.htmlhttp://www.levif.be/actualite/sciences/http://m.levif.be/actualite/sciences/
Être bilingue permet de voir le monde différemment

Des chercheurs ont étudié le comportement de personnes anglophones et germanophones dans différentes expériences. Il ressort de l'étude relayée par Konbini et Mashablepubliée dans la revue Psychological Science que nous interprétons différemment une même scène en fonction du langage utilisé pour la décrire.

Les chercheurs ont ainsi montré deux vidéos aux participants, l'une montrant d'abord une femme marchant vers sa voiture et l'autre un homme allant au supermarché en vélo. Lorsqu'il a été demandé aux personnes de décrire les scènes qu'ils avaient vues, des différences notables ont été remarquées entre les anglophones et les germanophones.

Les germanophones (monolingues) ont décrit l'action de la scène, mais également son but. Ils avaient donc tendance à dire : "une femme se dirige vers sa voiture" et "un homme roule à vélo vers le supermarché". Par contre les anglophones (monolingues également) avaient tendance à seulement décrire l'action : "une femme se promène" et "un homme fait du vélo".

Selon les spécialistes, les germanophones ont donc tendance à considérer la scène dans son ensemble, tandis que les anglophones ne s'intéressent qu'à l'action sans prêter attention à son but. Cela s'expliquerait selon eux par la spécificité grammaticale de l'anglais qui veut qu'on ajoute -ing à la fin des verbes dont les actions sont en train de se produire, ce qui met en exergue l'action elle-même. Comme dans la phrase : "I am playing the piano and I cannot come to the phone" (Je joue du piano et je ne peux pas répondre au téléphone). Une spécificité qui n'existe pas en allemand (ni en français d'ailleurs).

Changer de langue modifie la perspective

Les chercheurs ont ensuite fait une expérience sur des personnes bilingues allemand-anglais. Ils ont alors observé que les mêmes changements de perceptions s'opéraient en fonction de la langue parlée par la personne bilingue. Ainsi, en toute logique les Allemands bilingues réfléchissaient de la même manière lorsqu'on leur demandait de s'exprimer en allemand sur leur territoire. Par contre, lorsqu'on leur demandait de s'exprimer en anglais, sur le sol britannique, ils avaient tendance à se focaliser sur l'action comme le font les anglophones.

Dans un autre groupe de personnes bilingues, les chercheurs ont demandé aux personnes de réciter à voix haute machinalement une suite de chiffres en regardant les vidéos, et ce en allemand et en anglais. Il est ressorti de cette expérience un résultat étonnant : la langue récitée distraitement, comme bloquée par le cerveau, s'effaçait au profit de l'autre. Les personnes récitant de l'allemand se voyaient donc décrire l'action de la vidéo uniquement (comme un anglophone), tandis que les personnes récitant de l'anglais avaient tendance à prendre en compte la globalité de l'action et son but (comme le font les germanophones).

Ces résultats confirment donc d'autres études qui affirment que le comportement des personnes bilingues peut changer en fonction de la langue qu'ils utilisent. Certaines personnes rapportent même qu'elles se sentent différentes en fonction de la langue qu'elles parlent.

35gathon-marieJournaliste Levif.beGathonMariereporter/assets/126/avatar_64888.jpgmarie.gathon@levif.behttps://www.facebook.com/Leviflexpresshttps://twitter.com/MarieGth<Para>Journaliste</Para>http://www.levif.be/actualite/auteurs/marie-gathon-35.htmlhttp://m.levif.be/actualite/auteurs/marie-gathon-35.htmllanguebilinguismeperceptionpensée