Une belle journée d'automne ensoleillée
Une belle journée d'automne ensoleillée
Une belle journée d'automne ensoleillée
Une belle journée d'automne ensoleillée
Une belle journée d'automne ensoleillée
Une belle journée d'automne ensoleillée
Une belle journée d'automne ensoleillée
Une belle journée d'automne ensoleillée
05678472016-10-31 10:05:292016-10-31 10:05:30BelgaPas de parutionNormalArticleLe VifPar Le VifEnvironnementLeVif

Une belle journée d'automne ensoleillée

Après la dissipation de quelques brumes ou brouillards matinaux, le pays bénéficiera d'un journée automnale ensoleillée avec tout au plus quelques nuages d'altitude. Les maxima seront compris entre 13 degrés en Hautes Fagnes et 17 degrés en Flandre. Le vent sera faible de secteur est, indique lundi matin l'IRM.

yesMarie Gathon2016-10-31 10:05:57http://www.levif.be/actualite/environnement/une-belle-journee-d-automne-ensoleillee/article-normal-567847.htmlhttp://m.levif.be/actualite/environnement/une-belle-journee-d-automne-ensoleillee/article-normal-567847.htmlhttp://www.levif.be/actualite/environnement/http://m.levif.be/actualite/environnement/
Une belle journée d'automne ensoleillée

Mardi, la journée débutera sous le soleil et quelques nuages d'altitude. Au fil des heures, la couverture nuageuse s'épaissira à partir du nord-ouest. Durant l'après-midi ou en soirée, de légères pluies ou bruines deviendront possibles localement le long de la frontière néerlandaise. Les maxima oscilleront entre 11 et 15 degrés, sous un vent faible à modéré, tout d'abord de secteur sud-ouest et plus tard généralement de secteur nord à nord-ouest.

Mercredi et jeudi, le temps deviendra variable. Des averses en provenance de la mer du Nord rentreront parfois sur le pays, essentiellement sur la moitié nord-est. Les régions les plus proches de la frontière française devraient conserver un temps sec et davantage d'éclaircies. Les maxima seront proches de 11 degrés dans le centre. L'IRM ne prévoit pas de gelées nocturnes.

Vendredi et samedi, nous devrions passer sous l'influence d'une dépression stationnant à proximité du Benelux. La nébulosité devrait rester importante et nous connaîtrons des périodes de pluie. Les températures évolueront peu.

LOW77vif-leVifLereporterhttp://www.levif.be/actualite/auteurs/le-vif-77.htmlhttp://m.levif.be/actualite/auteurs/le-vif-77.htmlHautes FagnesFlandremer du NordBenelux
Amsterdam regorge d'animaux sauvages
Amsterdam regorge d'animaux sauvages
Amsterdam regorge d'animaux sauvages
Amsterdam regorge d'animaux sauvages
Amsterdam regorge d'animaux sauvages
Amsterdam regorge d'animaux sauvages
Amsterdam regorge d'animaux sauvages
Amsterdam regorge d'animaux sauvages
3462217"La vie sauvage se métamorphose. Des espèces évoluent, d'autres risquent de disparaître. Et au fond, bien que triste, l'extinction du panda ou du rhinocéros "ne pose aucun problème" en termes d'écosystème, affirme-t-il, au risque de choquer ." heu...sauf que si le rhinocéros disparaît ce n'est pas à cause de la métamorphose où l'évolution des espèces ,mais à cause de l'homme ,qui le tue pour ses cornes...et c'est pareil pour toutes les espèce qui disparaissent ainsi que pour la biodiversité ,le seul responsable de cette hécatombe , c'est bien l'homme! Bien d'accord avec vos commentaires , Isa Dombre et Daniel Leroy...2016-10-18 21:47:45Josette Degrotte461885Les hommes, dans leur grande majorité, ne réfléchissent pas. Ils ne connaissent même pas. Comment pourrait-on réfléchir à ce qu'on ignore ?2016-10-18 17:08:35Isa Dombre461725Malheureusement l'homme réfléchit surtout á l'argent ,nature,animaux humains pas d'importance L`ARGENT toujours l'ARGENT .2016-10-18 14:41:13daniel leroy5632572016-10-18 13:26:062016-10-18 13:26:06AFPPas de parutionNormalArticleLe VifPar Le VifInternationalLeVif

Amsterdam regorge d'animaux sauvages

Des phoques qui pointent leur museau hors de l'eau des pittoresques canaux d'Amsterdam? Selon les experts, la capitale néerlandaise regorge aujourd'hui d'une biodiversité bien plus vaste que celle offerte par la plate et monotone campagne des Pays-Bas.

yesMuriel Lefevre2016-10-18 13:26:13http://www.levif.be/actualite/international/amsterdam-regorge-d-animaux-sauvages/article-normal-563257.htmlhttp://m.levif.be/actualite/international/amsterdam-regorge-d-animaux-sauvages/article-normal-563257.htmlhttp://www.levif.be/actualite/international/http://m.levif.be/actualite/international/
Amsterdam regorge d'animaux sauvages

Pas moins de 10.000 espèces d'animaux grouillent dans les coins et recoins d'Amsterdam, cohabitant avec 800.000 habitants et des millions de touristes.

Il y a des mammifères, comme le campagnol nordique, l'écureuil roux et le renard, des rapaces tel le busard des roseaux, mais aussi de nouvelles espèces de chauve-souris et de papillons, et depuis 2012... des phoques!

Pelage clair pointillé de taches, les phoques communs atteignent parfois les canaux d'Amsterdam depuis la mer du Nord, après avoir traversé l'écluse de la ville d'IJmuiden et pataugé le long du canal de la mer du Nord.

Les plus chanceux aperçoivent parfois un phoque gris, plus grand, à la fourrure tachetée de gris et de blanc. Voire un marsouin.

A elle seule, la capitale, formée de sept biotopes différents, rassemble un quart des espèces animales recensées sur le territoire des Pays-Bas, dont 300 protégées.

"La biodiversité à Amsterdam a grimpé ces dernières décennies, contrairement à la tendance nationale et internationale", souligne la municipalité sur son site internet.

A tel point qu'elle est aujourd'hui plus importante qu'à la campagne, selon Geert Timmermans, chef de projet "Architecture du paysage et Ecologie" pour la municipalité.

- La nature s'adapte -

En milieu urbain comme ailleurs, "il y a toujours une nature". "Elle s'adapte, elle se sert des circonstances nouvelles pour s'installer", constate Jelle Reumer, ancien directeur du musée d'histoire naturelle de Rotterdam et professeur de paléontologie à Utrecht.

La vie sauvage se métamorphose. Des espèces évoluent, d'autres risquent de disparaître. Et au fond, bien que triste, l'extinction du panda ou du rhinocéros "ne pose aucun problème" en termes d'écosystème, affirme-t-il, au risque de choquer.

"Disparaître, c'est normal. Il y a davantage d'espèces déjà disparues dans toute l'histoire géologique que d'espèces vivantes aujourd'hui", assure-t-il encore, soulignant vouloir, avant tout, émettre une réflexion philosophique: "chaque espèce est le résultat d'une évolution qui peut prendre un million d'années et a un droit intrinsèque d'exister".

A l'avenir, de nombreuses espèces devraient naître dans les villes, encore "très jeunes par rapport au temps géologique", selon M. Reumer.

Les bâtiments y ont remplacé les falaises pour les pigeons et les plantes tandis que des figuiers et une espèce de sauterelle se plaisent dans la chaleur urbaine, jusqu'à 10°C plus élevée qu'à la campagne, selon lui.

Toutefois, certains experts contestent que les villes offrent une nature plus riche que les campagnes. "La biodiversité est une notion compexe (...): celle de la région arctique est faible face aux forêts tropicales, mais elle est unique!", souligne Martin Poot, chercheur à l'Office central des statistiques néerlandais. "Il en va de même pour la ville et la campagne".

- L'homme responsable -

D'après la branche néerlandaise de l'ONG Fonds mondial pour la nature (WWF), les dégâts causés par l'homme semblent plus limités en agglomération: les populations animales ont diminué de 30% dans les villes depuis 1990, contre une baisse de 40% à la campagne et de 50% dans les haies et dunes.

A la campagne, l'agriculture industrielle à grande échelle a provoqué la disparition de deux-tiers des oiseaux sauvages depuis 1960 et la raréfaction de la grue, du chevalier gambette ou de l'alouette des champs.

L'être humain transforme la campagne en "désert agricole, fait de maïs, de vaches et d'une seule espèce d'herbe", il épuise certains milieux naturels par la pollution, le réchauffement climatique et la surexploitation des ressources, relève M. Reumer.

Aujourd'hui, cette "sixième vague d'extinction massive de l'histoire géologique est causée non pas par une météorite comme à la fin du Crétacé où 60% des espèces ont disparu, ou par une éruption volcanique entraînant la disparition de 90% des espèces à la fin du Permien il y a 252 millions d'années", ajoute le professeur, "mais par l'homme".

Selon l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), près de 24.000 espèces d'animaux et de plantes sont menacées d'exctinction. Soit, en termes d'espèces, un mammifère sur quatre, un oiseau sur huit et un amphibien sur trois.

"Mais l'homme est la seule espèce qui peut réfléchir à ce qu'elle est en train de faire", plaide le biologiste. Et "ce n'est pas trop tard."

LOW77vif-leVifLereporterhttp://www.levif.be/actualite/auteurs/le-vif-77.htmlhttp://m.levif.be/actualite/auteurs/le-vif-77.htmlGeert TimmermansJelle ReumerAmsterdamPays-Basmer du NordUtrecht
La pluie de retour en fin de semaine
La pluie de retour en fin de semaine
La pluie de retour en fin de semaine
La pluie de retour en fin de semaine
La pluie de retour en fin de semaine
La pluie de retour en fin de semaine
La pluie de retour en fin de semaine
La pluie de retour en fin de semaine
4446013@Baudouin Labrique : J'apprécie (sans ironie) la plupart de vos interventions sur ce site, monsieur . Mais là, croyez-vous vraiment que vos confessions domestico-écologiques personnelles soient d'un intérêt tel qu'il convienne de les publier ici ? Créez une page FB pour nous faire part des bienfaits de votre habitation à énergie positive . Avec tout le respect dû2016-09-29 01:22:13CLAUDE HUSEMANN445233Si ton pote âgé a soif, sers lui l'apéro2016-09-27 23:12:59Michel Van Ertvelde445201Mon potager a soif! La pluie est donc la bienvenue.2016-09-27 20:33:58Charles Lemonier444771Après un mois de production photovoltaïque record pou un tel mois (production depuis avril 2012 en ce qui me concerne), j'attends impatiemment la pluie car le niveau de ma cuve de 15000L reste très bas et je ne voudrait pas me remettre sur eau de ville (ce que je n'ai plus fait depuis que mon habitat est devenue à énergie positive (eau, électricité, chauffage) (détails sur http://www.retrouversonnord.be/autarcie.htm avec astuces bien détaillées et à la portée d'un bon bricoleur pour notamment économiser 30m³ d'eau par an sans se priver en rien).2016-09-27 13:39:57Baudouin Labrique5555012016-09-27 12:03:382016-09-27 12:03:39BelgaPas de parutionNormalArticleLe VifPar Le VifBelgiqueLeVif

La pluie de retour en fin de semaine

Le soleil sera encore présent mardi après-midi, avant l'arrivée de nuages depuis la côte qui éviteront néanmoins l'est du pays. Les températures maximales oscilleront entre 18 et 22 degrés, selon les prévisions de l'Institut royal météorologique (IRM).

yesMarie Gathon2016-09-27 12:03:52http://www.levif.be/actualite/belgique/la-pluie-de-retour-en-fin-de-semaine/article-normal-555501.htmlhttp://m.levif.be/actualite/belgique/la-pluie-de-retour-en-fin-de-semaine/article-normal-555501.htmlhttp://www.levif.be/actualite/belgique/http://m.levif.be/actualite/belgique/
La pluie de retour en fin de semaine

Mercredi, des nuages en abondance feront place à de larges éclaircies depuis le littoral sous des maxima entre 17 et 23 degrés.

La journée de jeudi sera encore ensoleillée, mais davantage de nuages arriveront de la mer du Nord en cours de journée, sous un vent modéré à assez fort.

A partir de vendredi, l'IRM annonce des périodes de pluie ou des averses et des maxima en baisse, entre 13 et 19 degrés.

Une masse d'air plus fraîche influencera la météo du week-end qui sera dès lors légèrement instable. Le ciel sera partagé entre éclaircies et périodes plus nuageuses pouvant donner lieu à des périodes de pluie.

LOW77vif-leVifLereporterhttp://www.levif.be/actualite/auteurs/le-vif-77.htmlhttp://m.levif.be/actualite/auteurs/le-vif-77.htmlmer du NordInstitut royal météorologique
Risque d'orage local samedi soir après une journée très chaude
Risque d'orage local samedi soir après une journée très chaude
Risque d'orage local samedi soir après une journée très chaude
Risque d'orage local samedi soir après une journée très chaude
Risque d'orage local samedi soir après une journée très chaude
Risque d'orage local samedi soir après une journée très chaude
Risque d'orage local samedi soir après une journée très chaude
Risque d'orage local samedi soir après une journée très chaude
05436952016-08-27 10:11:572016-08-27 10:11:58BelgaPas de parutionNormalArticleLe VifPar Le VifBelgiqueLeVif

Risque d'orage local samedi soir après une journée très chaude

Samedi, le temps sera à nouveau très chaud avec des maxima de 29 à 34 degrés, selon les prévisions de l'IRM. Des cumulus se développeront et le risque d'orage, parfois intense, sera local en cours d'après-midi ou en soirée.

yesVirginie Moriaux2016-08-27 10:12:07http://www.levif.be/actualite/belgique/risque-d-orage-local-samedi-soir-apres-une-journee-tres-chaude/article-normal-543695.htmlhttp://m.levif.be/actualite/belgique/risque-d-orage-local-samedi-soir-apres-une-journee-tres-chaude/article-normal-543695.htmlhttp://www.levif.be/actualite/belgique/http://m.levif.be/actualite/belgique/
Risque d'orage local samedi soir après une journée très chaude

Le vent sera faible à généralement modéré d'est à nord-est, s'orientant par la suite au sud à sud-est. Samedi soir et en début de nuit, un orage local sera encore possible tandis que la nuit signera le retour des éclaircies. Il fera particulièrement doux avec des minima compris entre 18 et 21 degrés.

Dimanche, le temps sera d'abord ensoleillé puis les cumulus se feront plus nombreux et pourront donner lieu à quelques averses locales. Un coup de tonnerre n'est pas exclu. Les maxima oscilleront de 24°à la mer à 30° en Campine et en Gaume. Le vent sera modéré de sud-ouest, s'orientant à l'ouest. A la mer, il sera modéré à assez fort.

Lundi, la nébulosité sera variable avec des averses qui transiteront sur le pays à partir de la mer du Nord. Le temps deviendra progressivement plus sec à partir du nord-ouest avec de larges éclaircies. Il fera moins chaud que les jours précédents avec 22° dans le centre. Le vent sera généralement faible et s'orientera de l'ouest au nord.

Mardi, le temps sera à nouveau plus ensoleillé. Les températures repartiront à la hausse avec des maxima de l'ordre de 25° dans le centre. Le vent sera faible de directions variées.

Durant le reste de la semaine, le temps sera ensoleillé et les températures resteront estivales.

LOW77vif-leVifLereporterhttp://www.levif.be/actualite/auteurs/le-vif-77.htmlhttp://m.levif.be/actualite/auteurs/le-vif-77.htmlCampineGaumemer du Nord
Collision navale : du fioul retrouvé à Ostende
Collision navale : du fioul retrouvé à Ostende
Collision navale : du fioul retrouvé à Ostende
Collision navale : du fioul retrouvé à Ostende
Collision navale : du fioul retrouvé à Ostende
Collision navale : du fioul retrouvé à Ostende
Collision navale : du fioul retrouvé à Ostende
1205809Collision "navale" n'est pas francais. "Fioule" n'est qu'une mauvaise adaptation du "fuel" anglais. Carburant, diesel, huile lourd, mazout serait plus usuel et moins pédant.2015-10-16 12:52:12Walter Huybrecht4283192015-10-16 12:23:302015-10-16 12:23:30BelgaPas de parutionNormalArticleLe VifPar Le VifEnvironnementLeVif

Collision navale : du fioul retrouvé à Ostende

Du fioul sous la forme d'amas de quelques centimètres a été découvert vendredi matin sur la terre ferme à Ostende.

yesVincent Genot2015-10-16 12:23:56http://www.levif.be/actualite/environnement/collision-navale-du-fioul-retrouve-a-ostende/article-normal-428319.htmlhttp://m.levif.be/actualite/environnement/collision-navale-du-fioul-retrouve-a-ostende/article-normal-428319.htmlhttp://www.levif.be/actualite/environnement/http://m.levif.be/actualite/environnement/
Collision navale : du fioul retrouvé à Ostende

Des échantillons ont été prélevés en vue de déterminer s'ils proviennent de l'épave du Flinterstar échoué au large de Zeebrugge après une collision, a fait savoir le cabinet du secrétaire d'Etat en charge de la Mer du Nord, Bart Tommelein.

77vif-leVifLereporter<p> </p>http://www.levif.be/actualite/auteurs/le-vif-77.htmlhttp://m.levif.be/actualite/auteurs/le-vif-77.htmlOstendepollutionmer du Nord
Collision au large de Zeebrugge : deux taches de mazout échappées du cargo accidenté
Collision au large de Zeebrugge : deux taches de mazout échappées du cargo accidenté
Collision au large de Zeebrugge : deux taches de mazout échappées du cargo accidenté
Collision au large de Zeebrugge : deux taches de mazout échappées du cargo accidenté
Collision au large de Zeebrugge : deux taches de mazout échappées du cargo accidenté
Collision au large de Zeebrugge : deux taches de mazout échappées du cargo accidenté
Collision au large de Zeebrugge : deux taches de mazout échappées du cargo accidenté
Collision au large de Zeebrugge : deux taches de mazout échappées du cargo accidenté
13200013Mes amis se roulent par terre en apprenant que je me fait traiter de "flamin". Le peket se boit avec modération, cela permet également de s'assurer que Vilvoorde se trouve toujours au nord de la fameuse frontière.2015-10-07 16:09:04Walter Huybrecht199907Mais à l'heure actuelle,y a t'il encore une différence entre être"flamand" et être"flamingant" ??2015-10-07 14:28:33jean descamps199887Jean-Luc LIBOTTE2015-10-07 10:27:27""" Nous parlons du port MARITIME, pas de la section fluviale. Renseignez vous avant de devenir aggressive.2015-10-07 14:12:24Walter Huybrecht199795Mr. LIBOTTE , Walter Huybrecht est flamingant ? Non non , il est simplement flamand et ne connaît pas sa géographie !2015-10-07 12:10:11PHILIP COOPER199779Est ce que tout ceci mérite bien un article de presse ?? Pour 2 gouttes de mazout répérée en mer du nord,quel cinéma:tout çà par panique flamingante pour leurs plages.....alors qu'il y en a pas loin d'ici,et beaucoup plus propre. N.B:il faut bien remplir des pages avec des couillonnades venant du nord !!!2015-10-07 11:49:31jean descamps199721Monsieur ENGLEBERT. Vous n'avez peut-être pas bien suivi l'évolution de la dernière réforme de l'état voulue par Elio Di Rupo, Lutgen, les écolos et le MR et saluée . Il est un fait c'est que il y a déjà quelque temps, les travaux côtiers de la côte flamande sont payés et subsidiés uniquement par la Région flamande et non plus par l' "état-nation" Belgique qui n'existe plus dans notre constitution révisée six fois... c'est bien pour ça que je n'y mets plus les pieds...2015-10-07 10:35:04Jean-Luc LIBOTTE199715En français, la recommandation de l'Académie de langue française est d'écrire et dire ZEEBRUGES et non Zeebrugge, Puisque ce port remplace celui de Bruges etcomme on dit BRUGES et pas Brugge. C'est d'ailleurs ce que font les Flamands quand ils parlent ou écrivent BERGEN pour Mons ou BRUSSEL pour Bruxelles et LUIK pour Liège ... Et pour répondre au flamingant de service sur ce site, Walter HUYBRECHT, le port de Bruxelles, son administration et son ministère se situe bien sur la Région bruxelloise et pas à Vilvorde en région flamande !!!2015-10-07 10:27:27Jean-Luc LIBOTTE199661Ce naufrage peut devenir une catastrophe écologique, c'est une certitude. Heureusement, il n'y a pas de danger pour les "côtes flamandes". Mais les COTES BELGES, Mr Decaluwé n'en parle pas. Les frais liés à un nettoyage des "côtes flamandes" seraient pris en charge par l'Etat Belgique, je crois. Quand à la faune, elle paiera elle-même son addition...2015-10-07 08:48:10Robert ENGLEBERT199655PHILIP COOPER ''''' Tout ce qui est maritimé ports, côtes, pêche, etc. est géré par la communauté flamande. C'est donc bien "onze". Dans la littérature internationale on parle de "flemish coast", "flemish ports". Le port maritimé de Bruxelles est "vlaams" puisque situé á Vilvoorde2015-10-07 08:39:51Walter Huybrecht199401Comme on peut le remarquer dans cet article c'est comme d'habitude dans la mentalité au nord du pays , tout va bien pour chez nous et on s'en fout des autres ils peuvent crever2015-10-06 18:45:29rénald lanoy199329"Tout est mis en oeuvre" ... avec des moyens nuls ... !!!2015-10-06 17:48:42DIEGO MARTINEZ199279Mr. Wets , vous avez bien raison ... onze kust , onze taal , onze geld , mais il n'y a malheureusement pas que chez les flamands !2015-10-06 17:08:13PHILIP COOPER199227...il a aussi précisé que ce n'est pas grave ,cela ne menace pas nos côtes! Cela veut dire,les autres on s'en fiche,qu'ils se débrouillent, y compris la faune du large!2015-10-06 16:36:27Guy Wets4264992015-10-06 14:06:222015-10-06 14:06:23BelgaPas de parutionNormalArticleLe VifPar Le VifEnvironnementLeVif

Collision au large de Zeebrugge : deux taches de mazout échappées du cargo accidenté

Deux grandes taches de mazout flottent mardi en milieu de journée en mer du Nord, issues du cargo accidenté "Flinterstar", a confirmé le gouverneur de Flandre occidentale Carl Decaluwé. Tout est mis en oeuvre pour limiter au minimum les dégradations environnementales.

yesVincent Genot2015-10-06 14:06:51http://www.levif.be/actualite/environnement/collision-au-large-de-zeebrugge-deux-taches-de-mazout-echappees-du-cargo-accidente/article-normal-426499.htmlhttp://m.levif.be/actualite/environnement/collision-au-large-de-zeebrugge-deux-taches-de-mazout-echappees-du-cargo-accidente/article-normal-426499.htmlhttp://www.levif.be/actualite/environnement/http://m.levif.be/actualite/environnement/
Collision au large de Zeebrugge : deux taches de mazout échappées du cargo accidenté

Une des taches se trouve à 4,6 miles de la Côte belge, l'autre à 6 miles. Chacune s'est étendue sur trois kilomètres de long, avec une largeur de 200 mètres pour l'une et 2 kilomètres pour l'autre. "Il n'y a toujours pas de danger pour la Côte flamande et pour la réserve naturelle du Zwin", assure Decaluwé. "Les taches dérivent en direction des Pays-Bas et devraient arriver en eaux néerlandaises ce soir après 20h".

La Protection civile a terminé ses préparatifs et peut s'atteler au nettoyage. "Les circonstances sont bonnes, avec des vagues de 25 à 35 centimètres", indique Jacques D'Havé, de l'Agence en charge de la Côte et des services maritimes. Un officier néerlandais est présent au centre de coordination à Ostende, tandis qu'un plan d'intervention pour les oiseaux a été mis en place.

Le cargo "Flinterstar", qui se trouve toujours sur le banc de sable De Wandelaar, est temporairement surveillé par plusieurs bâteaux-remorqueurs. Avec la marée basse, le bâteau est en partie hors de l'eau. Pour le moment, il n'y a pas de danger que le cargo glisse, mais il existe en revanche un risque qu'il se casse. Sa boîte noire a déjà été prélevée, et l'enquête au sujet de la cause de l'accident est en cours.

Le secrétaire d'Etat à la Mer du Nord, Bart Tommelein, a entre-temps signé un arrêté ministériel pour la création d'une cellule d'enquête indépendante et la désignation d'un enquêteur.

77vif-leVifLereporter<p> </p>http://www.levif.be/actualite/auteurs/le-vif-77.htmlhttp://m.levif.be/actualite/auteurs/le-vif-77.htmlmer du Nordpollutioncollision
Une oasis de biodiversité retrouvée en mer du Nord
Une oasis de biodiversité retrouvée en mer du Nord
Une oasis de biodiversité retrouvée en mer du Nord
Une oasis de biodiversité retrouvée en mer du Nord
Une oasis de biodiversité retrouvée en mer du Nord
Une oasis de biodiversité retrouvée en mer du Nord
2153379Ce sera rapidement détruit avec l'implantation des éoliennes en mer du Nord.2015-07-18 19:52:57Michel Brabant152781Il suffirait que l'homme disparaisse et les autres espèces pourraient survivre.... Il y travaille, sans relâche2015-07-17 16:59:46Chris Barthe4061972015-07-17 15:03:202015-07-17 15:34:17NonePas de parutionNormalArticleStagiaire Le VifPar Stagiaire Le VifEnvironnementLeVif

Une oasis de biodiversité retrouvée en mer du Nord

Jeudi, l'Institut royal des sciences naturelles de Belgique (IRSNB) a annoncé la redécouverte d'une zone riche en vie sous-marine en mer du Nord. La faune y prospère comme il y a cent ans. Buccins, troques et araignées de mer s'épanouissent dans ces îlots miraculeusement préservés.

yesstagiaire22015-07-17 15:34:37http://www.levif.be/actualite/environnement/une-oasis-de-biodiversite-retrouvee-en-mer-du-nord/article-normal-406197.htmlhttp://m.levif.be/actualite/environnement/une-oasis-de-biodiversite-retrouvee-en-mer-du-nord/article-normal-406197.htmlhttp://www.levif.be/actualite/environnement/http://m.levif.be/actualite/environnement/
Une oasis de biodiversité retrouvée en mer du Nord

Au large de la côte belge, à proximité de bancs de sable appelés les "Hinderbanken", des scientifiques belges ont retrouvé les vestiges de lit de graviers découvert il y a cent ans.

IRSNBUn lit de gravier retrouvé en mer du Nord.La partie belge de la mer du Nord se compose principalement de bancs de sable. Entre ces bancs, on trouve des lits de graviers: des zones recouvertes de pierres plus ou moins grandes. Au siècle dernier, Gustave Gilson, pionnier de l'océanographie belge, constate que ces zones accueillent une riche biodiversité, très différente de celle observée sur les bancs de sable. Ces lits servaient de frayères - zone où les poissons viennent pondre leurs oeufs - aux poissons, notamment aux harengs. Au fil du temps, ces zones ont été appauvries par la pêche. Les pierres ont été déplacées ou remontées à bord avec les prises des pêcheurs, privant les espèces de leur habitat naturel. IRSNBLa pêche a privé les espèces de leur habitat naturel.

D'après des recherches récentes réalisées par l'IRNSB, la zone prospère encore aujourd'hui. Les scientifiques embarqués à bord du Simon Stevin, le navire de recherche flamand, ont à nouveau étudié ces zones pierreuses. Les communautés animales qui y vivaient montrent des signes de perturbation et se sont appauvries. Cependant, les espèces typiques sont toujours présentes. Buccins, troques, araignées de mer, hydraires antennes et alcyons y foisonnent. Malheureusement d'autres ont disparu. C'est le cas de la fameuse huitre plate européenne, une espèce particulièrement vulnérable et très appréciée des fins gourmets.IRSNBLes espèces typiques prospèrent encore aujourd'hui. Cette découverte confirme le potentiel de restauration des lits de graviers dans les eaux belges. " Il faut éviter toute perturbation des fonds marins", explique Ilse De Mesel, experte en biologie marine. " Le plan d'aménagement des espaces marins interdit à certains endroits les activités qui troublent les fonds marins. On devrait donc constater une amélioration ! Des espèces disparues pourront de nouveau s'installer et, à terme, des bancs d'huitres plates pourraient même réapparaitre."

Clara Veszely

141le-vif-stagiaireLe VifStagiairereporter/assets/392/avatar_201023.jpghttp://www.levif.be/actualite/auteurs/stagiaire-le-vif-141.htmlhttp://m.levif.be/actualite/auteurs/stagiaire-le-vif-141.htmldécouverte mer du Nordsciencesbiodiversité marine
La mer du Nord, toujours plus polluée
La mer du Nord, toujours plus polluée
La mer du Nord, toujours plus polluée
La mer du Nord, toujours plus polluée
La mer du Nord, toujours plus polluée
La mer du Nord, toujours plus polluée
La mer du Nord, toujours plus polluée
La mer du Nord, toujours plus polluée
5152995Étonnant que ce genre d'information puisse filtrer dans toute la presse. Quant aux amateurs de moules, bon appétit ... miam2015-07-17 22:10:05Georges Meurice152959Faudrait savoir... il y a trois jours on se félicitait du retour en mer du Nord d'espèces de poisson qui avaient fui la pollution ! Et pour les adorateurs de la côte d'Opale, il suffit de fait un trip virtuel avec Google StreetView pour constater que l'urbanisme n'y est pas très différent d'ici, avec comme particularité qu'on se croirait transporté dans les années '50. Avis aux nostalgiques-)2015-07-17 20:41:58Guy Dekuyper152743New York "on the beach"...2015-07-17 16:28:30Claudine SOHIER152741C'est dans pareil cas que l'on se rend compte qu'une stratégie globale de maîtrise de la pollution est indispensable. Car les 60 km de plage flamande (leur Vlaamse Kust) sont évidemment interdépendants des politiques de prévention menées dans les pays limitrophes, essentiellement la France, l'Angleterre, la Hollande, puis au-delà. Et c'est ici que l'on voit que la "Flandre über alles" a ses limites et qu'au lieu de penser "indépendance", il vaudrait mieux pratiquer l'interdépendance et la collaboration rapprochée. Mais pour être dans l'air du temps, faire parler de soi et faire bien, mieux vaut par exemple promouvoir l'installation en Flandre de "toilettes pour les transgenres", ça, au moins c'est important... Ceci dit, cela fait 15 ans au moins que je n'ai plus mis les pieds à la "Vlaamse Kust". Même si la mer est aussi polluée sur la Côte d'Opale, là au moins, on est bien accueillis, on ne doit pas "aboyer flamand" et la côte est belle. Ce n'est pas New York "on t2015-07-17 16:27:22Claudine SOHIER152555C'est tout simple, il ne faut plus mettre les pieds là-bas et laisser la pollution aux Flamingants ... !!!!!!!!!!!!!!!!2015-07-17 11:55:32DIEGO MARTINEZ4060592015-07-17 07:01:322015-07-17 07:10:18BelgaPas de parutionNormalArticleLe VifPar Le VifBelgiqueLeVif

La mer du Nord, toujours plus polluée

Malgré quelques points positifs, l'état de la mer du Nord n'est pas très réjouissant.

yesCaroline Lallemand2015-07-17 07:01:00http://www.levif.be/actualite/belgique/la-mer-du-nord-toujours-plus-polluee/article-normal-406059.htmlhttp://m.levif.be/actualite/belgique/la-mer-du-nord-toujours-plus-polluee/article-normal-406059.htmlhttp://www.levif.be/actualite/belgique/http://m.levif.be/actualite/belgique/
La mer du Nord, toujours plus polluée

Les scientifiques de l'UGMM (Unité de gestion du modèle mathématique de la mer du Nord), y observent un appauvrissement de la faune benthique (des fonds marins) et un enrichissement excessif en plomb, mercure et PCB, lit-on vendredi dans Le Soir, qui relaie des informations du rapport fédéral de l'environnement (période 2009-2014).

Les scientifiques ont constaté une flambée d'infections chez les poissons. Par ailleurs, la production de phytoplancton explose en raison de l'eutrophisation.

De nombreuses substances chimiques dangereuses contaminent l'eau de mer à des valeurs supérieures à la directive-cadre Eau. "Situés à l'autre extrémité de la chaîne trophique, les oiseaux marins pâtissent de la pollution marine. Les teneurs en PCB et en mercure bio-accumulées dans leurs oeufs y dépassent largement les limites acceptables", explique Le Soir.

Le rapport évoque aussi une "évolution trop lente vers une pêche durable".

77vif-leVifLereporter<p> </p>http://www.levif.be/actualite/auteurs/le-vif-77.htmlhttp://m.levif.be/actualite/auteurs/le-vif-77.htmlpollutionmer du Nordpêche
Après 40 années de bons et loyaux services, le Sea King prend doucement sa retraite
Après 40 années de bons et loyaux services, le Sea King prend doucement sa retraite
Après 40 années de bons et loyaux services, le Sea King prend doucement sa retraite
Après 40 années de bons et loyaux services, le Sea King prend doucement sa retraite
Après 40 années de bons et loyaux services, le Sea King prend doucement sa retraite
Après 40 années de bons et loyaux services, le Sea King prend doucement sa retraite
Après 40 années de bons et loyaux services, le Sea King prend doucement sa retraite
Après 40 années de bons et loyaux services, le Sea King prend doucement sa retraite
04059072015-07-16 12:32:462015-09-01 15:07:34Le VifPas de parutionLong readArticleVincent GenotPar Vincent GenotBelgiqueLeVif

Après 40 années de bons et loyaux services, le Sea King prend doucement sa retraite

Vincent Genot - Depuis les années 1970, les hélicoptères Sea Kings veillent à la sécurité des plaisanciers en villégiature sur la côte. Mais le gros bourdon au nez rouge est aujourd'hui techniquement dépassé. Son remplaçant, le nouvel hélicoptère NH90 effectuera, en alternance avec le Sea King, des missions jusqu'en juin 2016. Ensuite, le Sea King, riche de 40 années de bons et loyaux services, prendra sa retraite. En juillet 2007, nous avions eu la chance de passer une journée à bord de cette légende des mers. Scramble ! à Coxyde

yesVincent Genot2015-07-16 13:37:00http://www.levif.be/actualite/belgique/apres-40-annees-de-bons-et-loyaux-services-le-sea-king-prend-doucement-sa-retraite/article-longread-405907.htmlhttp://m.levif.be/actualite/belgique/apres-40-annees-de-bons-et-loyaux-services-le-sea-king-prend-doucement-sa-retraite/article-longread-405907.htmlhttp://www.levif.be/actualite/belgique/http://m.levif.be/actualite/belgique/
Après 40 années de bons et loyaux services, le Sea King prend doucement sa retraite

Vincent Genot - Assis à même le sol de la carlingue vibrante, le dos coincé contre un gros boudin jaune qui, le cas échéant, peut se transformer en canot pneumatique, Windels, le plongeur, ouvre partiellement la porte latérale du Sea King. Vivifiant, l'air du large s'engouffre dans l'habitacle. Un instant, il arrive même à estomper l'odeur du carburant. Mais rapidement, l'air chaud dégagé par le moteur du rotor le remplace.

Vincent Genot -

Huma - Frédéric PauwelsAssis à même le sol de la carlingue vibrante, le dos coincé contre un gros boudin jaune qui, le cas échéant, peut se transformer en canot pneumatique, Windels, le plongeur, ouvre partiellement la porte latérale du Sea King.

Vincent Genot - L'hélicoptère se stabilise à hauteur du poste de pilotage du bateau. A l'aide d'un panneau, Lanoye indique un canal de communication au commandant du navire.

Vincent Genot - En équilibre au milieu de l'hélicoptère, la visière de son casque rabattue sur le visage, Lanoye, le mécanicien de bord, passe un harnais avant d'ouvrir entièrement la porte de l'appareil. Dix mètres plus bas, glissant entre l'Angleterre et la côte belge, un porte-conteneurs asiatique fend la mer de son étrave. L'hélicoptère se stabilise à hauteur du poste de pilotage du bateau. A l'aide d'un panneau, Lanoye indique un canal de communication au commandant du navire. La liaison radio établie, le pilote du Sea King demande alors l'autorisation d'apponter.

Vincent Genot -

Huma - Frédéric PauwelsDix mètres plus bas, glissant entre l'Angleterre et la côte belge, un porte-conteneurs asiatique fend la mer de son étrave.

Vincent Genot - Sans aucune hésitation, le plongeur se lève. Face au vide, il agrippe le mousqueton du treuil auquel il s'accroche. D'un simple geste de la main, il fait signe au mécano qu'il est prêt avant de se placer en suspension dans le vide. En bas, le vent dégagé par les pales de l'hélicoptère soulève des gerbes d'eau. Le vacarme est assourdissant. Comme dans un ballet, les mouvements sont rodés : une main protégée par un gant de Kevlar sur le câble, l'autre sur la commande du treuil, Lanoye dirige la descente du plongeur. Deux minutes et le mousqueton du câble revient déjà à vide. Son sac de premiers soins sur le dos, Boyen, le "médic" de l'équipe (un ambulancier urgentiste) s'arrime à son tour. Sur le pont du navire, le plongeur prépare la zone d'arrivée : homme, câble ou matériel, rien ne doit entraver la manoeuvre. Au signe du plongeur, le "médic" entame la descente sous les yeux attentifs du mécanicien de bord. A l'aide du micro placé devant sa bouche, l'opérateur du treuil devient l'oeil du pilote. De la bonne compréhension des deux hommes dépend la sécurité des personnes hélitreuillées. Pour éviter un stress inutile au pilote, la manoeuvre terminée, le Sea King se dégage du sillage du navire pour se positionner, en vol stationnaire, à une centaine de mètres de celui-ci. A genoux devant l'ouverture de la porte, Lanoye attend le signal de la récupération. Cinq minutes de patience et l'hélicoptère survole à nouveau le navire asiatique. Sans anicroche, les deux hommes sont remontés à bord. Calmement, chacun reprend alors sa place dans la carlingue. Le plongeur referme la porte, le vol peut se poursuivre.

Vincent Genot -

Huma - Frédéric PauwelsSans aucune hésitation, le plongeur se lève. Face au vide, il agrippe le mousqueton du treuil auquel il s'accroche.

Vincent Genot - Sans compter le temps passé sur le pont du navire, l'opération d'hélitreuillage n'a pas dépassé la dizaine de minutes. Maîtrise des gestes, coordination parfaite des opérations, calme olympien... on ne peut qu'être épaté devant autant de professionnalisme. Pour l'équipage, la chose est naturelle. Tous sont déjà repartis dans leurs pensées. Le bruit des moteurs rend d'ailleurs toute conversation impossible : le débriefing de la mission se fera plus tard. D'autant que la journée n'est pas terminée. Perdus au beau milieu de la mer du Nord, trois zodiacs, incongrus à une telle distance des côtes, attendent l'hélicoptère. Comme la mer est calme et la visibilité excellente, le pilote les a repérés de loin. A l'inverse du capitaine du porte-conteneurs, les hommes des zodiacs sont prévenus de son arrivée : membres des services spéciaux en opération, l'exercice d'hélitreuillage fait partie de leur formation. Calmement, l'équipage du Sea King réitère ses manoeuvres d'approche, de débarquement et de rembarquement. L'exercice de voltige semble toujours les laisser de marbre. La concentration est telle qu'on pourrait presque penser que ces hommes s'ennuient. En réalité, ils sont simplement absorbés par leurs objectifs.

Vincent Genot -

V.G.Perdus au beau milieu de la mer du Nord, trois zodiacs, incongrus à une telle distance des côtes, attendent l'hélicoptère.

Vincent Genot - Après une dizaine de minutes et un dernier salut de la main aux hommes des zodiacs, l'hélicoptère quitte la zone pour prendre la direction de l'aéroport d'Ostende au-dessus duquel il doit réaliser un passage à basse altitude. C'est l'occasion pour l'équipage de vérifier que la configuration de l'aéroport n'a pas changé depuis leur dernier passage. En cas de vol nocturne, la chose est importante. Quelques conteneurs déplacés suffisent, en effet, à changer la configuration d'une possible aire d'atterrissage. Après deux heures de vol, le gros bourdon et son équipage sont de retour à B Koks, la base de Coxyde où sont stationnés les 4 Sea Kings de la 40e escadrille, Search and Rescue (40 Sqn SAR). A l'origine, l'escadrille a été créée pour mener à bien des opérations de sauvetage en cas d'accident d'avion civil ou militaire sur les territoires belge et luxembourgeois. Dans la pratique, les Sea Kings sont surtout engagés pour sauver des personnes de la noyade, transporter des grands brûlés, assister des navires en difficulté, rechercher des disparus et surveiller le littoral.

Vincent Genot -

Huma - Frédéric PauwelsL'hélicoptère quitte la zone pour prendre la direction de l'aéroport d'Ostende au-dessus duquel il doit réaliser un passage à basse altitude.Un équipage de 6 personnes

Vincent Genot - Alors que les pales de la machine s'immobilisent dans un dernier sifflement, les mécaniciens s'avancent déjà sur le tarmac pour bichonner la bête. C'est que vieux de 32 ans, l'hélico a besoin de soins quotidiens. "Je ne suis pas un grand spécialiste de l'entretien, rigole Geerts, alias Krikke, pilote de 28 ans, mais, pour une heure de vol, il faut compter une bonne dizaine d'heures de maintenance au sol. Sans parler de l'air marin, particulièrement corrosif pour la carlingue de l'appareil." Pendant que l'hélicoptère, maintenant totalement silencieux, est tracté à l'ombre du hangar, son équipage part se changer. Casques et combinaisons sont impeccablement rangés en prévision d'une alerte.

Vincent Genot - Ouvrez votre gilet de sauvetage alors que vous êtes encore à l'intérieur de l'appareil et vous pouvez être certain de rester bloqué au plafond et de couler avec lui

Vincent Genot - "Aujourd'hui, nous volons plutôt léger, poursuit Geerts. Mais si l'eau fait moins de 13 degrés, nous devons enfiler des combinaisons capables de nous protéger en cas d'immersion prolongée dans l'eau. Par contre, comme dans les meilleurs films, nous avons toujours dans notre poche une mini-bouteille d'air comprimé. Si nous devions nous abîmer en mer, ce qui n'est heureusement jamais arrivé dans l'escadrille, elle nous donne théoriquement le temps de sortir de l'appareil." En cas d'amerrissage sur une mer calme, un Sea King peut flotter grâce à deux grands sacs à air placés au niveau des roues. Une fois stabilisé sur l'eau, il est alors possible d'évacuer l'appareil à bord d'un canot de sauvetage. Sur une mer agitée, c'est plus compliqué. Vu la hauteur de l'appareil, il chavirerait rapidement. "Une fois par an, reprend Geerts, nous avons un entraînement d'évacuation de la carlingue en piscine durant lequel nous sommes drillés à poser les bons gestes." "Ouvrez votre gilet de sauvetage alors que vous êtes encore à l'intérieur de l'appareil et vous pouvez être certain de rester bloqué au plafond et de couler avec lui", précise d'ailleurs Windels, le plongeur.

Vincent Genot -

V.G.retour à B Koks, la base de Coxyde où sont stationnés les appareils de la 40e escadrille, Search and Rescue (40 Sqn SAR).

Vincent Genot - L'équipage d'un Sea King se compose de six personnes : deux pilotes, un navigateur, un spécialiste des instruments de bord, un plongeur et un ambulancier urgentiste. Un équipage complet se trouve toujours en stand-by à la base de Coxyde. Dès qu'un appel de détresse lui parvient, il doit décoller dans un délai imparti : quinze minutes en journée et trois quarts d'heure au maximum la nuit. "Dans la pratique, on fait toujours beaucoup mieux, sourit Dirk Vanleeuw, alias Simba, un des sept "médics" de la base. Comme c'est le cas aujourd'hui, notre efficacité est surtout le résultat de nos entraînements quotidiens. Seules 10 % de nos sorties sont de véritables interventions. Mais les exercices sont indispensables. Dans un vrai scramble (alerte), les secondes comptent. Lorsque la sirène se déclenche, l'équipage court se changer pendant que le navigateur va aux informations pour prendre les objectifs de la mission. Quand une ambulance doit charger un blessé, on lui communique une adresse. Chez nous, c'est un peu plus compliqué. On nous fournit les coordonnées de l'endroit où la personne a disparu. En fonction du laps de temps écoulé, des conditions climatiques et des courants, on calcule la dérive possible à l'aide de tableaux. Arrivé au-dessus du point d'intervention, c'est toujours le plongeur qui descend en premier. Une fois la zone sécurisée, je peux rejoindre le patient. En fonction de la gravité de son état, je prends ou non la décision de l'évacuer. Le fait de travailler trois jours par semaine au service des urgences d'un hôpital est important pour poser un diagnostic rapide. Avant de quitter le navire, je dois absolument avoir échangé toutes les informations importantes avec le patient. Car, une fois à bord de l'appareil, il est impossible de communiquer avec le patient autrement que par gestes."

"On ne sait jamais sur quoi on va tomber"

Vincent Genot - Géographiquement, les hélicoptères de la 40e escadrille interviennent dans les eaux belges et hollandaises ainsi que dans le Nord de la France. "Les Anglais font parfois appel à nos services, précise le 1er sergent-major Delchef, alias Spirit Boy, 36 ans, le seul "médic" francophone de l'escadrille. La réciprocité est vraie. Lors de la catastrophe de Ghislenghien, nous avions trois Sea Kings sur place pour transporter les grands brûlés. Ce sont les appareils anglais qui seraient intervenus sur nos côtes en cas de problème. Simple question d'adaptation... C'est d'ailleurs une des constantes de ce boulot : on ne sait jamais sur quoi on va tomber. Un jour, une alerte nous signale un marin se plaignant d'une douleur à la main. Quand nous avons hélitreuillé le gars, nous avons constaté que plusieurs de ses doigts ne tenaient plus que par des lambeaux de peau. Les pêcheurs nous apprécient, ils savent que nous volons pour eux. C'est une des raisons pour lesquelles ils ne refusent jamais de participer à nos exercices quotidiens."

Vincent Genot -

V.G.

Vincent Genot - Habitués aux interventions critiques, les équipages de Sea King n'hésitent pas à affronter la tempête pour porter secours. Deux éléments les clouent cependant au sol : un vent soufflant à plus de 45 noeuds (un peu plus de 80 kilomètres-heure) et un brouillard limitant la visibilité à une dizaine de mètres. "Au décollage, un vent violent rend impossible l'engagement du rotor, explique Geerts. Il est toutefois possible de contourner l'obstacle en plaçant le Sea King à l'abri des rafales, derrière un hangar, par exemple. Une fois en l'air, même si nous volons moins vite, le vent n'est plus un problème, sauf, bien entendu, pour les opérations d'hélitreuillage. Dans le cas du brouillard, nous ne pouvons pas faire grand-chose. Il est inutile de décoller dans une mélasse qui rend vaines toutes opérations de recherche.

Vincent Genot -

Huma - Frédéric PauwelsLe Sea King, robuste et riche de 40 années de bons et loyaux services, est aujourd'hui dépassé.

Vincent Genot - A ce propos, nous sommes une des seules nations à voler avec un équipage de 6 personnes. En cas de recherche, dont la dernière partie s'effectue toujours à vue, c'est particulièrement important d'avoir 6 paires d'yeux pour scruter la surface de l'eau. On l'oublie souvent, mais, d'une personne à la mer, on ne voit que la tête qui émerge. Si les professionnels de la mer sont souvent équipés de tenues voyantes munies parfois d'un système de localisation, c'est rarement le cas des plaisanciers. Pourtant, quand on part en mer, un simple vêtement bien visible fait souvent la différence."

Vincent Genot -

MEDIUMPZ19genot-vincentRédacteur en chef adjoint des rédactions web de RoulartaGenotVincentreporter/assets/88/avatar_45380.jpgvincent.genot@levif.behttp://www.facebook.com/vincent.genothttp://twitter.com/VincentGenot<p>Rédacteur en chef adjoint des rédactions web de Roularta</p>http://www.levif.be/actualite/auteurs/vincent-genot-19.htmlhttp://m.levif.be/actualite/auteurs/vincent-genot-19.htmlmer du NordsauvetageSea King Coxyde
Le parc éolien en Mer du Nord serait responsable de la mort d'un millier d'oiseaux par an à terme
Le parc éolien en Mer du Nord serait responsable de la mort d'un millier d'oiseaux par an à terme
Le parc éolien en Mer du Nord serait responsable de la mort d'un millier d'oiseaux par an à terme
Le parc éolien en Mer du Nord serait responsable de la mort d'un millier d'oiseaux par an à terme
Le parc éolien en Mer du Nord serait responsable de la mort d'un millier d'oiseaux par an à terme
Le parc éolien en Mer du Nord serait responsable de la mort d'un millier d'oiseaux par an à terme
Le parc éolien en Mer du Nord serait responsable de la mort d'un millier d'oiseaux par an à terme
Le parc éolien en Mer du Nord serait responsable de la mort d'un millier d'oiseaux par an à terme
41013631000 oiseaux morts pour 564 éoliennes sur une année. En gros : 2 oiseaux par éolienne. Bon, c'est bien triste mais est-ce bien nécessaire de faire tout un fromage pour cela ?2015-04-20 09:19:10eric hourant101069Bien vu M. Barthe ! De plus les pronucléaires font feu de tout bois et devenant tout d'un coup écologiste !2015-04-19 10:59:08Baudouin Labrique1010351* ) les groupes electrabel et suez ne son pas content alors on parle des petit oiseaux et surtout plus de fukushima ses très mal heureux pour les oiseaux mai au moins tout un pays ne sera pas condamné a vivre dans un monde pollués pour 100 ans alors que les pourritures d actionnaire de ses groupe se prélasserons sur des plages de paradis tropicaux 1* ) écriture phonétique2015-04-19 08:39:43michel dupont101007N'est-il pas possible de tenir ces animaux à distance par des ultra-sons?2015-04-19 06:08:35Chris Barthe3899572015-04-18 15:36:342015-04-18 15:36:35BelgaPas de parutionNormalArticleLe VifPar Le VifEnvironnementLeVif

Le parc éolien en Mer du Nord serait responsable de la mort d'un millier d'oiseaux par an à terme

Une fois la concession du parc éolien de la Mer du Nord totalement concrétisée (564 éoliennes), l'installation pourrait être responsable de la mort d'un millier d'oiseaux marins chaque année.

auto2015-04-18 15:36:40http://www.levif.be/actualite/environnement/le-parc-eolien-en-mer-du-nord-serait-responsable-de-la-mort-d-un-millier-d-oiseaux-par-an-a-terme/article-normal-389957.htmlhttp://m.levif.be/actualite/environnement/le-parc-eolien-en-mer-du-nord-serait-responsable-de-la-mort-d-un-millier-d-oiseaux-par-an-a-terme/article-normal-389957.htmlhttp://www.levif.be/actualite/environnement/http://m.levif.be/actualite/environnement/
Le parc éolien en Mer du Nord serait responsable de la mort d'un millier d'oiseaux par an à terme

A terme, lorsque des milliers d'éoliennes seront installées dans les eaux européennes, il se pourrait que cette mortalité en hausse ait un impact sur la population de certaines espèces, indique le dernier rapport annuel de l'Instituut voor Natuur-en Bosonderzoek (INBO).

Trois parcs éoliens comportant au total 182 turbines ont été construits

sur la période 2008-2014 en Mer du Nord. L'INBO s'est penché sur les

effets de ces changements sur le milieu marin et les oiseaux.

"Comme attendu, il semble que certains oiseaux évitent les parcs éoliens",

précisent les chercheurs de l'INBO.

"Le fou de Bassan, le guillemot et la mergule sont clairement gênés

par la présence d'éoliennes.

D'autres espèces semblent au contraire attirées par l'installation,

notamment le goéland argenté ou la mouette pygmée. La population du

goéland argenté a même augmenté sensiblement autour du parc Bligh

Bank".

Les oiseaux utilisent les fondations de la structure et le

transformateur comme aire de repos. Il était déjà apparu que les fondations

font rapidement office de récifs artificiels, ce qui à terme tend à

faire augmenter la quantité de nourriture à disposition des oiseaux marins.

Le fait que certaines espèces soient attirées par les parcs éoliens

n'est pas une bonne nouvelle de prime abord car cela augmente le

risque de collision -la population d'oiseaux marins étant plus

nombreuse- avec la structure (près de deux individus victimes d'une

collision, par turbine et par année, selon une estimation de l'INBO).

"Lorsque le parc sera complet (564 éoliennes), cela fera donc un

bon millier de victimes de collision par an, dont 98 pc de mouettes.

Et compte tenu du fait que les eaux européennes devraient accueillir

avec le temps plus de 10.000 turbines, l'impact sur la mortalité des

espèces pour cause de collision pourrait être important", lit-on

encore dans le rapport

77vif-leVifLereporter<p> </p>http://www.levif.be/actualite/auteurs/le-vif-77.htmlhttp://m.levif.be/actualite/auteurs/le-vif-77.htmlmer du NordOiseaux marinsparc éolienornithologie
Une amende de 250 euros en cas de baignade dans la mer du Nord
Une amende de 250 euros en cas de baignade dans la mer du Nord
Une amende de 250 euros en cas de baignade dans la mer du Nord
Une amende de 250 euros en cas de baignade dans la mer du Nord
Une amende de 250 euros en cas de baignade dans la mer du Nord
Une amende de 250 euros en cas de baignade dans la mer du Nord
Une amende de 250 euros en cas de baignade dans la mer du Nord
Une amende de 250 euros en cas de baignade dans la mer du Nord
14100877Albert Decerf2015-04-18 09:27:45 ************************************************* quand a faire, je vous conseille la baie de la somme pas beaucoup plus loin et très joli coin.....2015-04-18 16:38:01christiane corbet100685Dans notre pays on est bien encadré par les lois, surtout le petit peuple, donc verboten de se payer une petite baignade à la côte Flamande en dehors de juin à septembre. Et pourquoi pas pousser un peu plus loin, Bray Dunes en France n'est qu'a 10 minutes de De Panne, on peut s'y noyer, pardon, y nager, en toute liberté, en plus c'est Francophone, sympa et bien moins cher.2015-04-18 09:27:45Albert Decerf100647il y a ...je suppose...des endroits sécurisés....avec des les maîtres-nageurs présents..... s'il arrivait quelque chose dans une zone non indiquée dangereuse, on en ferait aussi un drame....mais s'il s'agit d'enfants, que des parents inconscients exposent au danger, là je choisirais la sécurité avant tout...donc, si les avertissements ne sont pas respectés, même aller jusqu'à donner des amendes ......ceci dit on pourrait en engager pendant les vacances scolaires et les week end d'été....,2015-04-17 23:12:53christiane corbet100301Il n'y a pas un truc EU pour nous garantir la LIBERTÉ de faire une plongette dans la mer par beau temps. Mais bon, il y a sur les routes pleins de panneaux idiots qu'on ne peut enfreindre sans devoir payer une amende. Avez-vous déjà quantifié la réduction des libertés individuelles depuis la libération de 1945 ?2015-04-17 09:30:29Pierre CARLIER100267Jean Descamp... Chuuuuttt! Ce que fait le Flamand, il le fait mieux!2015-04-17 07:52:14Chris Barthe100205Renald Lanoy = la er de l'autre coté de la frontière est la même, car les courants dans le channel passent devant la côte bege aussi, dont sentiment subjectif. Jean Descamps = bien sûr, il faut éviter à des wallons de faire 100km de plus après Bruxelles pour trouver les plages ferlées sur la côte, par manque de surveillants de plages !!! Ainsi les flamands n'auront plus de touriste à plumer uniquement en boissons et restauration, sans jouir de la mer !!2015-04-16 23:11:44michel Brasseur100199Cet article n'est pas pour moi car il y a plus de dix ans que je n'ai plus mis un pied en Flandre , je ne suis pas concerné du tout , mais bon de toute façon la mer surtout chez nous est ultra polluée , je ne comprends pas comment des gens osent s'y baigner , pour ce qui concerne la mer , je préfère la mer côté français , je me sens beaucoup plus accueilli et on y parle le français2015-04-16 22:44:44rénald lanoy100135Chris Barthe: Et finalement,il ne louait même plus les terres en Wallonie.Il préférait venir en catimini la nuit déverser leurs crasses n'importe où en Wallonie... Un peu comme Zaventem........où la nuisance est pour les autres.....Une vraie plaie,ces flamands quand il s'agit de saletés...2015-04-16 19:05:13jean descamps100119Je pense que l'on trouve bien de l'argent pour des choses vraiment futiles, aussi je ne suis pas d'accord sur le fait qu'on ne puisse à partir des vacances de Pâques, bénéficier des bienfaits de la mer, surtout si le temps est beau. Pas mal de jeunes seraient heureux de trouver ce job pendant les vacances de Pâques s'ils sont aptes à le faire bien sur !!!!!2015-04-16 18:46:38Struyven Marie-Thérèse100079Faut le reconnaître ils savent faire du pognon, ces Flamands, avec n'importe quoi, je me souviens d'un temps ou ils louaient des terres en Wallonie pour venir s'y débarrasser de leur lisier, gageons que bientôt ils nous la feront payer leur m....2015-04-16 17:55:26Chris Barthe100057Vous avez dit : Etat policier ?2015-04-16 17:35:21Alexandre Russanowski100013Attention aux panneaux d'indication se trouvant sur les routes ! Un couple anversois en a fait une amère expérience.Voulant visiter le nord de la France,et plus particulièrement Calais et ses environs....il roulait allègrement quand soudain,il a aperçu un panneau avec l'indication"PAS DE CALAIS".......et donc, a fait demi-tour pour retourner à Anvers.......2015-04-16 16:57:11jean descamps100001Il me parait impératif de mettre un grand panneau à l'entrée de toutes les routes qui mènent à la côte avec la mention "baignades interdites" ou "autorisées, pour éviter des déplacements inutiles. Les plages sont publiques et donc libres d'accès à quiconque, et j'attaquerais en justice qq qui m'en empêcherait sauf s'il y a des panneaux de propriétés privées, y compris dans les dunes. Cette région devient un territoire sous diktat policier. Il est grand temps d'avertir les Français et hollandais !! à leurs frontières2015-04-16 16:46:57michel Brasseur99993Ils sont fous ces fla-fla... Le touristes devraient bouder toute la côte belge tant qu'il n'y a pas d'autorisation d'aller se baigner, et rentrer chez eux au lieu d consommer dans les cafés et restaurants !!!2015-04-16 16:42:30michel Brasseur3896392015-04-16 13:56:562015-04-16 13:56:57BelgaPas de parutionNormalArticleVirginie MoriauxPar Virginie MoriauxBelgiqueLeVif

Une amende de 250 euros en cas de baignade dans la mer du Nord

Vous pensiez pouvoir vous baigner où et quand vous voulez à la mer du Nord ? Et bien détrompez-vous, c'est loin d'être le cas !

auto2015-04-16 13:57:01http://www.levif.be/actualite/belgique/une-amende-de-250-euros-en-cas-de-baignade-dans-la-mer-du-nord/article-normal-389639.htmlhttp://m.levif.be/actualite/belgique/une-amende-de-250-euros-en-cas-de-baignade-dans-la-mer-du-nord/article-normal-389639.htmlhttp://www.levif.be/actualite/belgique/http://m.levif.be/actualite/belgique/
Une amende de 250 euros en cas de baignade dans la mer du Nord

Le soleil pointe (enfin !) son nez, les foules se pressent vers la côte belge en trains et en voitures et la mer du Nord les nargue de ses vagues. Car en effet, malgré un petit réchauffement de la température, ces touristes d'un jour ou d'une semaine ne pourront pas y nager. Des panneaux "baignade interdite" bardant les plages du littoral.

Et si les eaux du littoral belge sont interdites aux nageurs pour des raisons de sécurité (courants, température de l'eau...) elles le sont aussi et surtout en l'absence de sauveteurs. Il faut impérativement que les maîtres-nageurs soient présents sur le sable afin que l'autorisation de baignade soit donnée, or ceux-ci ne sont présents que de fin juin à début septembre. Les communes du littoral ne peuvent pour le moment augmenter ces périodes de présence faute de budget.

D'accord un panneau n'a jamais arrêté personne et il y a toujours eu des (imprudents) intrépides pour les braver. Seulement ceux-ci doivent savoir que ces interdictions ne sont pas là juste à titre de conseil (il est souhaitable de ne pas se baigner) mais bien pour être respectés sous peine de ... verbalisation par la police ! Eh oui on ne badine pas avec les panneaux. Ces contraventions peuvent s'élever jusqu'à 250 euros.

169moriaux-virginieMoriauxVirginiereportervirginie.moriaux@tendances.behttp://www.levif.be/actualite/auteurs/virginie-moriaux-169.htmlhttp://m.levif.be/actualite/auteurs/virginie-moriaux-169.htmlamendemer du Nordbaignade sauveteurs
Sacrifier la moitié de la Côte pour sauver le reste en cas de montée des eaux
Sacrifier la moitié de la Côte pour sauver le reste en cas de montée des eaux
Sacrifier la moitié de la Côte pour sauver le reste en cas de montée des eaux
Sacrifier la moitié de la Côte pour sauver le reste en cas de montée des eaux
Sacrifier la moitié de la Côte pour sauver le reste en cas de montée des eaux
Sacrifier la moitié de la Côte pour sauver le reste en cas de montée des eaux
Sacrifier la moitié de la Côte pour sauver le reste en cas de montée des eaux
Sacrifier la moitié de la Côte pour sauver le reste en cas de montée des eaux
997557Le problème , c'est que la mer du nord est fédérale. Elle appartient autant aux Wallons qu'aux Flamands. Il faudra discuter!2015-04-10 11:00:50jeanluc vanhoeck97531Allez dans le Morvan, la moitié des hôtels sont tenus par des hollandais. Ceux là ont tout compris.2015-04-10 10:21:24Baudouin Petit97519Personne pour critique ce fameux réchauffement et la montée des eaux (juste désirée parce que cela noiera ces méchants flamands!). Si le niveau monte d'un mètre d'ici cent ans, et que cela fait 15 ans qu'Al Gore le prédit (chiffres d'ailleurs bien plus alarmistes chez ce bonhomme!), on devrait peut-être un petit peu voir le début de ce mètre, quelques centimètres, non?2015-04-10 10:09:10Jean Cornelius Lincoln97501La Hollande,dont les 3/4 de son territoire se trouve sous le niveau de la mer,a déjà résolu le problème.......elle a 100 ans d'avance sur les flamands.... D'un autre côté,une autre étude prévoit que la mer aura avancé,dans 100 ans jusqu'au niveau du territoire d'Alost.... Et puis finalement,dans 100 ans,que sera devenu le pays...la flandre...l'europe...??2015-04-10 09:30:12jean descamps97495C'est un problème flamand à eux d'en assumer les frais.2015-04-10 09:27:43Viviane Oudaert97453Puisqu'on veut faire du chacun pour soi, qu'on ne demande pas l'argent du Fédéral pour aménager tout cela. La Flandre est riche, la côte est flamande. Que la Flandre se débrouille. Je n'y vais plus de toute façon.2015-04-10 07:56:29Michel Claes97449Hé! Le vif, pourquoi tu me dis que je n'ai pas fait de commentaire , avant de le publier??2015-04-10 07:51:04Chris Barthe97447Sauvez la, mon dieu! Elle est moche , polluée, et peuplée de gens qui n'aiment de nous ,que notre fric, mais sauvez la quand même, sinon, ils nous envahiront et trouveront normal de jouer , alors , la solidarité... Wallons , prions ensemble pour le sauvetage de la vlamse kust2015-04-10 07:49:52Chris Barthe97443Quelle importance! Elle est déjà défigurée et salopée par ses peuplades... Non pure méchanceté... Sauvez la , mon dieu sinon, ils nous envahiront !2015-04-10 07:46:53Chris Barthe3886612015-04-10 07:20:392015-04-10 07:20:39BelgaPas de parutionNormalArticleLe VifPar Le VifEnvironnementLeVif

Sacrifier la moitié de la Côte pour sauver le reste en cas de montée des eaux

D'ici 2100, le niveau de la mer du Nord pourrait monter d'un mètre en raison du changement climatique. Des choix drastiques devront être pris pour protéger l'environnement.

auto2015-04-10 07:20:47http://www.levif.be/actualite/environnement/sacrifier-la-moitie-de-la-cote-pour-sauver-le-reste-en-cas-de-montee-des-eaux/article-normal-388661.htmlhttp://m.levif.be/actualite/environnement/sacrifier-la-moitie-de-la-cote-pour-sauver-le-reste-en-cas-de-montee-des-eaux/article-normal-388661.htmlhttp://www.levif.be/actualite/environnement/http://m.levif.be/actualite/environnement/
Sacrifier la moitié de la Côte pour sauver le reste en cas de montée des eaux

Sacrifier les communes à l'ouest d'Ostende et laisser l'eau les envahir, est l'une des options, lit-on vendredi dans De Standaard et Het Nieuwsblad.

La possibilité d'inonder La Panne, Coxyde, Furnes, Nieuport et Middelkerke est l'un des quatre scénarios de l'étude "Metropolitaan Kustlandschap 2100" menée par les autorités flamandes.

Le but de cette étude est d'envisager ce qui pourrait se produire à la Côte et de prendre les mesures pour contrer la montée des eaux. Joachim Declerck, architecte et l'un des auteurs de l'étude, souligne que l'inondation de villes à l'ouest d'Ostende est le scénario le plus extrême. "Dans d'autres possibilités, les villes de Nieuport et La Panne sont épargnées et des digues et murs renforcent leur résistance à la montée des eaux", dit-il.

77vif-leVifLereporter<p> </p>http://www.levif.be/actualite/auteurs/le-vif-77.htmlhttp://m.levif.be/actualite/auteurs/le-vif-77.htmlmontée des eauxmer du Nordinondation côte
La Belgique veut construire 5 nouveaux parcs éoliens offshore en mer du Nord
La Belgique veut construire 5 nouveaux parcs éoliens offshore en mer du Nord
La Belgique veut construire 5 nouveaux parcs éoliens offshore en mer du Nord
La Belgique veut construire 5 nouveaux parcs éoliens offshore en mer du Nord
La Belgique veut construire 5 nouveaux parcs éoliens offshore en mer du Nord
La Belgique veut construire 5 nouveaux parcs éoliens offshore en mer du Nord
La Belgique veut construire 5 nouveaux parcs éoliens offshore en mer du Nord
La Belgique veut construire 5 nouveaux parcs éoliens offshore en mer du Nord
1850417Rénald Lanoy-01:31:29: J'aurais voulu vous répondre,mais impossiblele modérateur veille! Et comme le vif fait partie du groupe"roularta",la vérité n'est pas toujours bonne à dire,quand il s'agit d'un francophone.Par contre quand il s'agit d'insulter le sud du pays,pas de problèmes.2015-01-03 20:04:15jean descamps50321A la vitesse où le nord se bat pour son indépendance, eux il auront l'énergie et nous, au sud, rien, pardon, le nucléaire de l'EDF/Suez, on finira par n'avoir plus besoin de lumière quand on sera tous phosphorescant à cause de la radio-activité. De plus ils ferment les centrales au gaz, moins poluantes et beaucoup moins dangereuses, pour nous obliger à conserver les nucléaires.2015-01-03 16:34:47Christian Cholewa50319" L'impacte ècologique, courants, désensablement des plages, inconnu." Je ne pas écolo, loin s'en faut, je soulève un inconnu. Chaque année des 100.000nes de € sont dépensés (par le N) pour draguer, réhausser, les plages etc. sans qu'on sache exactement le pourquoi du problème. Dévier les courants naturels importe toujours des risques. Ce seront des coûts (éventuels) supplémentaires à ajouter au prix de l'énergie. C'est tout.2015-01-03 16:34:34Walter Huybrecht50317La mer est une source d'énergie inépuisable : le vent, les marrées, les ports ... Notre sécurité sociale au niveau de l'économie du pays.2015-01-03 16:29:02Marc Baeyens50315Et en attendant, en Wallonie chaque fois qu'une proposition est faite, c'est la levée des boucliers, pas dans mon jardin, bientôt on devra payer pour obtenir l'électricité flamande. A l2015-01-03 16:24:34Christian Cholewa50285Et revoilà les Écolos, maintenant pour critiquer le projet "atoll". Comme ils lutteraient contre tout nouveau projet de type "COO" au nom de la défense des paysages et milieux naturels. Il me semble que pour eux, la meilleure solution serait la disparition pure et simple de l'espèce humaine, décidemment trop polluante.2015-01-03 15:20:24Robert STAINIER50253@diegomartinez >>Et qui va se remplir les poches ... ?<< (sic). Je l'ignore (et vous aussi, je pense) mais ce qui est certain, c'est que nous serons moins à la merci de tous ces fournisseurs d'énergie fossile comme les russes et les barbus du Moyen-Orient et nous produirons une électricité aussi propre que possible.2015-01-03 14:46:44eric hourant50245Et qui va se remplir les poches ... ??????????????????????2015-01-03 14:39:05DIEGO MARTINEZ50225Je ne suis pas contre mais suis assez prudent de considérer ce systême comme tampon. ce serait comparable à une barrage hydro-èlectrique d'une hauteur de +~ 4 m. Selon l'état de la mer le rendement sera variable, mais cela fonctionne 24/24. L'atoll sera naturelllement un Vlaamse Atoll, construit par les firmes de dragages anversoises. Coûts élevés mais amortissables sur longue durèe. L'impacte ècologique, courants, désensablement des plages, inconnu.2015-01-03 14:22:05Walter Huybrecht50151P.S. ". Le processus peut apparemment s'effectuer dans des délais très courts de quelques heures". et donc en période critique où un blackout est redoute !2015-01-03 12:36:18Baudouin Labrique50147Le projet d'atoll avait déjà été décidé en 2013 par le gouvernement fédéral : "Son fonctionnement est assez simple. En période de surconsommation, le trop-plein d'électricité sera utilisé pour... vider l'eau contenue dans l'atoll. Ensuite, lorsque la demande d'électricité le nécessitera, les vannes de l'atoll seront ouvertes, laissant y pénétrer l'eau et produire de la sorte de l'électricité, comme le fait une centrale hydraulique. Il s'agit d'une forme de stockage différé de l'électricité. Le processus peut apparemment s'effectuer dans des délais très courts de quelques heures. Et si le principe existe déjà, il sera pour la toute première fois installé en mer." (Source DH)2015-01-03 12:35:14Baudouin Labrique50127@Walter Huybrecht : il faut bien qu'on commence un jour à construire des atolls et l faut bien commencer à un moment donné, comme le jour où on a commencé à construire des centrales nucléaires etc.2015-01-03 12:03:03Baudouin Labrique50079@ Baudouin Labrique : cette trchnique est toujours au stade de l'expérimentation et aucun modèle grande échelle ne fonctionne pour le moment (à ma connaissance). Les coûts doivent être asez conséquent. Même s'il y a une possubilité de stockage, pas de l'électricité, mais de la force motrice, celle-ci reste tributaire des heures des marées. Je vous suis, mais pas avec le terme "beaucoup"2015-01-03 10:57:19Walter Huybrecht49997@renaldlanoy >>c'est du pain bénit pour la Flandre<< (sic). Je n'entends pas grand monde se plaindre lorsqu'il s'agit d'acheter du pétrole à des enturbannés à l'autre bout de la Terre mais lorsqu'il s'agit, en Belgique, de construire quelque chose en Flandre, on entend tout de suite certains francophones rouspéter. A l'époque, je n'ai pas entendu beaucoup de flamands se plaindre quand il a fallu construire la centrale de Coo avec de l'argent belge. On essaye de produire de l'énergie localement en polluant moins et tout ce qu'on entend dans notre sous-région, ce sont des messages à l'encontre de la Flandre. Il faudrait grandir un peu.2015-01-03 09:22:35eric hourant49991@Walter Huybrecht : comme vous, beaucoup de gens ignorent que la construction d'atolls en mer permet précisément de stocker en eau (pompée grâce à de l'élecrticité verte en surplus) ce qui permettra lo de produire de l'élecrticité verte en cas de demande accrue et cela évitera de plus en plus le risque e blackout. On pourrait donc se passer d'un grand nombre (et de plus en plus) de centrales fossiles2015-01-03 09:14:59Baudouin Labrique49979J'espère que les calculs de rentabilité ont été fait par des ingénieurs et de vrais techniciens. Dans d'autre pays (UK) l'enthousiasme est plus ponderée. De toutes façon il faudra garder (construire) des centrales fossiles pour les jours sans vent et lors des pics qui auront toujours lieu matin et soir avec peu ou pas de soleil.2015-01-03 08:40:15Walter Huybrecht49961Les écolos ont été bien nécessaires dans les gouvernements précédents , le gouvernement actuel suit les mêmes idées , et en plus c'est du pain bénit pour la Flandre tout ces beaux projets !! bizarre on parle ici de la Belgique pour le financement !!! tout se trouve au nord du pays mais pourquoi pas Belgie ou Vlanderen2015-01-03 01:31:29rénald lanoy49823EXCELLENT et BRAVO !2015-01-02 17:54:40Baudouin Labrique3597492015-01-02 17:17:062015-01-02 17:17:07BelgaPas de parutionNormalArticleLe VifPar Le VifBelgiqueLeVif

La Belgique veut construire 5 nouveaux parcs éoliens offshore en mer du Nord

La Belgique souhaite doubler dans les cinq ans sa production d'électricité d'origine éolienne grâce à la construction de cinq parcs d'éoliennes au large de ses côtes, a affirmé vendredi le secrétaire d'Etat à la mer du Nord, Bart Tommelein.

auto2015-01-02 17:21:15http://www.levif.be/actualite/belgique/la-belgique-veut-construire-5-nouveaux-parcs-eoliens-offshore-en-mer-du-nord/article-normal-359749.htmlhttp://m.levif.be/actualite/belgique/la-belgique-veut-construire-5-nouveaux-parcs-eoliens-offshore-en-mer-du-nord/article-normal-359749.htmlhttp://www.levif.be/actualite/belgique/http://m.levif.be/actualite/belgique/
La Belgique veut construire 5 nouveaux parcs éoliens offshore en mer du Nord

Trois de ces parcs existent déjà, dont ceux installés sur le Thornton Bank, à 30 km au large d'Ostende, et sur le banc de sable "Zonder Naam" (sans nom), à 7 km du premier, qui font de la Belgique un acteur de premier plan au niveau mondial pour la production d'électricité offshore. Mais M. Tommelein (Open Vld) a assuré vendredi que l'Etat fédéral n'en resterait pas là. "Nous visons au cours des cinq prochaines années un doublement de la capacité éolienne en mer du Nord", a-t-il indiqué dans un communiqué.

Le secrétaire d'Etat a rappelé que cinq autres parcs éoliens étaient en projet, ce qui en fera un des secteurs de l'économie belge doté de l'une des plus forte croissance. Les trois parcs éoliens existants en mer du Nord comptent 182 éoliennes, d'une capacité de 712 megawatts (MW) et pouvant alimenter 600.000 familles en électricité.

Selon M. Tommelein, les cinq nouveaux parcs devraient porter la capacité totale à 2.200 MW, "soit l'équivalent de la production de deux centrales nucléaires". Il a aussi confirmé le projet de construction d'un "atoll de l'énergie" capable de stocker temporairement un surplus de production.

En 2014, la Flandre s'est pour sa part dotée de 59 nouvelles éoliennes, d'une capacité de 127,1 MW, qui s'ajoutent aux 248 déjà en service, pour une capacité totale de 603 MW (soit la possibilité d'alimenter 350.000 familles, selon la Vlaamse Windenergie Associatie (VWEA).

77vif-leVifLereporter<p> </p>http://www.levif.be/actualite/auteurs/le-vif-77.htmlhttp://m.levif.be/actualite/auteurs/le-vif-77.htmlmer du Nordéolienneséolien offshore Bart Tommelein
Dangereux les cuistax de la Côte belge ?
Dangereux les cuistax de la Côte belge ?
Dangereux les cuistax de la Côte belge ?
Dangereux les cuistax de la Côte belge ?
Dangereux les cuistax de la Côte belge ?
Dangereux les cuistax de la Côte belge ?
Dangereux les cuistax de la Côte belge ?
Dangereux les cuistax de la Côte belge ?
142829IL y a une bonne dizaine d'années déjà que l'on met à la disposition de nos enfants des épaves tout le long de la côte.Il était temps qu'un contrôle soit enfin effectué.2014-12-16 11:33:09jean descamps3577732014-12-16 07:29:332014-12-16 10:47:46BelgaPas de parutionNormalArticleBelgiqueLeVif

Dangereux les cuistax de la Côte belge ?

Quelque 53 loueurs et 57 sites de locations de cuistax ont été contrôlés par le SPF Economie l'été dernier entre La Panne et Knokke. Parmi eux, 44 loueurs (83%) proposaient aux consommateurs un ou plusieurs cuistax qui ne satisfaisaient pas à l'obligation générale de sécurité, lit-on mardi dans les journaux du groupe Sudpresse.

auto2014-12-16 07:29:00http://www.levif.be/actualite/belgique/dangereux-les-cuistax-de-la-cote-belge/article-normal-357773.htmlhttp://m.levif.be/actualite/belgique/dangereux-les-cuistax-de-la-cote-belge/article-normal-357773.htmlhttp://www.levif.be/actualite/belgique/http://m.levif.be/actualite/belgique/
Dangereux les cuistax de la Côte belge ?

Le SPF a enregistré trois plaintes, dont une seule consécutive à un accident, selon Kris Peeters, le ministre chargé de la protection desconsommateurs.

"Ces loueurs ont reçu un avertissement afin de se mettre en règle, dans un délai d'un mois généralement", explique-t-il. Lors d'un nouveau contrôle, effectué lors des dernières vacances de Toussaint, ils n'étaient cependant plus que quatre à ne pas être en ordre. Ils recevront dès lors un procès-verbal.

La majorité des manquements concerne une protection défectueuse de la chaîne et/ou des pignons. Certains cuistax étaient en outre mal entretenus (oxydation, arêtes vives, chaînes insuffisamment huilées, etc.).

Quelque 53 loueurs et 57 sites de locations de cuistax ont été contrôlés par le SPF Economie l'été dernier entre La Panne et Knokke. Parmi eux, 44 loueurs (83%) proposaient aux consommateurs un ou plusieurs cuistax qui ne satisfaisaient pas à l'obligation générale de sécurité, lit-on mardi dans les journaux du groupe Sudpresse.

Le SPF a enregistré trois plaintes, dont une seule consécutive à un accident, selon Kris Peeters, le ministre chargé de la protection desconsommateurs.

"Ces loueurs ont reçu un avertissement afin de se mettre en règle, dans un délai d'un mois généralement", explique-t-il. Lors d'un nouveau contrôle, effectué lors des dernières vacances de Toussaint, ils n'étaient cependant plus que quatre à ne pas être en ordre. Ils recevront dès lors un procès-verbal.

La majorité des manquements concerne une protection défectueuse de la chaîne et/ou des pignons. Certains cuistax étaient en outre mal entretenus (oxydation, arêtes vives, chaînes insuffisamment huilées, etc.).

mer du NordCuistax
Un requin pèlerin observé en mer du Nord
Un requin pèlerin observé en mer du Nord
Un requin pèlerin observé en mer du Nord
Un requin pèlerin observé en mer du Nord
Un requin pèlerin observé en mer du Nord
Un requin pèlerin observé en mer du Nord
Un requin pèlerin observé en mer du Nord
03237112014-11-04 17:37:032014-11-04 17:37:04BelgaPas de parutionNormalArticleLe VifPar Le VifEnvironnementLeVif

Un requin pèlerin observé en mer du Nord

Un requin pèlerin a été vu au large de la côte belge jeudi dernier, lors d'une opération de comptage des oiseaux menée par l'institut flamand de recherche INBO (Instituut voor Natuur- en Bosonderzoek), indique mardi celui-ci.

auto2014-11-04 17:37:11http://www.levif.be/actualite/environnement/un-requin-pelerin-observe-en-mer-du-nord/article-normal-323711.htmlhttp://m.levif.be/actualite/environnement/un-requin-pelerin-observe-en-mer-du-nord/article-normal-323711.htmlhttp://www.levif.be/actualite/environnement/http://m.levif.be/actualite/environnement/
Un requin pèlerin observé en mer du Nord

Le poisson, qui peut atteindre plus de 10 mètres de long, a été observé à hauteur du banc de sable Oosthinder. Il est assez rare de rencontrer un tel animal dans les eaux belges.

Le requin pèlerin observé la semaine dernière serait une femelle d'environ 4 mètres. "Ces animaux vivent dans des zones au climat polaire ou modéré et ont l'habitude d'effectuer de longues distances, mais ils ne viennent que peu souvent en mer du Nord", indique Jan Seys, de l'institut flamand de la mer. Le requin se nourrit essentiellement de plancton et nage la gueule ouverte en filtrant l'eau, précise Jan Seys. "Le requin pèlerin n'a pas de dents, il est donc complètement inoffensif. L'homme est plus dangereux pour lui que l'inverse". La raison qui aurait poussé l'animal à nager jusqu'en Belgique n'est pas claire. Sans vouloir en tirer de conclusions, Jan Seys indique que depuis 5 ans, l'observation d'un spécimen par an est rapportée en mer du Nord.

77vif-leVifLereporter<p> </p>http://www.levif.be/actualite/auteurs/le-vif-77.htmlhttp://m.levif.be/actualite/auteurs/le-vif-77.htmlmer du Nordrequin pèlerin
Une zone d'extraction de sable en mer du Nord fermée définitivement
Une zone d'extraction de sable en mer du Nord fermée définitivement
Une zone d'extraction de sable en mer du Nord fermée définitivement
Une zone d'extraction de sable en mer du Nord fermée définitivement
Une zone d'extraction de sable en mer du Nord fermée définitivement
Une zone d'extraction de sable en mer du Nord fermée définitivement
Une zone d'extraction de sable en mer du Nord fermée définitivement
117905On ferait mieux d'extraire toute la vase du gouvernement ...2014-10-20 19:06:46DIEGO MARTINEZ3173572014-10-20 15:19:582014-10-20 15:19:58BelgaPas de parutionNormalArticleLe VifPar Le VifEnvironnementLeVif

Une zone d'extraction de sable en mer du Nord fermée définitivement

Pour la première fois, une zone d'extraction de sable en mer du Nord sera fermée définitivement. Elle se situe sur le banc de sable du 'Buiten Ratel' au large de Coxyde, où l'on a atteint la profondeur maximale d'exploitation de cinq mètres.

auto2014-10-20 15:20:04http://www.levif.be/actualite/environnement/une-zone-d-extraction-de-sable-en-mer-du-nord-fermee-definitivement/article-normal-317357.htmlhttp://m.levif.be/actualite/environnement/une-zone-d-extraction-de-sable-en-mer-du-nord-fermee-definitivement/article-normal-317357.htmlhttp://www.levif.be/actualite/environnement/http://m.levif.be/actualite/environnement/
Une zone d'extraction de sable en mer du Nord fermée définitivement

'extraction de sable marin est de plus en plus populaire. En 2013, quatre millions de mètres cubes de sable ont été extraits dans la partie belge de la mer du Nord, ce qui constitue un record. Ce sable est principalement utilisé dans le secteur de la construction, mais également pour la protection du littoral. En Belgique, il existe quatre zones où l'extraction de sable est autorisée jusqu'à la profondeur maximale de cinq mètres. Dans la partie centrale du banc de sable du 'Buiten Ratel', cette profondeur de cinq mètres a été atteinte. La zone sera donc interdite à l'extraction en 2015.

L'extraction de sable a un impact relativement limité sur les fonds marins, selon les analyses effectuées par l'ILVo (Instituut voor Landbouw- en Visserijonderzoek, l'Institut flamand de recherche sur l'agriculture et la pêche). Les résultats démontrent que, en cas de perturbation humaine continue, la faune de la mer du Nord résiste assez bien. Ce n'est qu'en cas d'exploitation importante et concentrée que cette résistance paraît insuffisante. Une modification de la faune du sol a ainsi été mesurée sur le 'Buiten Ratel', où une exploitation intensive a eu lieu sur une surface relativement petite.

Une journée d'étude sur l'extraction de sable dans la partie belge de la mer du Nord se tenait lundi à Blankenberge. Elle est organisée tous les trois ans par le service Plateau continental du SPF Économie.

77vif-leVifLereporter<p> </p>http://www.levif.be/actualite/auteurs/le-vif-77.htmlhttp://m.levif.be/actualite/auteurs/le-vif-77.htmlsablemer du Nordlittoral belge
La côte belge a fait le plein de touristes pendant les vacances
La côte belge a fait le plein de touristes pendant les vacances
La côte belge a fait le plein de touristes pendant les vacances
La côte belge a fait le plein de touristes pendant les vacances
La côte belge a fait le plein de touristes pendant les vacances
La côte belge a fait le plein de touristes pendant les vacances
La côte belge a fait le plein de touristes pendant les vacances
0251632014-04-21 11:43:192014-08-18 11:53:10Le VifPas de parutionNormalArticleLe VifPar Le VifBelgiqueLeVif

La côte belge a fait le plein de touristes pendant les vacances

La côte belge a fait le plein de touristes durant les vacances de Pâques, a indiqué lundi l'organisation touristique Westtoer.

auto2014-04-21 11:43:18http://www.levif.be/actualite/belgique/la-cote-belge-a-fait-le-plein-de-touristes-pendant-les-vacances/article-normal-25163.htmlhttp://m.levif.be/actualite/belgique/la-cote-belge-a-fait-le-plein-de-touristes-pendant-les-vacances/article-normal-25163.htmlhttp://www.levif.be/actualite/belgique/http://m.levif.be/actualite/belgique/
La côte belge a fait le plein de touristes pendant les vacances

"Pendant les vacances, nous avons comptabilisé 1,3 million de touristes d'un jour, dont 350.000 au cours du seul week-end de Pâques", a détaillé Westtoer.

Selon l'organisation, les séjours ont également bien fonctionné, particulièrement durant la deuxième semaine des vacances. Quant au week-end de Pâques, il a permis aux hôtels d'afficher un taux d'occupation de 90 pc.

77vif-leVifLereporter<p> </p>http://www.levif.be/actualite/auteurs/le-vif-77.htmlhttp://m.levif.be/actualite/auteurs/le-vif-77.htmlvacances tourismemer du Nordcôte belge
Une pile vivante découverte en mer du Nord
Une pile vivante découverte en mer du Nord
Une pile vivante découverte en mer du Nord
Une pile vivante découverte en mer du Nord
Une pile vivante découverte en mer du Nord
Une pile vivante découverte en mer du Nord
Une pile vivante découverte en mer du Nord
0218812014-04-01 14:05:582014-08-18 11:29:58Le VifPas de parutionNormalArticleLe VifPar Le VifSciencesLeVif

Une pile vivante découverte en mer du Nord

Une équipe internationale de chercheurs marins de la Vrije Universiteit Brussel (VUB) et de l'Institut néerlandais de recherche marine (NIOZ) ont découvert de longues bactéries filiformes qui produisent de l'électricité, et font ainsi fonctionner le fond de la mer comme une pile électrochimique.

auto2014-04-01 14:05:57http://www.levif.be/actualite/sciences/une-pile-vivante-decouverte-en-mer-du-nord/article-normal-21881.htmlhttp://m.levif.be/actualite/sciences/une-pile-vivante-decouverte-en-mer-du-nord/article-normal-21881.htmlhttp://www.levif.be/actualite/sciences/http://m.levif.be/actualite/sciences/
Une pile vivante découverte en mer du Nord

"En effectuant des recherches ciblées en mer du Nord, nous avons découvert qu'il existait dans les fonds marins des bactéries capables de produire de l'électricité", explique le professeur Filip Meysman, qui dirige l'équipe de recherche. "L'examen approfondi des archives génétiques nous a permis de savoir que ces micro-organismes s'abritent dans une variété d'habitats océaniques, comme les marais à mangrove, les fonds marins sous les fermes de poissons et même les cheminées hydrothermales des eaux profondes. C'est la preuve qu'il reste sans doute beaucoup à découvrir dans les fonds marins, même ici en mer du Nord."

"Les bactéries sont 100x plus fines qu'un cheveu, et se présentent sous la forme d'un long filament composé de milliers de cellules qui échangent des électrons", précise P. Meysman. "En produisant de l'électricité, elles tirent de façon ingénieuse leur énergie des fonds marins. La partie inférieure du filament est enfouie à quelques centimètres de profondeur du fond marin, où elle puise des électrons dans des composés sulfurés riches en énergie. Ensuite, les électrons sont transmis de cellule en cellule. Dans la partie supérieure, les électrons sont libérés par d'autres cellules vers l'oxygène, qui n'est présent que dans une très fine couche à la surface du fond marin. Un courant électrique est ainsi produit dans le fond de la mer, de bas en haut. C'est la première fois qu'une pile biologique aussi sophistiquée est découverte dans la nature."

Une nouvelle forme de vie

Toutes les cellules vivantes ont besoin d'énergie, et leur approvisionnement énergétique s'effectue de manière similaire, qu'il s'agisse de bactéries ou d'éléphants. La règle du "chacun pour soi" s'impose : chaque cellule vivante produit sa propre énergie. Les bactéries qui viennent d'être découvertes sont uniques en ce sens que les différentes cellules de la bactérie "interagissent" pour leur approvisionnement en énergie. Différentes cellules sont donc responsables d'une partie de l'apport énergétique. "Le mécanisme par lequel ces bactéries produisent de l'électricité et transportent des électrons sur de grandes distances, a de quoi surprendre les microbiologistes", poursuit P. Meysman. "Cela bouleverse totalement notre conception de la façon dont les cellules peuvent interagir. C'est comme si vous aviez deux frères, dont l'un inspirerait uniquement et l'autre expirerait. Cela montre à quel point l'évolution biologique peut être ingénieuse."

La conduction efficace d'électricité dans les matériaux organiques est le Saint Graal de la science des matériaux. De nombreuses recherches ont été menées dans ce domaine, notamment afin de pouvoir concevoir des cellules solaires légères et flexibles. Il apparaît à présent qu'une bactérie présente dans les fonds marins a déjà inventé ce mécanisme. "Comprendre leur fonctionnement ouvrirait la voie à des recherches novatrices sur les matériaux et applications bioélectriques", explique P. Meysman.

77vif-leVifLereporter<p> </p>http://www.levif.be/actualite/auteurs/le-vif-77.htmlhttp://m.levif.be/actualite/auteurs/le-vif-77.htmlElectricitébactéries mer du NordVUB
Côte: des touristes plus nombreux mais moins dépensiers
Côte: des touristes plus nombreux mais moins dépensiers
Côte: des touristes plus nombreux mais moins dépensiers
Côte: des touristes plus nombreux mais moins dépensiers
Côte: des touristes plus nombreux mais moins dépensiers
Côte: des touristes plus nombreux mais moins dépensiers
01018592013-08-25 11:42:592014-08-19 16:49:11Le VifPas de parutionNormalArticleLe VifPar Le VifBelgiqueLeVif

Côte: des touristes plus nombreux mais moins dépensiers

Malgré le beau temps qui a attiré de nombreux touristes à la mer du Nord cet été, les commerçants de la Côte se plaignent, car ces touristes ont dépensé beaucoup moins, selon une enquête de l'union d'indépendants flamande Unizo rapportée dimanche dans le quotidien Het Nieuwsblad op Zondag.

auto2013-08-25 11:42:58http://www.levif.be/actualite/belgique/cote-des-touristes-plus-nombreux-mais-moins-depensiers/article-normal-101859.htmlhttp://m.levif.be/actualite/belgique/cote-des-touristes-plus-nombreux-mais-moins-depensiers/article-normal-101859.htmlhttp://www.levif.be/actualite/belgique/http://m.levif.be/actualite/belgique/
Côte: des touristes plus nombreux mais moins dépensiers

Le bel été ensoleillé, après un début d'année plutôt morose, faisait espérer une bouffée d'oxygène aux commerçants de la Côte. De nombreux touristes se sont en effet rendus sur les plages et les digues, mais s'ils étaient plus nombreux, ils dépensaient par contre moins.

Ainsi, de nombreux restaurateurs indiquent que les touristes achetaient un sandwich plutôt que de se rendre au restaurant. D'autres constatent que les parents étaient nombreux à acheter une glace que les enfants devaient se partager. Les séjours à la Côte étaient également plus courts, passant de deux semaines voire même un mois complet auparavant à un séjour de trois à quatre jours aujourd'hui.

Selon l'Unizo, la crise ne serait étrangère à ce changement de comportement.

77vif-leVifLereporter<p> </p>http://www.levif.be/actualite/auteurs/le-vif-77.htmlhttp://m.levif.be/actualite/auteurs/le-vif-77.htmlmer du Nord
Vacances de Pâques : enthousiasme modéré du secteur touristique
Vacances de Pâques : enthousiasme modéré du secteur touristique
Vacances de Pâques : enthousiasme modéré du secteur touristique
Vacances de Pâques : enthousiasme modéré du secteur touristique
Vacances de Pâques : enthousiasme modéré du secteur touristique
Vacances de Pâques : enthousiasme modéré du secteur touristique
0762572013-03-29 12:12:432014-08-19 14:11:15Le VifPas de parutionNormalArticleLe VifPar Le VifBelgiqueLeVif

Vacances de Pâques : enthousiasme modéré du secteur touristique

Le secteur touristique à la Côte belge est modérément positif à la veille des vacances de Pâques où la météo sera déterminante, expliquent Bart Boelens, de l'asbl kusthotels, et Geert Hoorens, manager à Westtoer, l'office du tourisme de la Côte.

auto2013-03-29 12:12:42http://www.levif.be/actualite/belgique/vacances-de-paques-enthousiasme-modere-du-secteur-touristique/article-normal-76257.htmlhttp://m.levif.be/actualite/belgique/vacances-de-paques-enthousiasme-modere-du-secteur-touristique/article-normal-76257.htmlhttp://www.levif.be/actualite/belgique/http://m.levif.be/actualite/belgique/
Vacances de Pâques : enthousiasme modéré du secteur touristique

"Nous ne pouvons pas comparer avec l'année dernière où le beau temps avait régné lors du week-end de Pâques. Actuellement, les hôtels ont un taux d'occupation de 80% en moyenne. Certains d'entre eux sont remplis, d'autres ont encore des chambres. Nous remarquons que les réservations sont plus courtes et il faudra alors voir après sur l'ensemble du week-end", explique M. Boelens.

Westtoer est aussi modérément positif. "Les réservations se sont bien déroulées en janvier et février, mais au mois de mars beaucoup de gens ont choisi de partir en vacances à l'étranger ou de différer leur réservations. Les gens qui ont une seconde résidence à la mer viendront pour Pâques. Il est encore trop tôt pour profiter de la plage; alors les touristes se promèneront, feront du vélo ou iront faire du shopping. Tout est prêt pour la saison en tous cas. Les terrasses sont installées, les cabines de plage aussi et le calendrier des événements est prêt", ajoute M. Hoorens.

77vif-leVifLereporter<p> </p>http://www.levif.be/actualite/auteurs/le-vif-77.htmlhttp://m.levif.be/actualite/auteurs/le-vif-77.htmltourismemer du NordPâques