La cause des douleurs prémenstruelles révélée par la science
La cause des douleurs prémenstruelles révélée par la science
La cause des douleurs prémenstruelles révélée par la science
La cause des douleurs prémenstruelles révélée par la science
La cause des douleurs prémenstruelles révélée par la science
La cause des douleurs prémenstruelles révélée par la science
La cause des douleurs prémenstruelles révélée par la science
La cause des douleurs prémenstruelles révélée par la science
3379219Mesdames, il y a aussi le yoga hormonal.2016-06-22 19:49:45Baudouin Labrique379167Dr Lherminte, avez-vous essayé des anti-inflammatoires naturels comme les capsules à la curcumine ?2016-06-22 18:03:56Baudouin Labrique379069Il y a bien longtemps que nous gynécologues utilisons des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) dans le traitement des règles douloureuses, en particulier le naproxène à débuter dès le début des douleurs menstruelles...2016-06-22 16:43:29Marc LHermite5153932016-06-22 13:54:062016-06-22 13:55:22The IndependentPas de parutionNormalArticleLe VifPar Le VifSantéLeVif

La cause des douleurs prémenstruelles révélée par la science

Une étude révolutionnaire sur le syndrome prémenstruel a permis d'en isoler la cause.

yesOlivia Lepropre2016-06-22 13:56:02http://www.levif.be/actualite/sante/la-cause-des-douleurs-premenstruelles-revelee-par-la-science/article-normal-515393.htmlhttp://m.levif.be/actualite/sante/la-cause-des-douleurs-premenstruelles-revelee-par-la-science/article-normal-515393.htmlhttp://www.levif.be/actualite/sante/http://m.levif.be/actualite/sante/
La cause des douleurs prémenstruelles révélée par la science

Les scientifiques ont enfin découvert pourquoi les règles provoquent des douleurs. Cette étude révolutionnaire suggère que le SPM (syndrome prémenstruel) est causé par une inflammation aigue, déclenchée par un biomarqueur appelé protéine C-reactive (CRP). Le meilleur moyen de combattre les douleurs menstruelles pourrait donc être trouvé dans des médicaments anti-inflammatoires spécifiques.

L'étude, qui a été publiée dans le Journal of Women's Health, a suivi 3.302 femmes. Les résultats démontrent un lien entre la présence de la protéine C-reactive et le syndrome prémenstruel. " Les humeurs prémenstruelles, crampes abdominales, maux de dos, fringales, prise de poids, ballonnements et douleurs aux seins (mais pas les migraines), semblent être reliés de manière significative à taux élevé de CRP, un biomarqueur de l'inflammation", précise l'un des auteurs de l'étude. "Recommander aux femmes d'éviter un comportement pouvant provoquer une inflammation pourrait être utile pour la prévention, et des médicaments anti-inflammatoires pourraient aider à traiter ces symptômes", poursuit-il dans The Independent.

Environ 80% des femmes subissent des symptômes prémenstruels. "La majorité des femmes ont au moins quelques symptômes prémenstruels. Reconnaitre une raison inflammatoire sous-jacente pourrait ouvrir la porte à un traitement additionnel et des options de préventions, ainsi que créer une nouvelle opportunité d'intervention à long terme", se réjouit le Dr Susan Kornstein, éditrice de la revue.

LOW77vif-leVifLereporterhttp://www.levif.be/actualite/auteurs/le-vif-77.htmlhttp://m.levif.be/actualite/auteurs/le-vif-77.htmldouleurmenstruations
Comment reporter ses menstruations sans se prendre la tête
Comment reporter ses menstruations sans se prendre la tête
Comment reporter ses menstruations sans se prendre la tête
Comment reporter ses menstruations sans se prendre la tête
Comment reporter ses menstruations sans se prendre la tête
Comment reporter ses menstruations sans se prendre la tête
Comment reporter ses menstruations sans se prendre la tête
Comment reporter ses menstruations sans se prendre la tête
04948552016-04-28 13:36:302016-04-28 14:14:10NewsgatePas de parutionNormalArticleMarleen FinoulstPar Marleen FinoulstSantéBien-êtreLeVif

Comment reporter ses menstruations sans se prendre la tête

Il est assez simple de retarder ses règles, pour vivre plus intensément certains moments. En plus, ce n'est pas nocif.

yesrmgimport newsgate2016-04-28 13:36:00http://www.levif.be/actualite/sante/comment-reporter-ses-menstruations-sans-se-prendre-la-tete/article-normal-494855.htmlhttp://m.levif.be/actualite/sante/comment-reporter-ses-menstruations-sans-se-prendre-la-tete/article-normal-494855.htmlhttp://www.levif.be/actualite/sante/http://m.levif.be/actualite/sante/http://weekend.levif.be/lifestyle/beaute/bien-etre/http://m.weekend.levif.be/lifestyle/beaute/bien-etre/
Comment reporter ses menstruations sans se prendre la tête

Naguère, on pensait que les règles étaient nécessaires pour la santé car d'une certaine manière, elles purifiaient le corps... Ce n'est évidemment pas du tout le cas. Les règles résultent d'une interaction complexe entre les hormones : la muqueuse utérine se forme et s'épaissit durant la première moitié du cycle menstruel pour accueillir un ovule fécondé. Si la fécondation n'a pas lieu, cette muqueuse se désintègre durant la deuxième moitié du cycle avant d'être évacuée. Ce processus s'accompagne de pertes de sang.

Pour développer les premières pilules contraceptives dans les années 60, on a en fait mimé ce cycle naturel. La pilule a été conçue de telle sorte qu'après 3 semaines de prise, un saignement apparaisse au cours de la semaine d'arrêt. Il ne s'agit donc pas de véritables règles (car la pilule bloque l'ovulation) mais d'une hémorragie de " privation " provoquée par les hormones synthétiques dans la pilule. Les scientifiques auraient tout aussi bien pu concevoir une pilule sans ces saignements mensuels mais ce schéma classique reproduisant le cycle naturel a sûrement contribué à l'essor de la pilule chez les femmes. En effet, dans les années 60, aucune femme n'aurait avalé une pilule supprimant les règles. Les mentalités ont changé et on voit maintenant apparaître sur le marché des pilules qui occasionnent des règles plus courtes ou moins fréquentes.

Avec un anneau vaginal

Si vous utilisez un anneau vaginal, remplacez-le directement par un nouveau après 3 semaines. En l'absence de la semaine sans anneau, vous n'aurez pas non plus de règles.

Avec une pilule classique

Si vous prenez une pilule monophasique classique (21 comprimés de la même composition et de la même couleur), avec 7 jours d'arrêt, passez tout simplement la semaine d'arrêt et entamez immédiatement une nouvelle plaquette. Vous n'aurez pas de règles. Vous pouvez ainsi prendre plusieurs plaquettes à la suite.

Si vous utilisez une pilule composée de 28 comprimés dont les derniers sont des placebos, laissez tomber ces derniers et commencez une nouvelle plaquette après le dernier comprimé contenant des hormones.

Le report de règles réussit le mieux avec une pilule monophasique. Si vous en prenez une autre, le plus facile est de passer temporairement à une pilule monophasique que vous prenez immédiatement après votre pilule habituelle. Après la période sans règles, vous reprenez simplement votre pilule habituelle.

Pas pour toujours !

Vous ne pouvez pas reporter vos règles à l'infini. Après quelques mois, vous serez confrontée à des pertes de sang épisodiques. Mieux vaut planifier un report en fonction de la période durant laquelle vous ne voulez pas avoir de règles.

Si vous n'utilisez pas de contraceptif hormonal

Dans ce cas, mieux vaut adopter la pilule pendant quelques mois et suivre les conseils décrits ci-contre. Il existe certes une préparation hormonale spéciale que votre médecin peut vous prescrire, mais elle contient plus d'hormones que la pilule ordinaire.

85finoulst-marleenFinoulstMarleenreporter/assets/159/avatar_81605.jpgMarleen.Finoulst@bodytalk.behttp://www.levif.be/actualite/auteurs/marleen-finoulst-85.htmlhttp://m.levif.be/actualite/auteurs/marleen-finoulst-85.htmlrèglescycle menstruelmenstruations
Les menstruations, l'un des derniers tabous chez les sportives
Les menstruations, l'un des derniers tabous chez les sportives
Les menstruations, l'un des derniers tabous chez les sportives
Les menstruations, l'un des derniers tabous chez les sportives
Les menstruations, l'un des derniers tabous chez les sportives
Les menstruations, l'un des derniers tabous chez les sportives
Les menstruations, l'un des derniers tabous chez les sportives
Les menstruations, l'un des derniers tabous chez les sportives
361253Les femmes ne jouent que 2 sets gagnant contre 3 chez les hommes et gagnent autant que les hommes... Et la-dessus elles ne se plaignent pas bien sur.2015-01-25 08:37:19Georges Binetter60367que fait le Centre Pour l'Egalité des Chances face à cette discrimination entre hommes et femmes? Zut, nous ne sommes pas tous égaux. Heureusement d'ailleurs, la différence nous enrichit...2015-01-22 20:26:42Jean Colas60343Voilà une chose réglée ... !!!2015-01-22 19:43:07DIEGO MARTINEZ3628492015-01-22 15:46:062015-01-22 16:27:32De MorgenPas de parutionNormalArticleCaroline LallemandPar Caroline LallemandSantéTennisLeVif

Les menstruations, l'un des derniers tabous chez les sportives

Mardi, à sa sortie de match, la tenniswoman britannique Heather Watson a mis sa mauvaise prestation sur le compte de ses menstruations. Pourtant, parler ouvertement de ses règles ne serait pas chose aisée dans le milieu, à en croire plusieurs sportives de haut niveau.

auto2015-01-22 15:58:00http://www.levif.be/actualite/sante/les-menstruations-l-un-des-derniers-tabous-chez-les-sportives/article-normal-362849.htmlhttp://m.levif.be/actualite/sante/les-menstruations-l-un-des-derniers-tabous-chez-les-sportives/article-normal-362849.htmlhttp://www.levif.be/actualite/sante/http://m.levif.be/actualite/sante/http://sportmagazine.levif.be/sport/tennis/http://m.sportmagazine.levif.be/sport/tennis/
Les menstruations, l'un des derniers tabous chez les sportives

Mardi, à sa sortie de match, la tenniswoman britannique Heather Watson a mis sa mauvaise prestation lors de son match mardi à l'Open Australie sur le compte de ses menstruations. En évoquant de la sorte les "girl things", la joueuse a brisé un tabou dans l'univers féminin du tennis, et du sport en général, selon les dires de l'ancienne joueuse professionnelle Annabel Croft. "J'étais abasourdie", a-t-elle déclaré suite aux propos de Heather Watson, rapporte De Morgen sur son site."Personne n'aborde jamais ce sujet", ajoute celle qui fut dans les années 80 parmi les meilleures joueuses de tennis. Annabel Croft se dit d'ailleurs contente qu'Heather Watson ai abordé le sujet d'une manière aussi naturelle. "On est très émotif dans cette période du mois et un match de tennis renforce cette émotivité". Selon l'ex-joueuse, il est compréhensible que Watson n'ait pas réussi à jouer à son maximum. "On souffre d'horribles étourdissements, d'épuisements et on est émotif. C'est vraiment fâcheux qu'elle ait souffert de cela pendant un match si important. Il n'est pas possible de jouer son meilleur tennis."

L'ancienne championne de saut en hauteur Tia Hellebaut abonde dans ce sens. "Je peux bien m'imaginer que de nombreuses femmes ont perdu une compétition pour cette simple raison", a-t-elle déclaré mercredi sur les ondes de radio 1. L'ancienne joueuse de tennis belge Sabine Appelmans se souvient, de son côté, de moments pendant lesquels elle n'arrivait simplement pas à jouer, indique De Morgen. "Tout ce que je pouvais faire, c'était m'allonger sur mon lit, car j'avais trop mal mais cela s'est arrangé quand j'ai commencé à prendre la pilule" .

Selon l'ex-joueuse Dominique Monami, il existe toutefois un avantage à la contraception: le fait de pouvoir retarder ses règles. Elle confie ouvertement au quotidien flamand : "Lors de grands évènements, je continuais à prendre la pilule, car je savais très bien que cela serait néfaste si j'étais réglée juste à ce moment".

Cependant, de nombreuses sportives ne veulent pas prendre la pilule car elles réagissent fortement aux hormones qu'elle diffuse dans leur organisme. "Un sportif, c'est très sensible", réagit Hellebaut.

"Ce n'est pas une bonne idée de dire à sa rivale qu'on est réglée"

A l'époque où Croft jouait encore dans le Top 100, personne ne parlait de menstruations: "C'était un sujet tabou. Je me souviens encore très bien de m'être retrouvée sur le court avec la tête qui tourne, désorientée et pleurnichant, pour me rendre compte, par après dans les vestiaires, que j'étais réglée. Je comprenais alors tout de suite pourquoi je me sentais aussi mal."

Une des raisons pour lesquelles les menstruations sont encore un tabou dans le monde du sport, est dû, en partie, au grand nombre de coachs masculins, avance Appelmans. "On n'aborde pas facilement ce sujet avec son coach" . Et en parler à d'autres joueuses sur le circuit ne semblerait pas chose aisée non plus. "On a peu de vraies amies, et ce n'est pas une bonne idée de dire à sa rivale qu'on est réglée".

Ce ne sont pas seulement les émotions et les hormones qui jouent un rôle mais aussi le fait que les joueuses de tennis ont l'habitude de porter des tenues très courtes et souvent de couleur blanche. C'est d'ailleurs la couleur obligatoire pour le tournoi de Wimbledon (il est seul tournoi du Grand Chelem à imposer un code vestimentaire aussi strict).

Croft, quand elle était ado, avoue qu'elle portait en cette période critique du mois des culottes spéciales pour "éviter les fuites". Plus tard, la joueuse a d'ailleurs développé sa propre collection de sous-vêtements "antifuites".

De son côté, Appelmans avoue aussi avoir eu une peur panique des taches. "Je me souviens encore de matchs lors desquels j'allais m'assoir et je vérifiais en catimini si tout était ok. La simple pensée de me retrouver dans cette jupe blanche et que l'on puisse deviner quoi que ce soit m'effrayait au plus haut point. Dans ces moments-là, il est impossible de se concentrer sur son match." Tia Hellebaut est d'avis qu'il n'y a pourtant pas grand-chose à faire: "En tant que femme, il faut juste apprendre à vivre avec", conclut-elle.

sporttennismenstruations69lallemand-carolineJournalisteLallemandCarolinereporter/assets/142/avatar_73099.jpgcaroline.lallemand@levif.behttps://www.facebook.com/caroline.lallemand1http://twitter.com/CaroLallemandhttp://www.linkedin.com/pub/caroline-lallemand/11/1a2/b07Journalistehttp://www.levif.be/actualite/auteurs/caroline-lallemand-69.htmlhttp://m.levif.be/actualite/auteurs/caroline-lallemand-69.html