"Paradis fiscaux : ils planquent leur magot, leurs protecteurs siègent au Parlement"

"Paradis fiscaux : ils planquent leur magot, leurs protecteurs siègent au Parlement"

Peter Mertens - " 64 000 fois. C'est le nombre de fois que le terme " Belgique " est cité dans les fameux Paradise Papers. Et, chaque fois, il s'agit des mêmes grandes familles. Des récidivistes, des membres de la caste du 1 %, les milliardaires de notre pays. Les grands fraudeurs peuvent poursuivre leurs activités, puisqu'ils bénéficient de protection politique ", écrit Peter Mertens. Qui propose cinq mesures urgentes.

Le PTB publie son Top 50 des entreprises qui ne paient pas ou peu d'impôt

Le PTB publie son Top 50 des entreprises qui ne paient pas ou peu d'impôt

Le PTB a publié jeudi la 8e édition de son classement des cinquante entreprises qui ne paient pas ou peu d'impôt, en tête duquel figure le géant de la bière AB InBev, qui n'a payé aucun impôt en Belgique l'an dernier selon le parti d'extrême gauche.

Panama Papers: le PTB ne fera pas partie de la commission d'enquête

Panama Papers: le PTB ne fera pas partie de la commission d'enquête

Le PTB ne fera pas partie de la commission d'enquête parlementaire consacrée aux Panama Papers, a annoncé le parti lundi alors que la commission des Finances de la Chambre doit voter mardi la "proposition visant à instituer une commission d'enquête parlementaire chargée de finaliser la mission de la commission spéciale fraude fiscale internationale - Panama Papers".

Transparence des cabinets : de la parole aux actes ?

Transparence des cabinets : de la parole aux actes ?

Rendre la composition des cabinets ministériels plus transparente : certains députés y travaillent, mais se heurtent à des résistances. Inventaire des propositions à suivre.

Le PTB perd des compagnons

Le PTB perd des compagnons

Tout n'est pas rose chez les rouges de chez rouge. Des formations qui avaient fait campagne pour le PTB en 2014 lui ont déclaré la guerre. Et certains des intellectuels et des syndicalistes qui l'avaient soutenu en sont déçus.

Tax shift: les plus bas revenus doublement pénalisés

Tax shift: les plus bas revenus doublement pénalisés

Sur base de tableaux liés au tax shift remis par le ministre des Finances au député Marco Van Hees, il ressort que les citoyens les plus pauvres (1er décile) bénéficient via cette réforme d'un montant global de 4 millions d'euros (soit 0,1% du total) contre 975,6 millions d'euros (soit 22,2% du total) pour les plus riches dont les revenus dépassent les 57.776 euros (10ème décile).