France: l'évacuation des migrants se poursuit à Calais

France: l'évacuation des migrants se poursuit à Calais

Les évacuations par autocars reprenaient mercredi dans le camp de Calais après une nuit d'incendies volontaires, au troisième jour de l'opération de démantèlement de la "Jungle" qui a permis de transférer plus de 4.000 personnes dans des centres d'accueil en France.6 réactions


L'évacuation de la "Jungle" de Calais a commencé

L'évacuation de la "Jungle" de Calais a commencé

Des migrants sont arrivés lundi au point de rassemblement fixé par les autorités pour l'évacuation de la "Jungle" de Calais, campement de milliers de migrants dans le nord de la France, a constaté une journaliste de l'AFP.38 réactions


La "jungle" de Calais sera bien partiellement évacuée

La "jungle" de Calais sera bien partiellement évacuée

L'ordre d'évacuer une partie de la "Jungle" de Calais (nord de la France) prononcée par les autorités locales, et contesté par des migrants et des associations, a été validé jeudi par la justice, a-t-on appris de source proche des autorités locales.8 réactions


Les habitants de la Jungle de Calais sommés de partir d'ici mardi

Les habitants de la Jungle de Calais sommés de partir d'ici mardi

Les autorités françaises ont donné jusqu'à mardi prochain aux migrants habitant la partie sud du camp de réfugiés de Calais pour quitter la "Jungle". Le camp sera ensuite progressivement démantelé, a indiqué vendredi soir la préfecture du département Pas-de-Calais.15 réactions


Violences contre les réfugiés: "On leur a demandé s'ils étaient agents, et ils ont dit oui"

Violences contre les réfugiés: "On leur a demandé s'ils étaient agents, et ils ont dit oui"

Ces dernières semaines, Calais a connu une montée de violences à l'égard de réfugiés et de secouristes. D'après des bénévoles, il s'agirait de l'extrême droite. Cependant, les victimes d'une attaque commise par trois hommes masqués soupçonnent la police, même si la police française affirme qu'elle n'a pas de preuves.10 réactions



Grande-Synthe, l'autre "jungle" pire que Calais

Grande-Synthe, l'autre "jungle" pire que Calais

Dans un immense cloaque entouré de dizaines de tentes en triste état, Azad, un Irakien de 6 ans, s'amuse avec un ballon: il fait partie des quelque 2.600 migrants qui vont passer Noël dans des conditions indignes au camp de Grande-Synthe, dans le nord de la France, d'où ils devraient toutefois déménager en janvier.12 réactions