La Commission européenne pourrait abandonner son projet de réforme bancaire
La Commission européenne pourrait abandonner son projet de réforme bancaire
La Commission européenne pourrait abandonner son projet de réforme bancaire
La Commission européenne pourrait abandonner son projet de réforme bancaire
La Commission européenne pourrait abandonner son projet de réforme bancaire
La Commission européenne pourrait abandonner son projet de réforme bancaire
La Commission européenne pourrait abandonner son projet de réforme bancaire
La Commission européenne pourrait abandonner son projet de réforme bancaire
1137969Monsieur BRASSEUR, vous écrivez: l'Europe commence à ressembler à une gigantesque MAFFIA... ne pensez-vous pas que le but premier de ce rassemblement politique était "pensé" comme une association de malfaiteurs "bénis" qui ont pu, à leur guise, profiter pécuniairement d'une manne d'euros mise à leur disposition ? en faisant croire qu'ils s'inquiétaient du sort des petits électeurs ...???2014-12-07 11:10:30Jacques VAN DEN ABBEEL37779Quel scandale, quelle lâcheté de l'Europe, soumis au diktat des banques, et sans aucun courage politique. Pour une fois que Barnier attaquait le problème correctement, et aujourd'hui le lobbying des banques ayant acheté les députés et la commission, se montrerait plus forte. Cette Europe commence à ressembler à une gigantesque MAFFIA. Il est temps d'identifier les membres faisant partie de la finance, de la maffia réelle, et des Francs Macons, et qui entendent contrôlé par un faux paravent de démocratie le contient Européen d'une main de fer. Je fini par croire qu'un retour aux nations comme AVANT est plus sain !!!2014-12-06 15:05:21michel Brasseur37631Les commissaires sont proposés par les gouvernements des Etats membres, lesquels ont la confiance de leurs parlements élus. En Europe, la majorité des parlements sont de " droite", alors ...de quoi se plaint-on ?2014-12-06 09:40:35Michel PIERONT37623Juncker sera aisé à convaincre. A défaut que les commissaires s'en chargent, les banques - pas que luxembourgeoises - prendront le relais. Après Lux leaks...2014-12-06 08:41:50Georges Vassaux37609Que pouvions nous espérer d'autre en mettant à la tête de la commission l'architecte d'un paradis fiscal et bancaire?2014-12-06 08:04:40Alain Maton37583Ramassis de corrompus à la botte des puissances de l'argent.2014-12-05 23:45:15Georges Meurice37565L'Europe au service des banques. C'était pas "au service des peuples" dans le programme officiel?2014-12-05 21:51:30Roger Roland37549Rien n'empêche un état membre de prendre lui-même la décision d'obliger les banques de séparer leurs activités de dépôts de leurs activités d'affaires. Cette décision avait été prise en 1935 en Belgique (à l'époque la plupart des pays occidentaux avaient fait de même pour ne plus vivre un krach comme celui de 1929). Le gouvernement Dehaene avait annulé cette sage loi en 1993 et Di Ruppo ne l'a pas remise en vigueur malgré sa promesse de le faire.2014-12-05 20:52:59Bernard Bachelart37507Et bien voilà préparez vous à bientôt remettre la main au portefeuille, les banksters vont pouvoir recommencer à foison, si tant est qu'ils aient jamais arrêtés. Vive l'Europe.2014-12-05 18:28:32yves louis37447Super! ... 1) On vient de nous demander de voter pour un parti faisant partie de l'Europe ... Par contre,on ne nous a pas demandé si nous la voulions encore .... 2) On nous a permit de faire valoir notre droit au choix ... par contre, on nous a demandé de la fermer dorénavant .... incroyable que nous acceptions cela sans réagir2014-12-05 17:12:46Monique Brada37429Là où l'on peut voir les lobbys à l'action alors que le parlement Européen se devrait d'être un temple de démocratie. C'est du second degré parce qu'il y a bien longtemps que je ne me fais plus aucune illusion quant à ceux qui nous gouvernent et par le même occasion ceux qui les influencent. A mon avis, ce genre de lobbying doit bien assurer, à long terme, un double salaire à nos élus, tous avantages compris.2014-12-05 16:47:26Eric Debille3564732014-12-05 15:27:192014-12-05 15:44:46BelgaPas de parutionNormalArticleLe VifPar Le VifInternationalBanque et financeLeVif

La Commission européenne pourrait abandonner son projet de réforme bancaire

La Commission européenne pourrait décider d'abandonner son projet législatif de réforme bancaire, visant à séparer les activités bancaires à risque, présenté il y a près d'un an pour éviter de nouvelles crises.

auto2014-12-05 15:27:00http://www.levif.be/actualite/international/la-commission-europeenne-pourrait-abandonner-son-projet-de-reforme-bancaire/article-normal-356473.htmlhttp://m.levif.be/actualite/international/la-commission-europeenne-pourrait-abandonner-son-projet-de-reforme-bancaire/article-normal-356473.htmlhttp://www.levif.be/actualite/international/http://m.levif.be/actualite/international/http://trends.levif.be/economie/banque-et-finance/http://m.trends.levif.be/economie/banque-et-finance/
La Commission européenne pourrait abandonner son projet de réforme bancaire

Le nouveau commissaire chargé des Services financiers, Jonathan Hill, suggère cet abandon dans une lettre dont l'AFP a eu copie vendredi, adressée le 18 novembre au vice-président de la Commission Frans Timmermans, chargé de faire le tri dans les projets législatifs européens. "Nous devons voir quels progrès seront réalisés concernant la (...) proposition de réforme structurelle des banques, car des Etats membres s'y opposent de diverses manières", souligne M. Hill, pour qui le retrait de la proposition présentée par son prédécesseur Michel Barnier "pourrait être une option l'an prochain si les Etats membres ne s'y rallient pas". Il ajoute toutefois qu'il serait "prématuré" de retirer cette proposition dans l'immédiat.

Ce courrier a immédiatement suscité la colère de Philippe Lamberts, député européen vert, qui l'a porté à l'attention des médias. Dans un communiqué, il dénonce de la part de M. Hill "une stratégie franchement grossière et scandaleuse", qui pourrait aboutir à "tuer dans l'oeuf la réforme bancaire". La démarche de M. Hill a "le mérite de confirmer qu'il oeuvre bien pour le compte des intérêts des grandes banques européennes et non en faveur de celui des citoyens européens", dénonce l'eurodéputé belge, pour qui le commissaire britannique oeuvre à "l'affaiblissement de la législation financière européenne".

La proposition faite par M. Barnier début 2014 concerne une trentaine de grandes banques européennes, considérées comme "trop grosses pour faire faillite" car elles ont parfois des bilans plus importants que le PIB de leurs pays. Elle prévoit notamment de les empêcher de négocier pour leur compte propre afin de réaliser des profits, et de permettre aux autorités nationales de surveillance (la BCE pour la zone euro) d'imposer si nécessaire une filialisation de leurs activités de négociation à haut risque.

77vif-leVifLereporter<p> </p>http://www.levif.be/actualite/auteurs/le-vif-77.htmlhttp://m.levif.be/actualite/auteurs/le-vif-77.htmleuropebanqueRéforme bancaireJonathan Hill