Le vaccin contre les papillomavirus n'entraîne pas plus de maladies sexuelles

Le vaccin contre les papillomavirus n'entraîne pas plus de maladies sexuelles

La vaccination des adolescentes contre les papillomavirus humains (HPV), responsables notamment du cancer du col de l'utérus, n'encourage pas les comportements sexuels risqués et n'augmente pas la fréquence des maladies sexuellement transmissibles, contrairement aux craintes de parents et d'élus aux Etats-Unis, selon une étude publiée lundi.