Interdisons la gestation pour autrui
Interdisons la gestation pour autrui
Interdisons la gestation pour autrui
Interdisons la gestation pour autrui
Interdisons la gestation pour autrui
Interdisons la gestation pour autrui
Interdisons la gestation pour autrui
21444383Voilà à quoi mène la technicisation incontrôlée de la médecine : à briser toutes les barrières de la nature. Et quelle est donc cette hystérie du "besoin d'enfant" chez certaines femmes ? Ce n'est pas se payer une porteuse que ces femmes devraient faire mais un bon psychiatre.2016-09-26 18:31:36Isa Dombre443665Vous devriez être rassuré que la Loi protège les enfants et les êtres humains contre toute forme de traffic. Et ceux qui enfreignent la Loi, le font à leur risque et péril. N'oubliez jamais qu'une Loi sert à la fois à interdire mais aussi à vous protéger.2016-09-25 17:56:16Michèle PLAHIERS443655GEORGES KREUTZ, Non, c'est dénier l'importance de l'interdit et de la LOI.2016-09-25 17:49:56Michèle PLAHIERS443613Interdire ? Il y aura toujours des filières clandestines (Afrique, Asie) avec tous les risques que cela comporte. Ne serait-il pas plus judicieux d'encadrer strictement : motivation des "parents" et de la mère porteuse, suivi médical et psychologique de la mère etc...2016-09-25 17:18:06GEORGES KREUTZ443255et les femmes ont intérêt à être de bonne pondeuses. Vous pensez bien. Hanche large (on mesure). Pas de caries (dès fois que cela atteindrait le foetus). Ouvrez la bouche: c'est bien, la suivante....2016-09-25 10:13:20Michèle PLAHIERS443241https://mises.org/library/george-orwell-and-cold-war-reconsideration. La moustache que je sache n'est pas celle de Staline.2016-09-25 09:51:44Michèle PLAHIERS443239Pierre Carlierhttps: //fr.wikipedia.org/wiki/1984_(roman). Big Brother is watching you. C'est nien l'image d'Hitler qui est représentée. Concernant la GPA, vous n'avez manifestement pas eu accès au Catalogue. Il s'agit bien d'acheter un enfant "parfait". Vous pensez bien. Quand on investit 100 000 euros, ce n'est pas pour avoir un petit avec un bec de lièvre ou un pied bot.2016-09-25 09:50:31Michèle PLAHIERS443217Madame Plahiers : 1984 est une nouvelle qui visait l'Union Soviétique et son totalitarisme. Pas Hitler ! Les lebensborn n'ont rien à voir avec la GPA...2016-09-25 09:33:17Pierre CARLIER443089Ce n'est pas par hasard que G. Orwell pour décrire un Etat totalitaire faisait référence à une autorité parentale (il aurait très bien pu intituler son roman : Big mother ou father).2016-09-24 21:35:39Michèle PLAHIERS443083Pierre CARLIER Avec Big Brother, G. Orwell faisait directement référence à Hitler qui a mis sur pied les: lebensborn (machine politique pour la fabrication de vrais aryens).2016-09-24 21:25:04Michèle PLAHIERS443077D'accord avec Baudouin Petit : Et on se rapproche dangereusement de Big Brother... Tout ce qui n'est pas explicitement autorisé est strictement interdit !2016-09-24 21:10:20Pierre CARLIER442971Totalement d'accord avec cet article...2016-09-24 19:07:24Josette Degrotte442689Erik Lambot D'accord avec l'article. Et il faudrait au minimum un débat avec une comparaison entre prostitution et GPA. C'est du même ordre, non c'est même encore pire. Entre quelques instants avec préservatif et 9 mois avec des conséquences autrement graves, je ne comprends pas cette banalisation.2016-09-24 11:53:34Lambot Pascale442465Baudouin Petit, Vous reprochez l'intervention de l'Etat, mais l'enfant lui n'a pas droit à la parole face à l'omnipotence parentale (un autre Etat).2016-09-23 21:08:52Michèle PLAHIERS442401Ces intrusions de l'Etat dans la vie intime et dans la vie privée sont insupportables. Et ces références implicites à un Ordre Moral indéfinissable sont irréalistes, sinon contre-productives. Il ne faut pas interdire ce qu'on ne peut empêcher, ou on ridiculise la loi en ouvrant la porte à la clandestinité, à l'obscurité, et à l'absence de toute règle. C'est vrai pour la gestation pour autrui, mais aussi pour l'avortement, la prostitution et le trafic de drogues.2016-09-23 20:06:25Baudouin Petit442115Pourquoi ne fait-on pas circuler une pétition à soumettre au gouvernement? Je me suis beaucoup mobilisée sur ce sujet, j'aimerais que d'autres prennent le pas. S'ils veulent mon mail, j'autorise le Vif à la transmettre2016-09-23 15:49:14Michèle PLAHIERS442109Et si nous osions enfin nous affronter au tabou: le désir d'enfant. Celui-ci comme celui de se nourrir relève de l'instinct. La question est de savoir s'il est justifié de tuer une personne pour s'alimenter. Autrement dit: le désir instinctuel de l'enfant doit-il nous pousser à outrepasser tous les interdits que nous imposent la nature ou la réalité? Qui osera un jour affronter cette question?2016-09-23 15:40:36Michèle PLAHIERS442101Et si nous osions enfin nous affronter au tabou: le désir d'enfant. Le désir d'enfant comme celui de se nourrir relève comme le besoin de se nourrir, de l'instinct. La question est de savoir s'il est justifié de tuer une personne pour se nourrir. Autrement dit: le désir instinctuel de l'enfant doit-il nous pousser à dépasser tous les interdits que nous imposent la nature ou la réalité? Qui osera un jour affronter cette question?2016-09-23 15:36:19Michèle PLAHIERS442091Suite et fin. Exemple d'un cas (psychothérapie et outil des "constellations familiales") : une personne souffrait d'un mal de dos qui résistait à toutes les thérapeutiques traditionnelles. Elle avait déjà parcouru un long chemin psychothérapeutique mais axé plutôt sur sa famille maternelle. L'entretien préalable à la constellation a permis de s'orienter vers le grand-père sans savoir exactement de quoi il s'agissait, orientation qui s'est révélée exacte dans la constellation : en Constellations, il est apparu que son grand père n'était pas le vrai grand-pèrele secret (confirmé ensuite par la famille) a été levé et l'ordre dans la famille a été restauré symboliquement . D'ailleurs, le soir même de sa participation, son mal de dos avait disparu. / Enfin, ni la sincérité ni même un colossal souci de bien faire ne peuvent prémunir l'enfant adopté des difficultés particulières liées à la caractéristique homosexuelle du couple dans lequel2016-09-23 15:24:48Baudouin Labrique442087P.S. Dans le cas de l'adoption d'enfant dont on aura été obligé de cacher l'identité de la vraie mère ou du vrai père, qui pourra alors être confronté tôt ou tard aux les demandes légitimes de l'enfant qui veut savoir qui sont ses géniteurs, comme dans le cas des enfants issus d'une GPA (gestation ou grossesse pour autrui) ou d'une PMA (procréation médicale assistée) ? >>>2016-09-23 15:23:52Baudouin Labrique442081Tout à fait d'accord avec le contenu de l'article. Notre société matérialiste a fait de l'enfant un bien matériel au détriment des droits et du devenir notamment psychique de l'enfant. Est-il vraiment sensé de se référer strictement au principe de l'Egalité cher aux démocraties occidentales, pour accorder ipso facto le droit d'adopter des enfants à ces couples gay ? Il faut mesurer les conséquences d'une telle légalisation sur le devenir psychologique des enfants adoptés. Ayant suivi de nombreux débats dans les médias, je suis effaré par l'absence de prise en compte des impacts psychologiques chez l'enfant adopté de la part des adeptes du mariage pour tous, substituant aux droits imprescriptibles et prioritaires de l'enfant le prétendu "droit à l'enfant" en évacuant donc ce qu'il adviendra de cet enfant et de son équilibre psychique en pareilles conditions ! (Suite sur http://www.retrouversonnord.be/famille.htm#gay)2016-09-23 15:18:02Baudouin Labrique5543572016-09-23 15:05:592016-09-23 15:05:59Le VifPas de parutionOpinionArticleMichel GhinsPar Michel GhinsInternationalLeVif

Interdisons la gestation pour autrui

Michel Ghins - Le désir d'enfant est tellement normal et ancré dans notre humanité ! Peut-on refuser à quelqu'un ce bonheur extraordinaire d'avoir son bébé dans les bras, heureux et en bonne santé ? Il est dur de dire non. Et pourtant, dans le cas de la gestation pour autrui (qui est ici considérée indépendamment de la nature des personnes ou des couples qui y feraient appel) nous devons avoir le courage de l'interdire légalement.

yesVincent Genot2016-09-23 15:07:00http://www.levif.be/actualite/international/interdisons-la-gestation-pour-autrui/article-opinion-554357.htmlhttp://m.levif.be/actualite/international/interdisons-la-gestation-pour-autrui/article-opinion-554357.htmlhttp://www.levif.be/actualite/international/http://m.levif.be/actualite/international/
Interdisons la gestation pour autrui

Michel Ghins -

Michel Ghins - La GPA porte atteinte à la dignité de la femme

Michel Ghins - Il faut interdire la GPA parce que la mère qui portera le bébé pendant neuf mois se voit réduite à un simple instrument, un moyen utilisé pour atteindre un objectif voulu par d'autres personnes. Elle se voit ainsi ramenée à la fonction de porter un enfant pour autrui, à un utérus emprunté ou acheté, tout en étant soumise aux changements hormonaux et aux risques que comporte toute grossesse. Comme le dit Sylviane Agacinsky "En dépossédant la femme de sa vie organique, la GPA porte atteinte à la dignité de la femme". Même si la mère accepte de porter le bébé en toute liberté, elle se place dans un statut d'objet, de chose utilisée en vue d'une fin qui lui est externe et lui échappe. Dans cette "maternité de substitution", la femme n'est dans tous les cas de figure qu'un substitut, un expédient destiné à la fabrication d'un enfant produit sur commande. La GPA remet en question la distinction kantienne fondamentale entre les choses, qui ont un prix, et les personnes, qui ont une valeur.

Michel Ghins - C'est pourquoi, le 17 décembre 2015 et à une très large majorité, le Parlement européen "condamne la pratique de la gestation pour autrui qui va à l'encontre de la dignité humaine de la femme, dont le corps et les fonctions reproductives sont utilisés comme des marchandises". Peu importe que la femme soit rémunérée ou non, qu'elle donne son consentement libre ou non. Dans la maternité de substitution la femme porteuse est traitée, dans son corps et ses fonctions reproductives, comme une vulgaire marchandise.

Michel Ghins - Ne pas encadrer légalement la GPA

Michel Ghins - L'encadrement légal - comme certains le proposent en Belgique - n'est pas une solution. Encadrer implique permettre ; pire : légitimer. Même si les conditions d'accès sont strictes, la GPA foule au pied la dignité intrinsèque et inaliénable des femmes. Encadrer, en interdisant la GPA dite "commerciale", encourage la GPA franchement commerciale à l'étranger et le trafic international d'êtres humains. Depuis que la GPA "non-commerciale" a été légalisée (dans des conditions "strictes") au Royaume-Uni, le recours à des mères porteuses étrangères - et pauvres - y a considérablement augmenté.

Michel Ghins - Légaliser la GPA exemplifierait la tactique du "pied dans l'encoignure de la porte". Une fois le principe de la GPA acquis, des soi-disant "avancées législatives" ne manqueraient pas de proliférer pour en élargir sans cesse les conditions d'accès.

Michel Ghins - La GPA est contraire aux droits de l'enfant

Michel Ghins - Et l'enfant là-dedans ? Qu'en est-il du bébé qui à sa naissance est séparé de sa mère pour être donné, ou plutôt livré, aux parents d'intention ? Au prix d'un effort considérable, la mère gestatrice est parfois capable de ne pas s'attacher à l'enfant qui grandit en elle. Mais qui n'a pas vu les vidéos des mères porteuses indiennes pleurant à chaudes larmes lorsqu'on leur arrachait leur enfant ? Et l'enfant qui grandit dans le sein de sa mère, comment pourrait-il ne pas s'y attacher ? Les dommages psychologiques de la séparation d'un bébé avec sa mère commencent à être observés dans les cabinets des psychologues (voyez les travaux de Françoise Dolto).

Michel Ghins - A ces difficultés s'ajoutent celles du brouillage dans la filiation induit par la GPA. Comment l'enfant pourrait-il s'y retrouver et construire son identité s'il est issu d'une mère porteuse et de gamètes (spermatozoïde, ovule) provenant de donneurs anonymes pour être ensuite adopté par son ou ses parents légaux ? Le plus souvent, dans la GPA, le droit de l'enfant à connaître ses origines biologiques est totalement nié.

Michel Ghins - Il n'y a pas de GPA "éthique" ou "altruiste"

Michel Ghins - La gestation pour autrui "éthique" ou "altruiste" n'existe pas. La mère porteuse reçoit toujours de l'argent sous forme de défraiements, compensations, indemnités etc. qui ne sont le plus souvent qu'un salaire déguisé. De plus, comment contrôler effectivement qu'une rémunération n'est pas versée à la mère porteuse, éventuellement sous forme de "cadeaux" ? Il est particulièrement hypocrite de distinguer entre une GPA qui serait désintéressée, altruiste et donc bonne, et une GPA où la mère de substitution reçoit une rémunération et qui serait alors commerciale et mauvaise. En définitive, la GPA est nécessairement commerciale.

Michel Ghins - La seule décision authentiquement humaine est d'interdire la GPA aussi bien en Belgique qu'au niveau international. La question est si fondamentale qu'elle dépasse les clivages traditionnels. Aussi bien à gauche qu'à droite, les voix sont nombreuses pour demander l'interdiction de la GPA. Des personnalités féministes comme Isabella Lenarduzzi, Malika Hamidi et Marie-Anne Frison-Roche, ainsi que les associations féministes comme l'Université des femmes et le CoRP s'opposent à toute forme de maternité de substitution. Dans beaucoup de pays comme la France, la Suède, la Norvège, la GPA est illégale.

Michel Ghins - Une interdiction de la GPA permettrait aussi d'empêcher la présence à Bruxelles de sociétés comme Babybloom ou Men having babies qui organisent des événements pro-GPA, au mépris des droits fondamentaux des femmes et des enfants.

Michel Ghins -

LOW1889ghins-michelProfesseur ordinaire UCLGhinsMichelcolumnist/assets/566/avatar_290161.jpghttp://www.levif.be/actualite/auteurs/michel-ghins-1889.htmlhttp://m.levif.be/actualite/auteurs/michel-ghins-1889.htmlBelgiqueFranceGPA
Gestation pour autrui: "On n'encadre pas une mauvaise pratique, on la combat !"
Gestation pour autrui: "On n'encadre pas une mauvaise pratique, on la combat !"
Gestation pour autrui: "On n'encadre pas une mauvaise pratique, on la combat !"
Gestation pour autrui: "On n'encadre pas une mauvaise pratique, on la combat !"
Gestation pour autrui: "On n'encadre pas une mauvaise pratique, on la combat !"
Gestation pour autrui: "On n'encadre pas une mauvaise pratique, on la combat !"
Gestation pour autrui: "On n'encadre pas une mauvaise pratique, on la combat !"
Gestation pour autrui: "On n'encadre pas une mauvaise pratique, on la combat !"
11443261Daniel Buxant. Encore faut-il que l'interdiction soit efficace, j'en doute fort. Plus généralement ces intrusions de l'Etat dans l'intimité et la vie privée sont insupportables. Et les références implicites à un Ordre Moral indéfinissable sont irréalistes, sinon contre-productives. Il ne faut pas interdire ce qu'on ne peut empêcher, ou on ridiculise la loi en ouvrant la porte à la clandestinité, à l'obscurité, et à l'absence de toute règle. C'est vrai pour la gestation pour autrui, mais aussi pour l'avortement, la prostitution et le trafic de drogues.2016-09-25 10:29:36Baudouin Petit442967Très bon article, la marchandisation des utérus et des bébés ,nous vivons une époque qui déconstruit le lien à la vie , à la nature , donc à la maternité aussi . Ces enfants issus de telles transactions ,viennent en faite de nul part ,leurs histoire à été détournée ,manipulée ,Ils ont été implantés dans le corps d'une personne qui n'est pas leur mère...je ne pense pas que ce soit une bonne chose pour eux... Exactement Georges Binetter...c'est donc bien un commerce rentable ,pauvres gosses...Issus d'un marché ,quel monde...2016-09-24 19:02:29Josette Degrotte442797La GPA ne se limite pas a des femmes pauvres, cela c'est un cliche. En Amerique, des femmes saines, nullement pauvres, ayant un QI et une education superieures louent leur uterus pour 50.000 USD. Leur seule motivation est celle du gain financier.2016-09-24 14:24:08Georges Binetter442679E.Lambot Les femmes qui acceptent la gestation pour autrui le font dans leur immense majorité pour de l'argent et une vie meilleure. Laisser dire à une femme "Mon ventre m'appartient" c'est comme accepter qu'une prostituée vende son corps pour vivre. Très élégant n'est-ce pas ? Sans misère économique les cas de gestation pour autrui seraient très rares et réservés à des personnes proches ou vraiment altruistes. Je pense que certaines personnes n'imaginent pas la violence et le déchirement que représente l'abandon d'un enfant porté durant une gestation.2016-09-24 11:42:52Lambot Pascale442489à baudouin Petit: avec un tel raisonnement , il faudrait encadrer la fraude fiscale et non pas l'interdire vu qu'il y aura toujours des fraudeurs .2016-09-23 21:59:09daniel buxant441665Alors que notre planëte est surpeuplé et qu'il y a tellement d'orphelins !2016-09-23 04:05:17Walter Huybrecht441523Je ne publie plus depuis très longtemps, le Vif est devenu un vrai foutoir, je ne parviens même plus à me désabonner ?????????????2016-09-22 19:32:15Christian Decroly441495Le VIF Pourquoi suis-je associée à P. Bodson. C'est un bug? PLAHIERS M.2016-09-22 18:46:37Pierre Bodson441491J'ai écrit à ce sujet à Madame De block. Pas de réaction. M. PLAHIERS2016-09-22 18:45:17Pierre Bodson441459Il vaut mieux encadrer qu'interdire quand on sait pertinemment que l'interdiction n'empêchera pas, ou rien. C'est vrai pour l'avortement, la gestation pour autrui, et le trafic de drogues.2016-09-22 17:47:32Baudouin Petit441435Jusqu'où leur foutue "libération" aura mené les nanas. Ah, nom de Dieu !2016-09-22 17:31:29René Gérard5538652016-09-22 15:46:452016-09-22 16:17:25Le Vif/L'ExpressPas de parutionOpinionArticleViviane TeitelbaumPar Viviane TeitelbaumSantéLeVif

Gestation pour autrui: "On n'encadre pas une mauvaise pratique, on la combat !"

Viviane Teitelbaum - Bourse aux bébés à acheter, ventres à louer, femmes à vendre ! Tel pourrait être le titre d'un mauvais roman ou d'une histoire, qui telle une légende, se raconterait de génération en génération dans quelques siècles avec incrédulité. Pourtant, cela se passe, chez nous, comme ailleurs.

yesCaroline Lallemand2016-09-22 15:47:00http://www.levif.be/actualite/sante/gestation-pour-autrui-on-n-encadre-pas-une-mauvaise-pratique-on-la-combat/article-opinion-553865.htmlhttp://m.levif.be/actualite/sante/gestation-pour-autrui-on-n-encadre-pas-une-mauvaise-pratique-on-la-combat/article-opinion-553865.htmlhttp://www.levif.be/actualite/sante/http://m.levif.be/actualite/sante/
Gestation pour autrui: "On n'encadre pas une mauvaise pratique, on la combat !"

Viviane Teitelbaum - La gestation pour autrui présentée comme un acte généreux pour parents ayant le "droit à un enfant et à fonder une famille", est en réalité une des diverses formes d'exploitation du corps des femmes, traités telle une marchandise.

Viviane Teitelbaum - Dans tous les cas de figure, le Conseil des Femmes (CFFB) refuse l'exploitation, l'instrumentalisation et la marchandisation des corps.

Viviane Teitelbaum - Le CFFB refuse également le détournement des valeurs féministes "Mon corps m'appartient" qui est un slogan qui visait à sortir les femmes de l'aliénation de la reproduction non choisie. Qui représente une lutte collective pour la planification familiale afin de lever la contrainte reproductive. Détourner cette revendication dans le but de faire accepter l'idée que "mon ventre m'appartient et donc je suis libre de le vendre", est une revendication individuelle qui ne peut être portée par une société toute entière dont les objectifs doivent rencontrer le bien commun.

Viviane Teitelbaum - D'un point de vue individuel, il existe différentes possibilités pour devenir parents même en cas d'infertilité irrémédiable. Il ne s'agit pas d'une question morale, mais d'un choix de société aux implications multiples. Dès lors, le CFFB "condamne la pratique de la gestation pour autrui qui porte en effet atteinte à la dignité des femmes, dont le corps et les fonctions reproductives sont utilisés comme des marchandises.

Viviane Teitelbaum -

Viviane Teitelbaum - Il faut interdire cette bourse, cette foire aux bébés, comme s'il s'agissait d'un objet que l'on pourrait acheter impunément.

Viviane Teitelbaum -

Viviane Teitelbaum - Nous, féministes, voulons également attirer l'attention sur la fiction de la GPA altruiste et éthique. Cet acte médical complexe n'est jamais gratuit. N'est jamais sans risques, ni conséquences pour les femmes mais aussi pour les enfants ! De plus, même dans une GPA dite "altruiste", le corps est instrumentalisé : la grossesse devient purement fonctionnelle et la mère porteuse peut faire l'objet d'un contrat, de transactions, de conditions imposées (accès illimité au dossier médical de la mère porteuse et de son partenaire, interdiction de comportement "à risque", de pratiquer un sport, etc.). Notre code civil consacre pourtant l'indisponibilité du corps humain, qui ne peut faire l'objet d'une convention (Code civil, art.1128).

Viviane Teitelbaum - Nous déplorons le manque de courage politique qui :

Viviane Teitelbaum - fait fi des dangers d'une grossesse ;

Viviane Teitelbaum - fait fi de la précarisation des femmes ;

Viviane Teitelbaum - fait fi d'un retour au renforcement des stéréotypes.

Viviane Teitelbaum -

Viviane Teitelbaum - Il faut interdire cette bourse, cette foire aux bébés, comme s'il s'agissait d'un objet que l'on pourrait acheter impunément.

Viviane Teitelbaum -

Viviane Teitelbaum - On légifère pour protéger le plus grand nombre, on refuse l'assignation des femmes à maternité dans une société qui les précarise toujours davantage jusqu'à mettre leur santé en danger. Comme les signataires français contre l'encadrement de la GPA, nous disons " on n'encadre pas une mauvaise pratique on la combat !" et on cesse la marchandisation des corps, des vies, et donc de l'avenir de notre société.

Viviane Teitelbaum -

Viviane Teitelbaum -

Viviane Teitelbaum -

Viviane Teitelbaum -

Viviane Teitelbaum -

Viviane Teitelbaum -

Viviane Teitelbaum -

Viviane Teitelbaum -

Viviane Teitelbaum -

Viviane Teitelbaum -

Viviane Teitelbaum -

Viviane Teitelbaum -

Viviane Teitelbaum -

Viviane Teitelbaum -

Viviane Teitelbaum -

Viviane Teitelbaum -

Viviane Teitelbaum -

LOW741teitelbaum-vivianeDéputée MR et échevine des Finances et de la PropretéTeitelbaumVivianecolumnist/assets/248/avatar_127361.jpghttp://www.levif.be/actualite/auteurs/viviane-teitelbaum-741.htmlhttp://m.levif.be/actualite/auteurs/viviane-teitelbaum-741.htmlConseil des FemmesCFFBCode civilbébégestation pour autruimère porteuseGPA
Le rapport d'une sénatrice belge sur la gestation pour autrui fait des remous
Le rapport d'une sénatrice belge sur la gestation pour autrui fait des remous
Le rapport d'une sénatrice belge sur la gestation pour autrui fait des remous
Le rapport d'une sénatrice belge sur la gestation pour autrui fait des remous
Le rapport d'une sénatrice belge sur la gestation pour autrui fait des remous
Le rapport d'une sénatrice belge sur la gestation pour autrui fait des remous
Le rapport d'une sénatrice belge sur la gestation pour autrui fait des remous
Le rapport d'une sénatrice belge sur la gestation pour autrui fait des remous
3441871Effectivement, M. Huybrecht, j'ai personnellement élevé 14 enfants et je n'ai eu qu'un seul ! IL y a quelque chose de pathologique a vouloir un enfant comme une possession : on oublie alors les droits des enfants au profit du prétendu droit à avoir un enfant ! Lire mon article "Mariage gay et adoption" Extrait : "Ayant suivi de nombreux débats dans les médias, je suis effaré par l'absence de prise en compte des impacts psychologiques chez l'enfant adopté de la part des adeptes du mariage pour tous, substituant aux droits imprescriptibles et prioritaires de l'enfant le prétendu "droit à l'enfant" en évacuant donc ce qu'il adviendra de cet enfant et de son équilibre psychique en pareilles conditions !" (suite sur : http://retrouversonnord.be/famille.htm#gay).2016-09-23 12:07:31Baudouin Labrique441677il y a suffisamment d'enfants malheureux, d'orphelins, de quoi occuper toute personne désirant s'occuper d'enfants.2016-09-23 05:06:54Walter Huybrecht441323La GPA est la pire abomination du 21 ème siècle.2016-09-22 14:15:52Pierre Bodson5536292016-09-22 10:34:162016-09-22 16:22:05Le VifPas de parutionNormalArticleLe VifPar Le VifInternationalLeVif

Le rapport d'une sénatrice belge sur la gestation pour autrui fait des remous

Ce mercredi était discuté au Conseil de l'Europe, un rapport sur les questions éthiques liées à la gestation pour autrui (GPA). Rédigé par Petra de Sutter, sénatrice Groen, professeur en gynécologie à l'Université de Gand et cheffe du département de reproduction humaine à l'UZ Gent, il a été rejeté, pour la deuxième fois.

yesCaroline Lallemand2016-09-22 10:34:00http://www.levif.be/actualite/international/le-rapport-d-une-senatrice-belge-sur-la-gestation-pour-autrui-fait-des-remous/article-normal-553629.htmlhttp://m.levif.be/actualite/international/le-rapport-d-une-senatrice-belge-sur-la-gestation-pour-autrui-fait-des-remous/article-normal-553629.htmlhttp://www.levif.be/actualite/international/http://m.levif.be/actualite/international/
Le rapport d'une sénatrice belge sur la gestation pour autrui fait des remous

La GPA, la gestation pour autrui, est un sujet controversé en Europe. Les différents pays ont d'ailleurs des législations très variées à ce sujet (voir encadré ci-dessous). En France, où la GPA est tout bonnement interdite depuis plus de 25 ans, elle suscite controverses et indignations. Des manifestations étaient organisées ce mercredi à Paris pour protester contre cette pratique et contre le rapport présenté par la sénatrice belge Petra De Sutter, dans un climat de mécompréhensions de ses véritables enjeux. De par les sujets qu'elle défend - droits des femmes, des minorités, des réfugiés, mariage pour tous,... - l'élue belge, qui a, par ailleurs, changé de sexe il y a 13 ans, est régulièrement la cible de violentes attaques, dont transphobes. Mais cela ne l'a pas dissuadée de poursuivre ses travaux.

En quoi consiste ce rapport qui était discuté à huit-clos ce mercredi 21 septembre au Conseil de l'Europe? Dans un entretien accordé au quotidien français Libération, Petra De Sutter donne quelques éclaircissements et entend tordre le cou à certains préjugés. Dans la version présentée cette semaine, la spécialiste en reproduction humaine dit s'être plutôt concentrée sur les problématiques liées aux droits de l'enfant dans les GPA commerciales, "qui constituent 98 à 99 % des GPA pratiquées dans le monde, soit environ 19 800 enfants chaque année" , précise-t-elle. "Ces arrangements impliquent des risques graves pour les droits de l'homme, et donc de l'enfant, et ce doit être notre première considération : trafic, abandons, filiation, nationalité, accès aux origines..."

La commission des questions sociales du Conseil de l'Europe a finalement rejeté - par 19 voix contre 17 - le projet de résolution basé sur ce rapport. Toutefois, procédure assez inhabituelle, après avoir rejeté le rapport et le projet de résolution, les députés ont examiné le projet de recommandation qui lui était annexé. Ce projet, amendé, a quant à lui été adopté par 17 voix contre 14. Il fera l'objet d'un débat en octobre à l'occasion de la prochaine session de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe. "Cette recommandation dit aux ministres des affaires étrangères de mettre en place des lignes directrices sur la GPA", indique Petra de Sutter. Objectif : "sauvegarder les droits de l'enfant ", précise un communiqué de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe publié après le vote.

"Difficile d'avoir des discussions sereines et nuancées sur ce sujet"

C'est la deuxième fois que le Conseil de l'Europe se penche sur ce sujet sensible. En mars dernier, la sénatrice Groen avait proposé une première mouture qui décrivait la situation de manière plus scientifique. Une version rejetée à deux voix près. "Il s'agissait d'une analyse équilibrée des dangers sur le plan des droits humains, certainement pas d'un jugement. J'y établissais notamment une distinction entre une forme de GPA "altruiste", très marginale (par exemple une femme portant l'enfant de sa soeur), et la "GPA commerciale", aux motivations financières. Il n'était pas question que ce texte mène à une légalisation de la GPA altruiste, malgré ce que clamaient certains propos populistes", commente-t-elle. Elle pointe aussi la difficulté d'avoir "des discussions sereines et nuancées sur ce sujet".

C'est d'ailleurs sur ce point qu'elle veut insister. "J'aimerais que l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe s'exprime en faveur de l'interdiction de toute forme de GPA commerciale et demande aux Etats membres de ne pas violer les droits de l'enfant, comme cela est le cas en France, par exemple". La France, comme l'explique Libé, a en effet déjà été condamnée à deux reprises, car elle continue de rechigner à transcrire les actes de naissance des enfants nés par GPA à l'étranger à l'état civil. Petra De Sutter propose l'adoption comme alternative à la situation administrative floue des enfants nés de mères porteuses. "Pourquoi ne pas encourager l'adoption comme alternative et encadrer la GPA familiale, amicale, altruiste", explique-t-elle.

Plusieurs collectifs féministes rejettent ce concept de "GPA altruiste" et reprochent à la rapporteure d'"inciter à réglementer l'exploitation consentie des femmes, leur transformation volontaire en corps gestationnels, pour le bonheur de leurs proches et de leurs ami(e)s." D'autres crient au conflit d'intérêts car la sénatrice collabore avec une clinique de fertilité qui pratique la GPA en Inde (Seeds of innocence) et aurait donc tout bénéfices à faire accepter sa proposition.

"Ce rapport est un état des lieux mais il n'a aucun pouvoir juridique contraignant", rétorque Petra de Sutter. Il peut cependant jouer un rôle de référence même si c'est à chaque Etat européen d'agir comme il le souhaite en la matière. "A la rigueur, on pourrait penser à une forme de soft power : certains rapports du Conseil peuvent être utilisés pour des formes de pressions morales, mais chacun est vraiment libre d'en tenir compte ou non", conclut Petra De Sutter.

Un bébé pour 150 000 euros

Son discours résonne d'autant plus fort qu'aura lieu ce week-end à Bruxelles la deuxième édition de la conférence européenne de l'organisation américaine "Men Having Babies". Ce salon très controversé met en relation des couples homosexuels masculins et des entreprises prestataires de services américaines dont le but est de les aider à avoir un enfant via la GPA. Les prix pratiqués vont de 120 000 à 150 000 euros sans garantie de succès.

Lire aussi l'opinion:Gestation pour autrui: "On n'encadre pas une mauvaise pratique, on la combat !"

Une vingtaine de personnes, répondant à l'appel de l'Initiative citoyenne contre la gestation pour autrui, se sont rassemblées mercredi après-midi au Carrefour de l'Europe, entre l'entrée de la gare Bruxelles Central et l'hôtel Hilton, où se tiendra le salon. Les militants ont arboré des messages tels que "Non au commerce des bébés".

Présente au rassemblement, Catherine Fonck, députée fédérale et cheffe de groupe cdH à la Chambre, estime que la législation actuelle est suffisante pour faire interdire la tenue de ce type de salon. "On est dans la commercialisation d'enfants et je trouve que ce n'est pas acceptable. La tenue de ce type de salon commercial sur Bruxelles, alors même que toute une série de législations interdisent la commercialisation de corps ou de parties de corps, est vraiment interpellante. Il faut se mobiliser pour empêcher la tenue de ce type de salon et surtout en appeler à ce que les pouvoirs publics -le ministre de la Justice en l'occurrence- se positionnent clairement dans ce dossier", a-t-elle déclaré. Le collectif citoyen manifestera à nouveau devant l'hôtel Hilton samedi (à partir de 15H00) et dimanche.

La GPA, c'est quoi?

La GPA désigne le recours à une tierce personne pour "porter" l'enfant d'un couple (avec ou sans implantation d'un ovule fécondé in vitro), qu'il soit hétérosexuel ou homosexuel. Elle peut donner lieu à une rémunération de la mère porteuse.

La GPA en Europe

La GPA est possible dans sept pays européens. En Belgique, aux Pays-Bas, en Pologne et en Slovaquie, aucune législation ne l'interdit, ce qui l'autorise de fait, sans encadrement juridique.

La GPA a été légalisée en Roumanie, mais aussi en Irlande et au Royaume-Uni où il est interdit de pratiquer des GPA "à titre onéreux" ou via une exploitation forcée.

ParaLa majorité des autres pays européens, et parmi eux la France, l'Espagne, l'Allemagne, l'Italie, la Suède, la Finlande, la Grèce, l'interdisent.

La GPA dans le monde

A travers le monde, de nombreux Etats n'encadrent pas la gestation pour autrui, ce qui revient à l'autoriser de fait, comme c'est le cas en Belgique. Seule une minorité d'Etats ont mis en place des statuts légaux pour encadrer cette pratique (Canada, Brésil, Inde...).

Sources et cartes récapitulatives : Le Monde

LOW77vif-leVifLereporterhttp://www.levif.be/actualite/auteurs/le-vif-77.htmlhttp://m.levif.be/actualite/auteurs/le-vif-77.htmlFranceBelgiqueGroenGPAConseil de l'EuropePetra de Sutter
Bourse des mères porteuses : jusqu'à 140 000 euros pour un bébé "sur catalogue"
Bourse des mères porteuses : jusqu'à 140 000 euros pour un bébé "sur catalogue"
Bourse des mères porteuses : jusqu'à 140 000 euros pour un bébé "sur catalogue"
Bourse des mères porteuses : jusqu'à 140 000 euros pour un bébé "sur catalogue"
Bourse des mères porteuses : jusqu'à 140 000 euros pour un bébé "sur catalogue"
Bourse des mères porteuses : jusqu'à 140 000 euros pour un bébé "sur catalogue"
Bourse des mères porteuses : jusqu'à 140 000 euros pour un bébé "sur catalogue"
Bourse des mères porteuses : jusqu'à 140 000 euros pour un bébé "sur catalogue"
5275383Mons Damme, je n'ai pas été grossier donc, je vous demande de faire de même si cela est possible venant de votre part.2016-01-30 22:20:38Giovanni NERI275253Certains ont envie de "dégueuler", d'autres traites ces femmes de "putains", d'autres encore sont "scandalisé" par cette pratique. MAIS? quand l'état donne 305.500.000 euros par année à FEDASIL pour les migrants la rien, pas de réactions, pourtant c'est leur argent, quand à ANVERS, une mère de famille et son enfant sont expulsé de leur logement pour y mettre des migrants, là pas de réactions. ALORS MESSIEURS, avant de faire vos grimaces pour les mères porteuses, discutez et réagissez pour de vrais causes. D'accord, les couples homos n'ont pas besoins d'enfants, mais combien de couples (homme et femme) ne savent pas procréer et sont heureux de pouvoir user de ce moyen.2016-01-30 16:51:07Giovanni NERI275107@ pierre damme et les autres, je suis d'accord à 100 %, mais ou va-t-on ? Il n'y a plus aucune morale, aucune éthique, le "pouvoir" de l'argent nous submerge, je vais "dégueuler" et je vous prie d'excuser ma vulgarité !!!2016-01-30 12:55:59Christian Decroly275091Mr .Damme vous avez mille fois raison .2016-01-30 12:39:43daniel leroy275059Le desir d'enfant est naturel mais en faire un marche est revulsant. C'est le travail des parlementaires de s'occuper sans tarder d'y remedier. Mais les discussions oisives sur le dechirement de la Belgique leur laissera-t-il du temps? Avec Uber et maintenant la GPA on voit que l'on ne peut pas laisser certaines pratiques venant d'Amerique operer sans regulation. Il en est de meme pour le Traite transatlatique de libre echange qui negocie ( mal ? ) dans le secret intensifiera les derives dues a des concessions faites par l'UE sous la pression US. Et la GPA, devenue business pourrait bien nous etre imposee en vertu du dit traite par le mecanisme d'arbitrage prevu.2016-01-30 11:40:20Georges Binetter4562852016-01-30 10:00:012016-01-30 13:04:15De StandaardPas de parutionNormalArticleLe VifPar Le VifBelgiqueLeVif

Bourse des mères porteuses : jusqu'à 140 000 euros pour un bébé "sur catalogue"

Une mystérieuse bourse des mères porteuses est organisée ces 29 et 30 janvier à Bruxelles. L'initiative provoque l'indignation parmi les experts, mais est rendue possible en Belgique à cause d'un flou juridique. Une manifestation a lieu ce samedi après-midi à Bruxelles contre l'évènement.

yesCaroline Lallemand2016-01-30 10:00:00http://www.levif.be/actualite/belgique/bourse-des-meres-porteuses-jusqu-a-140-000-euros-pour-un-bebe-sur-catalogue/article-normal-456285.htmlhttp://m.levif.be/actualite/belgique/bourse-des-meres-porteuses-jusqu-a-140-000-euros-pour-un-bebe-sur-catalogue/article-normal-456285.htmlhttp://www.levif.be/actualite/belgique/http://m.levif.be/actualite/belgique/
Bourse des mères porteuses : jusqu'à 140 000 euros pour un bébé "sur catalogue"

La bourse aux mères porteuses intitulée "Baby Bloom" est organisée par une association américaine. Cet évènement assez mystérieux - aucune affiche, aucune adresse n'ont été divulguées - a lieu dans un hôtel bruxellois. Baby Bloom fonctionne sur rendez-vous individuels . "Les personnes intéressées sont invitées à contacter les organisateurs via Facebook", a appris RTL. Il s'adresse aux couples qui ne peuvent pas avoir d'enfants, en particulier les couples homosexuels masculins.

Ces méthodes font polémique et principalement l'aspect très commercial de la démarche qui choque les professionnels du secteur de la GPA (gestation pour autrui). L'évènement permet, en effet, à la clinique de la fertilité américaine de promouvoir son catalogue, avec un vaste choix de mères porteuses, vivant aux Etats-Unis. Les candidats peuvent ainsi choisir leur mère porteuse, notamment via Skype. Prix d'un tel "bébé sur catalogue": entre 110.000 et 140.000 euros selon VTM Nieuws qui a mené l'enquête sous couvert d'anonymat.

Légal aux Etats-Unis

A Bruxelles, une manifestation a lieu ce samedi après-midi pour l'abolition de la GPA par L'Action pour les Familles. L'association avait déjà protesté en mai dernier lors de la bourse du même genre "Men Having Babies". Les sympathisants de L'Action pour les Familles pourraient être rejoints par des groupes féministes.

L'Université des femmes a aussi convoqué le 19 janvier un vaste panel de philosophes, psychologues, médecins, juristes et politiques qui ont cerné les limites de cette forme de maternité de substitution. De leur côté, les mouvements de défense des couples homosexuels sont d'avis qu'interdire la gestation pour autrui est discriminant.

Si la pratique est totalement légale outre-Atlantique, en Belgique, la gestation pour autrui bénéficie d'un flou juridique: elle n'est ni autorisée, ni interdite. Pour l'instant, la GPA est possible sur le sol belge dans quatre centres de fertilité, mais en l'absence de tout cadre juridique, selon leurs propres règles.

UPDATE: Suite à l'appel de l'Initiative citoyenne pour l'abolition de la GPA, l'organisation américaine Baby Bloom a été forcée d'annuler leur démarchage prévue ces vendredi et samedi à Bruxelles.

Lire aussi: Mères porteuses : "Un véritable retour en arrière pour l'égalité"

77vif-leRédaction en ligneVifLereporterhttp://www.levif.be/actualite/auteurs/le-vif-77.htmlhttp://m.levif.be/actualite/auteurs/le-vif-77.htmlbaby bloomGPAgestation pour autrui
Salon de l'auto, oui, salon du bébé-GPA non !
Salon de l'auto, oui, salon du bébé-GPA non !
Salon de l'auto, oui, salon du bébé-GPA non !
Salon de l'auto, oui, salon du bébé-GPA non !
Salon de l'auto, oui, salon du bébé-GPA non !
Salon de l'auto, oui, salon du bébé-GPA non !
Salon de l'auto, oui, salon du bébé-GPA non !
3362443En gravure, en sculpture comme en reproduction musicale, on part toujours de la pièce d'origine que l'on appelle "la mère" (la matrice), à partir de laquelle on tire des pères. Ces pièces, par définition sont uniques.2016-05-31 18:23:07Michèle PLAHIERS362401Seulement 57% des belges sont opposés à la GPA ét CM aimerait sonder le citoyen sur les sujets de société par référendum! "Dans le ventre de ma mère...j'y ai senti toutes les merveilles du monde".2016-05-31 18:00:55Michèle PLAHIERS270209C'est un SCANDALE ETHIQUE, humain, un traffic honteux et pour du FRIC, pas pour aider des gens à avoir un enfant = Il existe un systèe d'adption d'enfants abandonnés, c'est la voie à suivre = le reste est de l'égoisme pur et du traffic d'argent pire que la vente de la drogue ou des armes !!! La déchéance humaine au plus bas égal à l'esclavage. Nos societies 'avancées' sont devenues decadents, j'en suis honteux...2016-01-23 12:23:02Michel Brasseur4533972016-01-22 13:39:042016-01-24 23:14:07NonePas de parutionOpinionArticleAlain TiriPar Alain TiriBelgiqueLeVif

Salon de l'auto, oui, salon du bébé-GPA non !

Alain Tiri - Cette semaine à lieu à Bruxelles le salon de l'auto où les plus grandes marques afficheront leurs belles mécaniques. ET pour la deuxième année consécutive, il se tient également à Bruxelles le 29 et 30 janvier 2016, un autre type de salon commercial organisé par Baby Bloom. Ce salon est très particulier, car il consiste à acheter un enfant, conçu par une mère qui va l'abandonner, par l'intermédiaire d'une société américaine. Cette société n'hésite pas à afficher en option qu'il est possible de choisir le sexe de l'enfant, après le tri des embryons.

yesAurélie Wehrlin2016-01-23 09:28:00http://www.levif.be/actualite/belgique/salon-de-l-auto-oui-salon-du-bebe-gpa-non/article-opinion-453397.htmlhttp://m.levif.be/actualite/belgique/salon-de-l-auto-oui-salon-du-bebe-gpa-non/article-opinion-453397.htmlhttp://www.levif.be/actualite/belgique/http://m.levif.be/actualite/belgique/
Salon de l'auto, oui, salon du bébé-GPA non !

Alain Tiri - Que penser de cette pratique des mères porteuses ? Dans un sondage récent, 57 % des belges sont contre le principe de mère porteuse (la Gestation pour autrui, GPA). Les tribunes de féministes en France et en Belgique se multiplient pour demander l'abolition de la GPA , comme par exemple : "GPA trafic d'enfant ", "La GPA est aussi une affaire de Femme ".

Alain Tiri -

Alain Tiri - La femme qui accouche, accouche d'un être humain et non d'une chose. Le remettrait-elle par convention à la naissance à des adultes ? Et de façon plus simple : peut-on donner un être humain ?

Alain Tiri - Pourtant, la majorité des partis politiques en Belgique continuent à défendre un projet de légalisation de la GPA. La lecture du rapport de la commission des Affaires Institutionnelles du Sénat belge révèle l'aveuglement idéologique de ses défenseurs. Un exemple ? Plusieurs avocats auditionnés sont en conflit d'intérêt, car ils sont rémunérés par des candidats à la GPA. Et pourtant, ceux-ci n'ont pu faire autrement que de noter les nombreuses incohérences insolubles par un éventuel texte de loi qui essayerait d'aménager un cadre pour une GPA "altruiste" qui la rendrait éthique. Le citoyen sait qu'une femme n'est pas un objet. Comment pourrait-elle dès lors faire l'objet d'un contrat ? La femme qui accouche, accouche d'un être humain et non d'une chose. Le remettrait-elle par convention à la naissance à des adultes ? Et de façon plus simple : peut-on donner un être humain ?

Alain Tiri - Plusieurs psychologues et médecins recommandent d'obliger le soutien psychologique avant et après une GPA. Ne serait-ce pas reconnaître ainsi l'existence de traumatismes infligés ? Une experte en psycho-généalogie auditionnée au Sénat a mis en garde contre les dégâts prévisibles de l'abandon de l'enfant lors de la GPA. Les mamans savent combien la relation intra-utérine est constitutive pour l'équilibre du futur adulte. Affirmer que cela ne pèsera pas sur l'enfant, c'est piétiner 50 ans de progrès et d'études des relations mères-enfants pendant la grossesse.

Alain Tiri - Les associations d'adoption sont aussi en première ligne, car une adoption, n'est-ce pas proposer un foyer après un abandon accidentel de la vie, alors que la GPA c'est marchander un abandon programmé, en violation de tous les traités de l'adoption. Des juristes la comparent à de la traite des êtres humains.

Alain Tiri - Comment en est-on arrivé à ce point d'aveuglement inhumain ? Est-il possible que notre démocratie soit tellement dominée par des groupes de pression, qui manipulent dans l'ombre nos dirigeants que nous, citoyens, nous ne percevions plus les dégâts de la GPA dans le monde ? Nous avons tous en tête le scandale de Gammy en Thaïlande : ce couple Australien qui a adopté la fille en bonne santé et laissé à la mère porteuse son frère jumeau atteint de trisomie. Sans aucune gêne, ils ont même demandé un remboursement partiel. Ou bien de cette mère porteuse enceinte de triplés, dont les parents commanditaires ont demandé l'avortement d'un bébé, car ils ne voulaient que deux enfants et pas trois ?

Alain Tiri -

Alain Tiri - Une Maserati ou une Dacia, on peut se saigner pour l'acquérir. Par contre, un enfant, ne s'achète pas, un enfant ne peut faire l'objet d'un contrat. Jamais. Il n'existe pas de droit à avoir un enfant. La non-marchandisation de l'humain est gage de notre degré de civilisation.

Alain Tiri - Les masques sont en train de tomber. Les mécanismes sous-tendant la pratique honteuse des mères porteuses apparaissent au grand jour aux intelligences honnêtes : qui peut nier que le corps de la femme et son intimité ne peuvent pas faire l'objet d'un contrat ? Dira-t-on que concevoir un être humain pour le négocier, l'acheter et l'abandonner constitue un progrès pour notre société occidentale ? La GPA éthique est un mythe, tout comme la GPA altruiste puisque nombreux sont les intermédiaires en tirent profit. La gratuité pour qui, quand ce sont les femmes et enfants qui paient de leur personne à vie ? Ces partis politiques pro-GPA défendent-ils encore la dignité des êtres humains ? Manqueraient-ils de cohérence et d'intelligence puisque par ailleurs, certains textes de loi interdisent la vente de bébés en Belgique ?

Alain Tiri - Une Maserati ou une Dacia, on peut se saigner pour l'acquérir. Par contre, un enfant, ne s'achète pas, un enfant ne peut faire l'objet d'un contrat. Jamais. Il n'existe pas de droit à avoir un enfant. La non-marchandisation de l'humain est gage de notre degré de civilisation.

Alain Tiri - Et d'ailleurs, les pays comme l'Inde, la Thaïlande, le Népal, le Canada font marche arrière devant les abus de ce marché financier. Le Parlement européen a voté un texte le 17 décembre 2015 : il indique à l'article 115 : "qu'il condamne la pratique de la gestation pour autrui qui va à l'encontre de la dignité humaine de la femme, ..., qu'elle doit être interdite et qu'elle doit être examinée en priorité dans le cadre des instruments de défense des droits de l'homme".

Alain Tiri - S'opposer fermement à la GPA et de travailler à son abolition en Belgique et dans le monde est aussi important que l'abolition de l'esclavage. Sylviane Agasinski philosophe et femme de Lionel Jospin rappelle dans une lettre ouverte : "Interdire la GPA : c'est la défense des femmes et des enfants qui est en jeu, nous vous demandons également de renforcer le dispositif législatif de lutte contre la prospection de clients par les agences étrangères de mères porteuses et de porter un projet de convention internationale visant à prohiber la pratique des mères porteuses ".

Alain Tiri - Salon de l'auto, oui ! Salon du bébé-GPA non !

Alain Tiri -

1473tiri-alainTiriAlain<p> </p> <div style="margin: 0;"><span style="color: black; font-family: Times New Roman,serif; font-size: medium;"><span style="font-size: 12pt;"><span style="font-family: Calibri,sans-serif;">Enseignant, i</span><span style="font-family: Calibri,sans-serif;">nformaticien, et j</span><span style="font-family: Calibri,sans-serif;">eune cdH</span></span></span></div> <p> </p> <div> <div style="margin: 0;"><span style="color: black; font-family: Times New Roman,serif; font-size: medium;"><span style="font-size: 12pt;"> </span></span></div> </div> <p><span style="color: black; font-family: Times New Roman,serif; font-size: medium;"><span style="font-size: 12pt;"><span style="font-family: Calibri,sans-serif;"> </span></span></span></p>http://www.levif.be/actualite/auteurs/alain-tiri-1473.htmlhttp://m.levif.be/actualite/auteurs/alain-tiri-1473.htmlGPAmère porteuse
Mères porteuses : "Un véritable retour en arrière pour l'égalité"
Mères porteuses : "Un véritable retour en arrière pour l'égalité"
Mères porteuses : "Un véritable retour en arrière pour l'égalité"
Mères porteuses : "Un véritable retour en arrière pour l'égalité"
Mères porteuses : "Un véritable retour en arrière pour l'égalité"
Mères porteuses : "Un véritable retour en arrière pour l'égalité"
Mères porteuses : "Un véritable retour en arrière pour l'égalité"
Mères porteuses : "Un véritable retour en arrière pour l'égalité"
7253195Et à la place, pourquoi ne pas assouplir les conditions d'adoption dans notre pays? Il faut bien sûr protéger les enfants, mais il y a tellement de barrières qu'elles en rebutent plus d'un. En attendant, il y a des orphelins qui restent dans des institutions,et des couples qui ne demandent qu'à les adopter et doivent se tourner vers d'autres institutions de pays où les pratiques ne sont pas toujours éthiques. La petite pensée parano : et si les institutions belges avaient des intérêts à garder ces enfants dans leur giron ?2015-12-27 15:54:47Albert Decerf251965La GPA peut fort bien être employée dans le monde réel, dans une parfaite clandestinité. Le Sénat n'a donc pas tort de s'y intéresser et de tenter de l'encadrer quelque peu, pour éviter des cas tragiques. On a dépénalisé l'avortement pour éviter les drames des avortements clandestins. Pourquoi ne pas dépénaliser la gestation pour autrui pour la même raison ?2015-12-24 10:10:18Jean-Luc Léonard251677La légalisation de la GPA est une folie, c'est l'exploitation totale des femmes les plus fragiles. Le parlement européen dit non à cette exploitation. Et je suis d'accord avec le parlement qui veut interdire la GPA. La Belgique doit interdire cette abominable pratique au lieu de vouloir légaliser la GPA.2015-12-23 14:33:59de menthon constance251623Comme toujours la Belgique avec ses lois à l encontre de l éthique naturelle se fait remarquer: tout est permis pour se débarrasser des citoyens encombrants et pour détruire la famille.:l enfant est une marchandise, objet à exploiter.2015-12-23 13:25:26daniel buxant251611la GAPA est probablement une des choses les plus abominable de ces dernières années...Comment à t'on pu en arriver là! Transformer le corp de la femme et de l'enfant en marchandise ,en bien ,en transaction?...C'est la pire chose à faire à un enfant ...2015-12-23 13:08:21Josette Degrotte251001"Le glissement actuel du désir d'enfant au droit à l'enfant doit être interrogé" : parfaitementquid de l'adoption par des couples homosexuels alors? voire même par les couples stériles?2015-12-22 12:01:59jérôme d'hondt250989Il y a en Belgique beaucoup trop de sénateurs, inutiles, gagas, une orgie de dépenses d'un état stupide qui protégé ses partis politiques, et qui se met en contradiction avec les institutions européennes. Qu'on les vire, fasse des economies en argent et en efficacité!!2015-12-22 11:37:04Michel Brasseur4436812015-12-22 11:04:492016-01-20 11:47:51NonePas de parutionOpinionArticle Carte blanchePar Carte blancheBelgiqueLeVif

Mères porteuses : "Un véritable retour en arrière pour l'égalité"

Carte blanche - Des jeunes belges, membres de partis politiques différents, se rassemblent pour dénoncer unanimement la gestation pour autrui. Une pratique contraire aux droits des femmes et dont le Parlement européen a demandé l'interdiction cette semaine. En Belgique, le Sénat recommande de légiférer.

yesOlivia Lepropre2015-12-22 11:13:00http://www.levif.be/actualite/belgique/meres-porteuses-un-veritable-retour-en-arriere-pour-l-egalite/article-opinion-443681.htmlhttp://m.levif.be/actualite/belgique/meres-porteuses-un-veritable-retour-en-arriere-pour-l-egalite/article-opinion-443681.htmlhttp://www.levif.be/actualite/belgique/http://m.levif.be/actualite/belgique/
Mères porteuses : "Un véritable retour en arrière pour l'égalité"

Carte blanche - Mais que se passe-t-il au Sénat belge ? D'un côté, nous pouvons nous réjouir du dernier rapport sur "l'égalité des droits Homme-Femme" du 2 mars 2015. Il explique en 184 pages comment la Belgique prévoit de lutter contre les inégalités des droits entre les femmes et les hommes. Les engagements les plus détaillés sont pris pour vaincre toutes formes de violence et d'inégalité dont les femmes sont bien souvent les victimes. De l'autre, quelques mois plus tard, le Sénat adopte le 11 décembre 2015, un rapport recommandant de " légaliser la GPA, tout en interdisant la maternité de substitution à des fins commerciales, et, retenant toutefois l'idée d'une "rétribution" de la mère porteuse ". Une pratique permettant à un couple commanditaire de s'acheter les services d'une femme pour obtenir un enfant, abandonné à sa naissance. Un véritable retour en arrière pour l'égalité.

Carte blanche - Ce rapport de 400 pages (1) de la Commission des affaires institutionnelles du Sénat, reprend les auditions de vingt-quatre experts, parmi lesquels plusieurs médecins, psychologues, ou avocats. Notons au passage que plusieurs d'entre eux sont directement impliqués dans la pratique actuelle de la GPA en Belgique et y trouvent une source de revenus.

Carte blanche - Les sénateurs sont unanimes, la GPA rémunérée sera interdite, et ce, afin d'éviter les abus. Ceci n'empêche pas les mêmes pourfendeurs de la rémunération des femmes porteuses d'accepter le concept d'indemnisation, voir de cadeaux pour la mère porteuse. La femme ne sera donc pas rémunérée, seulement "indemnisée" et ce "pour ses bons services rendus", alors qu'elle sera lucrative pour de nombreux intermédiaires : les centres de procréation en hôpital, les psychologues, les avocats, les médecins et tous les autres. Quelle hypocrisie !

Carte blanche -

Carte blanche - Certains ont défendu la GPA altruiste et gratuite, mais ce concept ne tient pas.

Carte blanche - Certains ont défendu la GPA altruiste et gratuite, mais ce concept ne tient pas. Comme plusieurs experts et avocats l'ont rappelé: la GPA est un marché qui sera régulé par les lois du marché, ceux qui ont le pouvoir et l'argent exploiteront ceux qui sont faibles, influençables ou sans ressource. Les tristes exemples de telles pratiques en provenance d'Inde, de Thaïlande ou encore des Etats-Unis devraient nous ouvrir les yeux ; mais pas ceux de nos sénateurs apparemment.

Carte blanche - Une ferme interdiction dans un autre Parlement

Carte blanche - Hasard du calendrier ou pas, ce 17 décembre 2015, le Parlement européen, à une large majorité, a réaffirmé le fait que (2) "la pratique de la gestation pour autrui (...) va à l'encontre de la dignité humaine de la femme, dont le corps et les fonctions reproductives sont utilisés comme des marchandises; De plus, les Parlementaires européens estiment que cette pratique, par laquelle les fonctions reproductives et le corps des femmes, notamment des femmes vulnérables dans les pays en développement, sont exploités à des fins financières ou pour d'autres gains, doit être interdite (...)"

Carte blanche - Or, - faut-il le rappeler, - le rôle des rapports d'initiative votés au Parlement européen, est de servir de boussole pour l'ensemble des pays membres.

Carte blanche - Dès lors, comment la position du Sénat belge est-elle conciliable avec cette injonction du Parlement européen ?

Carte blanche - L'avenir est en jeu

Carte blanche - Des jeunes de partis politiques différents se réunissent car c'est l'avenir de la société belge qui est en jeu. Quel avenir voulons-nous construire ? Quelle société pour demain ? Celui où un enfant pourra être conçu pour être intentionnellement abandonné par sa mère dès les premiers instants de sa vie ? Où un contrat poussera une mère à renoncer à l'enfant qu'elle a porté pendant 9 mois contre une indemnisation ? Ou des intermédiaires toucheront d'importants revenus sur la détresse de familles entières et de couples stériles ?

Carte blanche - Une telle pratique ne peut nous laisser indifférents. Tous les citoyens responsables, eux aussi, sont invités à une vraie réflexion au-delà de l'émotion ou des slogans faciles mais abêtissants de lobbys. La dignité des femmes et la protection des enfants sont à ce prix !

Carte blanche - La sagesse de l'Université des femmes, dont la lettre (3) adressée à la Commission des affaires institutionnelles, peut nous inspirer : "Le consentement des femmes invoqué tant pour la GPA dite altruiste que pour la GPA commerciale, doit être considéré comme non pertinent... Le glissement actuel du désir d'enfant au droit à l'enfant doit être interrogé.

Carte blanche -

Carte blanche -

Carte blanche - Par Tanguy Bocquet, Jeune MR, et Guillaume Dos Santos, Président des Etudiants Démocrates Humanistes.

Carte blanche -

Carte blanche -

Carte blanche -

Carte blanche - (1) http://www.senate.be/www/webdriver?MItabObj=pdf&MIcolObj=pdf&MInamObj=pdfid&MItypeObj=application/pdf&MIvalObj=100663578

Carte blanche - (2) Initiative parlementaire, rapport sur les Droits de l'homme et de la démocratie dans le monde,article 114.

Carte blanche - (3) La dernière pièce du rapport de la commission des Affaires institutionnelles au Sénat sur la GPA, est une lettre de l'Université des Femmes.

Carte blanche -

855carte-blancheCarte blanchecolumnist/assets/394/avatar_201969.jpghttp://www.levif.be/actualite/auteurs/carte-blanche-855.htmlhttp://m.levif.be/actualite/auteurs/carte-blanche-855.htmlGPAgestationmere porteuse
GPA: une large majorité sénatoriale en faveur d'une légalisation sous conditions
GPA: une large majorité sénatoriale en faveur d'une légalisation sous conditions
GPA: une large majorité sénatoriale en faveur d'une légalisation sous conditions
GPA: une large majorité sénatoriale en faveur d'une légalisation sous conditions
GPA: une large majorité sénatoriale en faveur d'une légalisation sous conditions
GPA: une large majorité sénatoriale en faveur d'une légalisation sous conditions
GPA: une large majorité sénatoriale en faveur d'une légalisation sous conditions
GPA: une large majorité sénatoriale en faveur d'une légalisation sous conditions
1251675Légaliser la GPA est de la folie pure, une totale exploitation des femmes les plus fragiles. Le parlement la dit lui même et il en demande l'interdiction. C'est exactement ce qu'il faut faire interdire la GPA, car les femmes ne sont pas à vendre.2015-12-23 14:28:30de menthon constance4302452015-10-26 17:57:462015-10-26 18:50:55BelgaPas de parutionNormalArticleLe VifPar Le VifBelgiqueLeVif

GPA: une large majorité sénatoriale en faveur d'une légalisation sous conditions

A l'exception du groupe cdH qui souhaite son interdiction, les groupes politiques qui siègent au sein de la commission des Affaires institutionnelles du Sénat invitent la Chambre à encadrer légalement la gestation pour autrui, à de strictes conditions

yesAurélie Wehrlin2015-10-26 18:52:33http://www.levif.be/actualite/belgique/gpa-une-large-majorite-senatoriale-en-faveur-d-une-legalisation-sous-conditions/article-normal-430245.htmlhttp://m.levif.be/actualite/belgique/gpa-une-large-majorite-senatoriale-en-faveur-d-une-legalisation-sous-conditions/article-normal-430245.htmlhttp://www.levif.be/actualite/belgique/http://m.levif.be/actualite/belgique/
GPA: une large majorité sénatoriale en faveur d'une légalisation sous conditions

La commission met la dernière main à son rapport d'information qui sera, en principe, approuvé en séance plénière le 11 décembre. Actuellement, la gestation pour autrui est pratiquée dans quatre centre de fertilité, dans un certain flou juridique faute de législation. Elle est également pratiquée dans certains pays à l'étranger, les auteurs du projet en Belgique étant alors dépendants des autorités administratives et judiciaires belges pour la reconnaissance.

Légiférer en matière de GPA impliquerait de garantir les intérêts de l'enfant, ceux des auteurs du projet parental et de la mère porteuse. L'ensemble des groupes politiques sont d'avis qu'il faut corriger le flou juridique actuel. Ils appellent en outre à interdire toute forme de gestation pour autrui dite commerciale, sanctions pénales à l'appui. La commission du Sénat clôturera ses travaux sur cette question dans le courant du mois de novembre à l'issue d'un an de travaux et de nombreuses auditions. Son rapport exhaustif reprendra les principales prises de position des sénateurs, notamment celles visant à rétablir pour les couples homosexuels l'égalité en matière d'établissement de la filiation.

Depuis la dernière réforme de l'Etat, le rôle du Sénat consiste à approuver des rapports d'information à destination des autres assemblées législatives. La Haute assemblée ne prend plus d'initiative législative en la matière. L'association catholique Action pour la famille a brandi lundi un sondage commandé auprès de l'institut Dedicated, selon lequel 27% des personnes interrogées estiment qu'une législation sur la GPA est une priorité politique.

77vif-leVifLereporter<p> </p>http://www.levif.be/actualite/auteurs/le-vif-77.htmlhttp://m.levif.be/actualite/auteurs/le-vif-77.htmlGPAmere porteuse gestation