Au final, Clinton a remporté 2 millions de voix de plus que Trump

Au final, Clinton a remporté 2 millions de voix de plus que Trump

Hillary Clinton a remporté 2 millions de voix de plus que son rival Donald Trump à la présidentielle américaine du 8 novembre, qui a cependant été remportée par le républicain en nombre de grands électeurs.10 réactions


Trump a choisi son ministre de la Justice et le chef de la CIA

Trump a choisi son ministre de la Justice et le chef de la CIA

Le président élu des Etats-Unis Donald Trump a décidé de confier le ministère de la Justice au sénateur Jeff Sessions, et a également choisi le patron de l'agence de renseignements CIA ainsi que son conseiller à la sécurité nationale, ont rapporté vendredi des médias américains.12 réactions



Clinton comptabilise entre 600 000 et 800 000 voix de plus que Trump

Clinton comptabilise entre 600 000 et 800 000 voix de plus que Trump

Le comptage des voix de l'élection présidentielle américaine n'est toujours pas terminé. D'après une analyse, Hillary Clinton a près de 800 000 voix de plus que Donald Trump. Cette avance pourrait se chiffrer à 1 million de voix et même atteindre les 2 millions.36 réactions




"Donald Trump semble penser comme Jean-Luc Dehaene"

"Donald Trump semble penser comme Jean-Luc Dehaene"

Pour Tanguy de Wilde, professeur de géopolitique, le président Trump pourrait bien tourner le dos aux promesses du candidat Trump. " Ses futurs conseillers lui diront qu'un retrait des Etats-Unis de la scène internationale serait un facteur très déstabilisant, y compris pour le pays. "2 réactions



Election américaine : les lobbies ont quitté l'arrière-boutique

Election américaine : les lobbies ont quitté l'arrière-boutique

Le lobby a toujours fait partie intégrante de la politique américaine. C'est une décision que les Pères fondateurs avaient déjà prise ensemble. Le fonctionnement des lobbies a pourtant évolué sensiblement depuis, son importance s'est renforcée au cours des dix dernières années.4 réactions


La débâcle dont on ne parle pas: la politique d'Obama au Moyen-Orient

La débâcle dont on ne parle pas: la politique d'Obama au Moyen-Orient

À la grande frustration du ministre des Affaires étrangères, John Kerry, et de l'ancien directeur du FBI David Petraeus, les États-Unis ne parviennent à rien en Syrie, pas même à sauver des vies. "Churchill aurait-il pensé à une autre solution ?" se demande le président Obama.7 réactions




50 républicains experts de la sécurité nationale rejettent Trump

50 républicains experts de la sécurité nationale rejettent Trump

Cinquante républicains ayant exercé d'importantes fonctions dans l'appareil américain de sécurité nationale ont dénoncé lundi dans une lettre cinglante l'ignorance et l'incompétence de Donald Trump qui serait, selon eux, "le président le plus dangereux de l'histoire américaine".9 réactions


"Monsieur le Premier Ministre, retirez notre pays de la coalition internationale"

"Monsieur le Premier Ministre, retirez notre pays de la coalition internationale"

Jonathan Dehoust - Pour un attentat ici, on répond par plus de bombes là-bas. Et pour plus de bombes là-bas, eux répondent par plus d'attentats ici. OEil pour oeil, dent pour dent. Des deux côtés, c'est la haine, le sang, la violence. C'est une chaîne sans fin qui détériore notre quotidien à tous.120 réactions


La guerre en Irak, une erreur à assumer "le restant de mes jours"

La guerre en Irak, une erreur à assumer "le restant de mes jours"

"Je vivrai le restant de mes jours avec la décision d'entrer en guerre et ses conséquences catastrophiques" : John Prescott, numéro deux du gouvernement de Tony Blair lorsque Britanniques et Américains ont envahi l'Irak en 2003, a déploré dimanche une guerre "illégale".9 réactions


Le père Bush fustige le "cul de fer" Dick Cheney et "l'arrogant" Donald Rumsfeld

Le père Bush fustige le "cul de fer" Dick Cheney et "l'arrogant" Donald Rumsfeld

L'ancien président George Herbert Walker Bush, aujourd'hui âgé de 91 ans, lève un coin de voile sur sa présidence et celle de son fils dans une biographie autorisée qui paraîtra mardi prochain. Il estime ainsi que son fils était mal entouré pendant sa présidence et que lui-même a utilisé un langage inutilement belliqueux.1 réactions