L'ONU libère 50 millions de dollars pour des victimes de conflits oubliés
L'ONU libère 50 millions de dollars pour des victimes de conflits oubliés
L'ONU libère 50 millions de dollars pour des victimes de conflits oubliés
L'ONU libère 50 millions de dollars pour des victimes de conflits oubliés
L'ONU libère 50 millions de dollars pour des victimes de conflits oubliés
L'ONU libère 50 millions de dollars pour des victimes de conflits oubliés
L'ONU libère 50 millions de dollars pour des victimes de conflits oubliés
L'ONU libère 50 millions de dollars pour des victimes de conflits oubliés
05390072016-08-17 07:25:262016-08-17 08:02:48BelgaPas de parutionNormalArticleLe VifPar Le VifInternationalLeVif

L'ONU libère 50 millions de dollars pour des victimes de conflits oubliés

Le secrétaire général adjoint des Nations Unies aux Affaires humanitaires, Stephen O'Brien, a annoncé l'octroi de 50 millions de dollars pour des "opérations d'aide sévèrement sous-financées dans des situations d'urgence négligées". Celles-ci concernent la République centrafricaine, le Tchad, la RDC, l'Erythrée, le Rwanda et le Yémen.

autormgimport belga2016-08-17 07:23:001980710792http://www.levif.be/actualite/international/l-onu-libere-50-millions-de-dollars-pour-des-victimes-de-conflits-oublies/article-normal-539007.htmlhttp://m.levif.be/actualite/international/l-onu-libere-50-millions-de-dollars-pour-des-victimes-de-conflits-oublies/article-normal-539007.htmlhttp://www.levif.be/actualite/international/http://m.levif.be/actualite/international/
L'ONU libère 50 millions de dollars pour des victimes de conflits oubliés

Les cinquante millions de dollars libérés par l'ONU doivent venir en aide à deux millions de personnes dans ces régions ravagées par des conflits, dont 200.000 réfugiés, 665.000 personnes déplacées, 170.000 rapatriés et 530.000 personnes vivant dans des communautés d'accueil. Quelque 37 millions de dollars iront aux opérations menées en Afrique, tandis que le solde de 13 millions de dollars est destiné au Yémen, où plus de 21 millions de personnes ont besoin d'une aide humanitaire. "Les fonds appuieront la distribution de services de santé essentiels, l'accès à de la nourriture et à des abris d'urgence, la protection des femmes et des filles, la fourniture d'eau et d'assainissement et d'un soutien logistique", précise l'ONU. (Belga)

LOW77vif-leVifLereporterhttp://www.levif.be/actualite/auteurs/le-vif-77.htmlhttp://m.levif.be/actualite/auteurs/le-vif-77.htmlStephen O'BrienErythréeYémenAfriqueNations UniesONU
Les Érythréens quittent leur pays et voici pourquoi
Les Érythréens quittent leur pays et voici pourquoi
Les Érythréens quittent leur pays et voici pourquoi
Les Érythréens quittent leur pays et voici pourquoi
Les Érythréens quittent leur pays et voici pourquoi
Les Érythréens quittent leur pays et voici pourquoi
Les Érythréens quittent leur pays et voici pourquoi
Les Érythréens quittent leur pays et voici pourquoi
2182625Le franc suisse qui se situait en parité avec l'Euro a fortement chuté autour des 1.10/€1. Cela commence à devenir dangereux, des Suisses pourraient vouloir immigrer.2015-09-08 18:23:19michel straus182387Qu ' attend la Communauté Internationale pour y mettre bon ordre ?2015-09-08 14:38:23Vladimir Scharapow4172872015-09-08 12:03:212015-09-08 12:03:21NonePas de parutionNormalArticleLe VifPar Le VifInternationalLeVif

Les Érythréens quittent leur pays et voici pourquoi

Troisième grand groupe de migrants, avec les Syriens et les Afghans, à tenter de rejoindre l'Europe, les Érythréens ont de multiples raisons de chercher à quitter leur pays, soumis depuis 22 ans au régime dictatorial du président Issayas Aferworki.

yesMuriel Lefevre2015-09-08 12:03:25http://www.levif.be/actualite/international/les-erythreens-quittent-leur-pays-et-voici-pourquoi/article-normal-417287.htmlhttp://m.levif.be/actualite/international/les-erythreens-quittent-leur-pays-et-voici-pourquoi/article-normal-417287.htmlhttp://www.levif.be/actualite/international/http://m.levif.be/actualite/international/
Les Érythréens quittent leur pays et voici pourquoi

"On veut partir ! N'importe où, mais partir !", lancent de jeunes Érythréens qui tuent le temps sous une toile de tente dans le camp de réfugiés d'Hitsats, en Ethiopie, à quelques kilomètres de la frontière érythréenne. Le nombre de jeunes en uniforme en atteste : une des causes principales du départ est le service militaire obligatoire, officiellement de dix-huit mois, mais qui peut durer des décennies. Et en fait de service militaire, les jeunes sont souvent employés aux tâches les plus ingrates par l'Etat, sans salaire. Du "travail forcé", selon l'ONU. L'Érythrée, un des pays les plus pauvres d'Afrique qui a acquis son indépendance de l'Ethiopie en 1993, figure systématiquement dans les derniers des classements internationaux en matière de libertés politiques, libertés d'expression ou droits humains de base. Arrestations arbitraires, tortures et disparitions d'opposants politiques sont fréquemment rapportées. Un rapport du Conseil des droits de l'Homme des Nations unies dénonçait en juin "des violations systématiques, généralisées et flagrantes des droits de l'Homme" par le gouvernement érythréen, qui "peuvent constituer des crimes contre l'humanité".

Après avoir gagné en 1991 une guerre d'indépendance de 30 ans contre l'Ethiopie à la tête du Front populaire de Libération de l'Erythrée (FPLE), Issayas Aferworki est devenu président en 1993. Et l'est resté depuis, sans opposition, ni élection. En l'absence de médias indépendants, même la liberté de religion est menacée.

Décrit par un ancien ambassadeur américain comme un "déséquilibré provocateur", Afeworki, 69 ans, a fondé ensuite le seul parti politique du pays, le Front populaire pour la démocratie et la justice, qu'il dirige d'une main de fer.

'Je veux changer ma vie'

Même avant l'imposition de sanctions par l'ONU en 2009, l'économie érythréenne, pratiquement entièrement contrôlée par l'Etat, était en lambeaux. En 2013, l'Erythrée était 181e sur 187 au classement de l'ONU en matière de développement humain.

Plus de 33.000 réfugiés érythréens ont été enregistrés en Ethiopie en 2014 par le Haut commissariat de l'ONU aux réfugiés (HCR), un exode considérable pour ce petit pays de six millions d'habitants.

Dans le camp d'Hitsats, aux allures de petite ville où se mélangent de simples toiles de tentes et des petites maisons de briques, personne ne songe à revenir en Erythrée.

Mais visas et statut de réfugiés dans un pays tiers ne sont accordés qu'au compte-gouttes. A peine un millier d'Erythréens réfugiés en Ethiopie se sont vu proposer une réinstallation aux Etats-Unis ou au Canada par le biais du HCR en 2014. Les seuls pays européens à avoir offert des places - France, Norvège et Suisse - n'ont accueilli que douze personnes.

Faute de voie légale, les réfugiés se transforment en migrants. Les Erythréens n'ont aucun mal à se fondre dans la population éthiopienne du Tigré dont ils parlent la langue et à passer incognito hors des camps. Les réseaux de passeurs sont très bien implantés. Tout le monde ici connaît les tarifs d'un aller simple pour l'Europe: 1.000 dollars pour aller au Soudan, 4.000 ou 5.000 dollars de plus pour une place sur une embarcation vers les côtes européennes via la Libye.

Quand ils ne peuvent pas payer, les réfugiés mettent à contribution leurs proches dans la diaspora.

Une fois en Europe, les Erythréens ont bien plus de chances d'obtenir le droit d'asile qu'en restant dans les camps éthiopiens. "Je connais les risques. Nos amis nous ont dit exactement ce qui nous attend. Je sais qu'en tant que femme, je risque d'être agressée sexuellement. Un de mes proches est mort en Méditerranée. C'est une question de chance", assure Meaza, une jeune femme de 25 ans qui a quitté l'Erythrée avec un groupe d'une vingtaine d'amis pour l'Europe et le Canada. "Je veux changer ma vie et celle de ma famille restée en Erythrée", explique-t-elle.

77vif-leVifLereporter<p> </p>http://www.levif.be/actualite/auteurs/le-vif-77.htmlhttp://m.levif.be/actualite/auteurs/le-vif-77.htmlmigrantréfugiéErythrée
Luc Mathieu, Cécile Allegra et Delphine Deloget, lauréats du Prix Albert Londres 2015
Luc Mathieu, Cécile Allegra et Delphine Deloget, lauréats du Prix Albert Londres 2015
Luc Mathieu, Cécile Allegra et Delphine Deloget, lauréats du Prix Albert Londres 2015
Luc Mathieu, Cécile Allegra et Delphine Deloget, lauréats du Prix Albert Londres 2015
Luc Mathieu, Cécile Allegra et Delphine Deloget, lauréats du Prix Albert Londres 2015
Luc Mathieu, Cécile Allegra et Delphine Deloget, lauréats du Prix Albert Londres 2015
Luc Mathieu, Cécile Allegra et Delphine Deloget, lauréats du Prix Albert Londres 2015
Luc Mathieu, Cécile Allegra et Delphine Deloget, lauréats du Prix Albert Londres 2015
03978012015-05-30 18:26:222015-05-30 18:26:23BelgaPas de parutionNormalArticleLe VifPar Le VifInternationalLeVif

Luc Mathieu, Cécile Allegra et Delphine Deloget, lauréats du Prix Albert Londres 2015

Le journaliste de Libération Luc Mathieu s'est vu décerner samedi à Bruxelles le Prix Albert Londres 2015 dans la catégorie presse écrite. Cécile Allegra et Delphine Deloget ont elles été récompensées dans la catégorie audiovisuelle.

yes2015-05-30 18:26:27http://www.levif.be/actualite/international/luc-mathieu-cecile-allegra-et-delphine-deloget-laureats-du-prix-albert-londres-2015/article-normal-397801.htmlhttp://m.levif.be/actualite/international/luc-mathieu-cecile-allegra-et-delphine-deloget-laureats-du-prix-albert-londres-2015/article-normal-397801.htmlhttp://www.levif.be/actualite/international/http://m.levif.be/actualite/international/
Luc Mathieu, Cécile Allegra et Delphine Deloget, lauréats du Prix Albert Londres 2015

Né en 1974, journaliste à Libé depuis 2011, Luc Mathieu a été récompensé pour sa série d'articles sur le djihad, comprenant un ensemble de reportages et de portraits traitant à la fois de ceux qui sont victimes du djihad, de ceux qui le combattent et de ceux qui le mènent.

>>>Lire les reportages de Luc Mathieu

Le Prix pour l'audiovisuel est quant à lui allé aux deux journalistes Cécile Allegra et Delphine Deloget pour leur reportage "Voyage en barbarie", diffusé en octobre dernier sur la chaîne française Public Sénat. Celui-ci révèle le traitement inhumain dont sont victimes les Erythréens au Sinaï.

Extrait commenté par Cécile Allegra

<iframe width="620" height="349" src="https://www.youtube.com/embed/clQywGp3tpQ" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

Le prix Albert Londres, du nom du célèbre journaliste disparu en reportage en 1932, a été décerné pour la première fois en 1933 et récompense chaque année le meilleur "Grand Reporter de la presse écrite", francophone et de moins de 40 ans. En 1985, le jury a créé un prix Albert Londres de l'audiovisuel.

Composé de journalistes, le jury du Prix Albert Londres avait choisi cette année Bruxelles pour remettre ses prestigieuses récompenses. Il entendait de la sorte "manifester son intérêt pour la loi belge de protection des sources des journalistes, à l'heure où l'Europe entend légiférer sur ce sujet, le secret des affaires et les lanceurs d'alerte", selon un communiqué.

77vif-leVifLereporter<p> </p>http://www.levif.be/actualite/auteurs/le-vif-77.htmlhttp://m.levif.be/actualite/auteurs/le-vif-77.htmldjihadisme journalisme ErythréePrix Albert Londres
Les touristes Allemands disparus en Ethiopie sont en Erythrée
Les touristes Allemands disparus en Ethiopie sont en Erythrée
Les touristes Allemands disparus en Ethiopie sont en Erythrée
Les touristes Allemands disparus en Ethiopie sont en Erythrée
Les touristes Allemands disparus en Ethiopie sont en Erythrée
Les touristes Allemands disparus en Ethiopie sont en Erythrée
01601492012-01-20 15:10:322014-08-22 15:58:03Le VifPas de parutionNormalArticleInternationalLeVif

Les touristes Allemands disparus en Ethiopie sont en Erythrée

Les autorités éthiopiennes ont affirmé que les deux Allemands portés disparus depuis l'attaque de touristes dans le nord de l'Ethiopie dans la nuit de lundi à mardi se trouvaient en Erythrée.

auto2012-01-20 15:10:31http://www.levif.be/actualite/international/les-touristes-allemands-disparus-en-ethiopie-sont-en-erythree/article-normal-160149.htmlhttp://m.levif.be/actualite/international/les-touristes-allemands-disparus-en-ethiopie-sont-en-erythree/article-normal-160149.htmlhttp://www.levif.be/actualite/international/http://m.levif.be/actualite/international/
Les touristes Allemands disparus en Ethiopie sont en Erythrée

"Il y a des informations selon lesquelles ils sont en Erythrée maintenant, " a affirmé Dina Mufti, porte-parole du gouvernement éthiopien. Les Allemands auraient été enlevés quand des hommes armés ont attaqué un groupe de touristes dans la nuit de lundi à mardi, dans la région éthiopienne de l'Afar, frontalière de l'Erythrée. Cinq personnes sont mortes dans l'agression : deux Allemands, deux Hongrois et un Autrichien.

Douze touristes ont survécu à l'attaque. Certains ont été blessés et transportés par avion à Addis Abeba. Un ressortissant belge, blessé par balle, se trouve, lui, toujours dans un hôpital de la ville de Mekele, dans le nord éthiopien. Aucun groupe n'a revendiqué l'agression. Addis Abeba a accusé l'Erythrée d'être derrière l'incident, ce qu'Asmara a formellement démenti. Le Vif.be, avec Belga

attaquetouristes ethiopieErythrée1600570

Ethiopie : cinq touristes européens tués, un Belge parmi les blessés, et quatre enlèvements

11http://www.levif.be/article-normal-160057.html0
Ethiopie : cinq touristes européens tués, un Belge parmi les blessés, et quatre enlèvements
Ethiopie : cinq touristes européens tués, un Belge parmi les blessés, et quatre enlèvements
Ethiopie : cinq touristes européens tués, un Belge parmi les blessés, et quatre enlèvements
Ethiopie : cinq touristes européens tués, un Belge parmi les blessés, et quatre enlèvements
Ethiopie : cinq touristes européens tués, un Belge parmi les blessés, et quatre enlèvements
Ethiopie : cinq touristes européens tués, un Belge parmi les blessés, et quatre enlèvements
01600572012-01-18 19:03:162014-08-22 15:57:22Le VifPas de parutionNormalArticleInternationalLeVif

Ethiopie : cinq touristes européens tués, un Belge parmi les blessés, et quatre enlèvements

Cinq Européens ont été tués et deux enlevés avec deux Ethiopiens, dans une attaque contre un groupe de touristes qui visitaient une région particulièrement excentrée et inhospitalière du nord-est de l'Ethiopie, ont annoncé mercredi des responsables éthiopien et européens.

auto2012-01-18 19:03:15http://www.levif.be/actualite/international/ethiopie-cinq-touristes-europeens-tues-un-belge-parmi-les-blesses-et-quatre-enlevements/article-normal-160057.htmlhttp://m.levif.be/actualite/international/ethiopie-cinq-touristes-europeens-tues-un-belge-parmi-les-blesses-et-quatre-enlevements/article-normal-160057.htmlhttp://www.levif.be/actualite/international/http://m.levif.be/actualite/international/
Ethiopie : cinq touristes européens tués, un Belge parmi les blessés, et quatre enlèvements

L'Ethiopie a accusé l'Erythrée voisine d'être derrière cette agression non revendiquée, survenue dans la nuit de lundi à mardi sur le volcan de Erta Ale, dans la spectaculaire et aride dépression du Danakil. Mais l'Erythrée a formellement démenti. Deux Allemands, deux Hongrois et un Autrichien ont été tués, selon des informations recoupées auprès de capitales européennes et confirmées par le porte-parole du gouvernement éthiopien, Bereket Simon. Deux ressortissants, belge et britannique, ont été blessés par balles et transportés par hélicoptère dans une ville du nord de l'Ethiopie. Enfin, quatre personnes, deux étrangers ainsi qu'un chauffeur et un policier éthiopiens, ont été enlevées lors de l'attaque, selon M. Bereket. Les deux étrangers seraient allemands, selon le porte-parole de l'Office du Premier ministre hongrois. Certains des touristes rescapés de l'assaut, dont un en fauteuil roulant, sont arrivés mercredi en début de soirée à l'aéroport international d'Addis Abeba où l'ambassadeur allemand, Lieselore Cyrus, ainsi qu'une vingtaine d'autres diplomates les attendaient. A leur descente d'avion, plusieurs d'entre eux cachaient leur visage derrière un foulard ou un sac à dos. Ils se sont ensuite engouffrés dans plusieurs voitures sans s'adresser aux journalistes. Le porte-parole éthiopien a imputé l'attaque à "des groupes terroristes entraînés et armés par le gouvernement érythréen". Selon lui, ils auraient "passé la frontière pour attaquer" les touristes, afin de porter un coup à l'Ethiopie qui accueille un sommet de l'Union africaine (UA) en fin de semaine prochaine à Addis Abeba. L'Erythrée a immédiatement rétorqué qu'elle "n'avait jamais soutenu et ne (soutiendrait) jamais ce genre d'action". "C'est devenu une habitude pour le gouvernement éthiopien d'accuser l'Erythrée de tout ce qui se passe à l'intérieur de l'Ethiopie", a dénoncé le représentant d'Asmara auprès de l'Union africaine, Girma Asmerom. L'Erythrée n'a obtenu son indépendance de l'Ethiopie qu'en 1993, après 30 ans de guerre. Entre 1998 et 2000, un conflit armé entre Asmara et Addis Abeba avait encore fait au moins 70.000 morts. Il portait sur des questions frontalières toujours non résolues à ce jour, et les deux capitales continuent de s'accuser mutuellement de soutenir des groupes rebelles sur leur territoire respectif. L'attaque de lundi a été perpétrée dans la région de l'Afar, impressionnante avec ses paysages désertiques et volcaniques et ses lacs de sel. L'Afar, d'une superficie d'environ 160.000 km2 et qui s'étend de la mer Rouge aux pentes des Hauts-Plateaux éthiopiens, est considérée comme peu sûre du fait de la présence de groupes armés et de nomades se livrant fréquemment à des actes de banditisme.

L'Ethiopie veut "répondre à l'attaque"

"Nous étudions comment répondre à cette attaque", a indiqué Dina Mufti, porte-parole du ministère éthiopien des Affaires étrangères. "Il y a des forces de sécurité (éthiopiennes) dans le secteur", a-t-elle ajouté sans préciser quel pourrait être leur rôle. L'Erythrée a pour sa part jugé "ridicules" les accusations éthiopiennes, estimant dans un communiqué que Addis Abeba "accusait régulièrement l'Erythrée d'actions militaires menées en fait par ses propres mouvements d'opposition internes". Les forces de sécurité éthiopiennes ont fermé l'accès à la région désertique du nord-est, dans la dépression de Danakil, où le groupe de touristes étrangers a été attaqué par des inconnus dans la nuit de lundi à mardi. "Nous craignons que les gens qui ont été enlevés aient pu être emmenés de l'autre côté de la frontière, en Erythrée", a indiqué le ministère éthiopien des Affaires étrangères dans un communiqué.

Les Affaires étrangères déconseillent les voyages à la frontière avec l'Erythrée

Les Affaires étrangères déconseillent totalement aux Belges de voyager dans la région de l'Afar située au nord-est de l'Ethiopie, et ce même avec une agence de voyage reconnue et avec une escorte armée, a indiqué mercredi son porte-parole Michel Malherbe.

Les différents touroperators actifs dans notre pays n'organisent toutefois pas de voyages dans et à destination de cette région frontalière avec l'Eryhrée.

Les autres endroits touristiques du Nord de l'Ethiopie (Gondar, les montagnes du Simien, Axum, Mekele, les églises du Tigray, Lalibela) peuvent en revanche être visités sans problème, précise le ministère.

La région frontalière avec l'Erythrée ne figure d'ailleurs pas dans l'offre des voyagistes tels que Thomas Cook, Joker, Koning Aap, VTB-Reizen (Jetair) et Hobo-reizen, mais une rapide enquête permet d'apprendre que l'Ethiopie est une destination relativement populaire auprès des Belges.

Thomas Cook explique ainsi que 100 à 200 Belges effectuent chaque année un voyage en groupe dans le pays. Chez Joker, il s'agit d'une cinquantaine de Belges, environ 60 partent avec VTB et 70 avec Hobo. Koning Aap dénombre près de 250 touristes belges et néerlandais.

Il s'agit de voyageurs expérimentés âgés de 40 à 65 ans. "Le prix joue un rôle", selon Baptiste van Outryve, porte-parole de Thomas Cook. "Il s'agit en outre d'une destination culturelle entre autres grâce à Lucy, le plus vieil être humain."

Le Vif.be, avec Belga

attaquetouristes ethiopieErythrée