Masdar, la ville fantôme 100% écolo

Masdar, la ville fantôme 100% écolo

Construite en 2008 pour la modique somme de 18 milliards d'euros, la ville de Masdar (source en arabe), aux Emirat Arabes Unis, est une ville entièrement écologique, en plein désert.1 réactions


La Belgique, 5e plus lourde empreinte écologique du monde

La Belgique, 5e plus lourde empreinte écologique du monde

Selon le rapport "Planète Vivante" du Fonds mondial pour la Nature (WWF) publié mardi, la Belgique présente la cinquième plus lourde empreinte écologique mondiale. Elle a "gagné" une place par rapport au dernier rapport datant de 2012 et n'est désormais plus devancée que par le Koweït, le Qatar, les Émirats arabes unis et le Danemark.15 réactions


"Si chacun consommait comme le Flamand, il faudrait plus de cinq planètes"

"Si chacun consommait comme le Flamand, il faudrait plus de cinq planètes"

D'après une étude réalisée par l'organisation écologique Ecolife relayée par De Standaard, le Flamand aurait une empreinte écologique de 9 hectares alors que celle du Wallon ne s'élèverait qu'à 6 hectares. La moyenne pour toute la Belgique est de 7,6 hectares.


Dès ce mardi, le monde vivra "à crédit"

Dès ce mardi, le monde vivra "à crédit"

Le monde vivra "à crédit" dès ce mardi, met en garde le Fonds mondial pour la Nature (WWF). Le 20 août, la population mondiale aura consommé la totalité des ressources naturelles que la Terre est capable de renouveler en l'espace d'une année.


La Belgique a la 6e empreinte écologique la plus lourde du monde

La Belgique a la 6e empreinte écologique la plus lourde du monde

La Belgique présente la 6e plus lourde empreinte écologique au monde, selon le nouveau Rapport planète vivante de l'organisation internationale pour la conservation de la nature WWF, publié mardi. La Belgique se place ainsi juste derrière le Qatar, le Koweït, les Émirats arabes unis, le Danemark et les Etats-Unis. En 2010, la Belgique se plaçait en 4e position.



Dès samedi, la Terre vit à crédit

Dès samedi, la Terre vit à crédit

Selon Global Footprint Network, l'homme a déjà épuisé toutes les ressources disponibles de la Terre pour l'année 2010. A partir du 21 août et jusqu'à la fin de l'année, les êtres humains consommeront donc en surplus par rapport à ce que la planète peut fournir par an.