Les médecins et dentistes belges alarmés d'un afflux de diplômés étrangers

Les médecins et dentistes belges alarmés d'un afflux de diplômés étrangers

Les Chambres syndicales dentaires (CSD) dénoncent jeudi le manque de places pour les dentistes belges à la suite d'un afflux de diplômés étrangers. Les dentistes flamands du Verbond der vlaamse tandartsen (VVT) et les médecins de l'Association belge des syndicats médicaux (Absym) avaient déjà souligné ce problème en début de semaine. Selon eux, l'offre médicale risque de devenir excédentaire.5 réactions


Les adultes belges nombreux à ne pas se rendre annuellement chez le dentiste

Les adultes belges nombreux à ne pas se rendre annuellement chez le dentiste

Près de 56% (55,9%) des adultes belges francophones ou germanophones affiliés à la Mutualité chrétienne (MC) n'ont eu "aucun contact" avec un dentiste en 2015, annonce celle-ci vendredi sur base d'une analyse des attestations de soins qui lui sont parvenues. Les Wallons et Bruxellois font même figure de mauvais élèves à côté des Flamands, qui étaient 55,6% à avoir "au moins une prestation de dentisterie" en 2015, selon les mêmes chiffres.


Le "dentiste de l'horreur" risque huit ans de prison

Le "dentiste de l'horreur" risque huit ans de prison

Appât du gain, indifférence, sadisme: huit ans de prison ont été requis lundi contre le Néerlandais Mark van Nierop, surnommé le "dentiste de l'horreur", jugé en France pour y avoir mutilé des dizaines de patients de 2008 à 2012.


Le "dentiste de l'horreur" devant la justice française

Le "dentiste de l'horreur" devant la justice française

Mutilations, escroqueries, faux en écriture: le procès du Néerlandais Mark Van Nierop, surnommé le "dentiste de l'horreur" pour avoir mutilé une centaine de patients entre 2008 et 2012, s'est ouvert mardi en France.



Les francophones ne sont pas égaux devant leur dentiste

Les francophones ne sont pas égaux devant leur dentiste

La répartition très inégale des dentistes sur le territoire francophone fait ressentir des pénuries localisées, estime vendredi Michel Devries, le président de la société de médecine dentaire, dans les colonnes du quotidien Le Soir.1 réactions