Justice : les très opaques transactions pénales élargies
Justice : les très opaques transactions pénales élargies
Justice : les très opaques transactions pénales élargies
Justice : les très opaques transactions pénales élargies
Justice : les très opaques transactions pénales élargies
Justice : les très opaques transactions pénales élargies
Justice : les très opaques transactions pénales élargies
Justice : les très opaques transactions pénales élargies
1411963La bonne question à se poser : combien de pots de vin pour ceux qui font les tractations?2016-08-10 12:18:54Jean-Marie Charles5352152016-08-09 14:36:442016-08-10 06:41:13Le Vif/L'ExpressPas de parutionNormalArticleThierry DenoëlPar Thierry DenoëlBelgiqueLeVif

Justice : les très opaques transactions pénales élargies

Combien de transactions pénales élargies ont été négociées depuis 2011 ? Et pour quels montants ? On ne le sait pas. Et on ne le saura jamais, en tout cas pour les premières années. Décidément, cette procédure particulière intrigue. Analyse.

yesMaxim Defays2016-08-10 06:30:00http://www.levif.be/actualite/belgique/justice-les-tres-opaques-transactions-penales-elargies/article-normal-535215.htmlhttp://m.levif.be/actualite/belgique/justice-les-tres-opaques-transactions-penales-elargies/article-normal-535215.htmlhttp://www.levif.be/actualite/belgique/http://m.levif.be/actualite/belgique/
Justice : les très opaques transactions pénales élargies

La transaction pénale élargie permet au ministère public de négocier en toute discrétion l'abandon des poursuites judiciaires moyennant le paiement d'une somme d'argent et ce à n'importe quel stade du processus judiciaire. Volontairement ou non, elle a toujours été entourée de mystère. Depuis sa conception jusqu'à son application, en passant par son adoption à la Chambre. C'est le lobby des diamantaires anversois, en pleine tourmente judiciaire dans l'affaire HSBC et ses fichiers volés par Hervé Falciani, qui en a obtenu le principe.

A l'époque, quatre parlementaires flamands, dont Bart De Wever (N-VA), avaient avancé une proposition de loi sur la confiscation, cousue sur mesure pour éviter la saisie de diamants lors d'une instruction judiciaire. Mais le texte était, de manière trop ostensible, favorable au secteur diamantaire. Dans une note du 14 mai 2009 faisant référence à cette proposition de loi, le procureur général d'Anvers, enclin à négocier avec les fraudeurs, a alors avancé l'idée d'élargir la transaction pénale, existant depuis longtemps en Belgique, à davantage de crimes et délits, notamment dans le domaine financier et fiscal. Il y parle explicitement des dossiers concernant les diamantaires. Cette note sera le brouillon de la proposition de loi 53/152 sur la transaction pénale élargie, déposée en mars 2011 à la Chambre. Mais, dans le processus parlementaire, toute référence aux diamantaires disparaîtra...

Le 14 avril 2011, moins de deux mois après son dépôt, le texte a été adopté - on s'en souvient - de manière précipitée et fort opportune pour les milliardaires kazakhs qui venaient d'être renvoyés en correctionnelle dans le cadre de l'affaire de corruption Tractebel. Grâce à ce zèle législatif, Patokh Chodiev et ses deux comparses, dont la société ENRC était cotée à Londres, ont évité de justesse l'ouverture d'un procès infâmant à Bruxelles. L'affaire a, depuis lors, tourné au scandale lorsqu'on a appris que le président français Nicolas Sarkozy, en négociation avec son homologue kazakh pour la vente d'hélicoptères, avait joué de son influence en Belgique pour aider les compatriotes et amis de Nazarbaïev à échapper à la justice belge.

Procédure secrète

Précipitation parlementaire il y a bien eu, surtout pour une modification aussi fondamentale du Code d'instruction criminelle, qui confère un nouveau pouvoir, énorme, au procureur du roi. La procédure bicamérale a, en effet, été court-circuitée à plusieurs stades. A la Chambre, parce que la proposition de loi n'a curieusement pas été examinée en commission Justice mais Finances, moins experte en la matière. Au Sénat parce qu'on s'y est rendu compte que le texte avait été mal ficelé. Il a néanmoins été adopté, tout en commençant à discuter d'une loi réparatrice qui entrera finalement en vigueur... juste après la signature de la transaction pénale élargie avec Chodiev.

Depuis , le mystère a continué de planer sur cette procédure particulière. D'abord parce qu'elle est menée secrètement dans le bureau du procureur : c'est son principe même, mais cela pose néanmoins la question de la publicité des débats judiciaires. Ensuite, parce qu'on n'a jamais pu connaître le montant annuel global négocié et obtenu par les parquets dans les transactions pénales élargies depuis 2011. On sait que la première transaction élargie, celle conclue avec Chodiev, a rapporté 23 millions d'euros à l'Etat. On a également dit que les diamantaires avaient versé plusieurs millions, grâce au compromis avec le parquet d'Anvers. Mais, pour le reste, aucun chiffre fiable n'existe. Et pour cause.

Pour les transactions élargies, les procureurs généraux ne disposent d'aucune statistique sûre.

Nous avons contacté la responsable des statistiques du collège des procureurs généraux, qui recense les chiffres en matière judiciaire. Ellen Van Daele nous a transmis les données des deux dernières années pour les transactions classiques : on en recense 12 292, en 2015, pour des montants variant entre 50 et 500 euros, soit au total pour cette année 5,3 millions d'euros. C'est un million de moins qu'en 2014. Mais, pour les transactions élargies, qui doivent faire l'objet d'un comptage distinct et dont les montants devraient a priori être bien plus élevés, nous n'avons rien obtenu. Car les procureurs généraux ne disposent d'aucune statistique sûre.

"Nous nous sommes rendu compte, fin 2013, que les directives en vigueur pour l'enregistrement des transactions pénales élargies n'étaient pas suffisamment affinées pour fournir des chiffres fiables, explique Ellen Van Daele. Une nouvelle directive des PG pour un enregistrement uniforme a alors été diffusée en 2014 et est entrée en vigueur en janvier 2015." En septembre 2014, des chiffres avaient pourtant été avancés par l'agence Belga qui évoquait le montant de 11,4 millions d'euros négociés par le parquet d'Anvers, en 2013, et 36,5 millions pour Bruxelles. "Ces chiffres provenaient d'un rapport interne du service de la politique criminelle du SPF Justice, qui mentionnait des données partielles sur les montants des transactions et dont la fiabilité posait donc question", souligne la responsable des statistiques.

Herwig Vergult/BelgaimageDamien Vandermeersch : "Si la transaction devait être homologuée par un juge, la procédure serait moins confidentielle."Bref, on disposera peut-être en 2017 de chiffres sûrs pour les transactions élargies de 2015, pour autant que les parquets les aient correctement enregistrées. Mais, pour les années précédentes, on ne saura sans doute jamais combien de transactions ont abouti et, surtout, quels montants globaux elles ont rapporté. Même s'il n'était pas voulu, c'est un mystère de plus.

Début juin, la Cour constitutionnelle a rendu un arrêt cinglant, selon lequel la transaction élargie, telle qu'adoptée en 2011, violait la Constitution. C'est surtout le manque de transparence et de contrôle effectif par un juge du fonds que pointait l'arrêt, mettant temporairement fin à cette procédure spécifique. Le ministre de la Justice s'est engagé à adapter la loi. Il est vraisemblable que Koen Geens (CD&V) prévoie, cette fois, une homologation des transactions élargies par un juge du fonds.

" Si c'est le cas, la procédure serait moins confidentielle, se réjouit Damien Vandermeersch, professeur de procédure pénale à l'UCL, qui s'est montré très critique à l'égard de la loi de 2011. Dans l'ancienne mouture, le juge se contentait de constater l'extinction publique par transaction, sans avoir connaissance des termes de ce qui avait été négocié par le parquet. Demain, il pourrait y avoir un véritable contrôle par le juge de la pertinence de la transaction. On en saura donc un peu plus puisque les audiences sont publiques." La comptabilisation des transactions élargies et de leur montant global sera sans doute aussi plus aisée.

MEDIUMPZ113denoel-thierryJournaliste au Vif/L'ExpressDenoëlThierryreporter/assets/159/avatar_81629.jpgthierry.denoel@levif.behttp://www.levif.be/actualite/auteurs/thierry-denoel-113.htmlhttp://m.levif.be/actualite/auteurs/thierry-denoel-113.htmlPatokh ChodievEllen Van DaeleDamien VandermeerschBelgiqueBruxellesChambrejusticetransaction pénale
Terrorisme: "Oui à la lutte, mais pas une lutte à mort"
Terrorisme: "Oui à la lutte, mais pas une lutte à mort"
Terrorisme: "Oui à la lutte, mais pas une lutte à mort"
Terrorisme: "Oui à la lutte, mais pas une lutte à mort"
Terrorisme: "Oui à la lutte, mais pas une lutte à mort"
Terrorisme: "Oui à la lutte, mais pas une lutte à mort"
Terrorisme: "Oui à la lutte, mais pas une lutte à mort"
2962111@ Marcel Brada non, je ne me sens certainement pas proche des islamistes, mais je ne me sens pas proche d'intégristes comme vous. Je ne vois pas la différence entre un ayatollah qui prêche la haine de l'occidental et un occidental qui prêche la haine du musulman. Dans les 2 cas, ce sont des fouteurs de merde, on ne peut rien attendre de bon d'eux. On a beaucoup d'exemple, que ce soit catholique et protestant, chrétien et juif, hutu et tutsi, juif et musulman etc... Il suffit que je vous imagine 80ans en arrières en Allemagne pour comprendre comment cela s'est passé. Avant son idéologie, c'est d'abord l'homme que je regarde. ---Quant au femme traitée de pute, il faut avoir vu l'émission à la RTBF ce mercredi, pour voir comment sont traité chez nous les femmes victimes d'un viol.2015-01-26 21:28:20Fernand Demolin62097Demolin akbar! ... pour une fois je vous donne raison : quelle "paranoïa" dans le chef des musulmans quand ils voient dans une caricature de leur idole,le risque pour eux de ne pas pouvoir rejoindre leur paradis ... quel "simplisme" de la part des musulmans lorsqu'ils prétendent qu'égorger les animaux est la seule manière de les tuer pour faire plaisir à un mec qui faisait pipi et caca comme vous il y a 1500ans ... Quelle "immaturité" de la part des musulmans de penser que leur femme serait une pute,si elle n'était pas couverte des pieds à la tête d'un drap de lit, si elle adressait la parole à un autre homme, si elle travaillait parmi eux .... Effrayant ces "va-t-en guerre" musulmans qui haïssent toute une communauté juive parce qu'un guerrier complètement crétin,né il y a 1500ans, ne les supportait pas .... Je vous sent très proche du milieu musulman Demolin akbar : seriez-vous un converti?, auriez-vous une épouse musulmane?, auriez-vous des intérêts dans le commerce de la viande halal? ou auriez-vous un métier vous rapportant gros en défendant les musulmans en dépit du bon sens que vous a inculqué vos parents?2015-01-26 20:54:13Marcel Brada61983M.Demolin, vous voudrez bien, avant de vous poser en censeur des autres, apprendre à distinguer votre pied gauche du droit. Chez vous, ce n'est plus "de la soupe", c'est du goudron, tant c'est opaque!2015-01-26 17:53:44Claire Danaux61867Recréer du lien social, c'est pour après, en attendant, il faut pousser la répression jusque sur le territoire d'où partent les actes terroristes et leurs commanditaires en portant le fer dans leurs rangs jusqu'à extermination complète. Pour le reste, il faut interdire strictement nos territoires à tout élément poussant à la radicalisation ou recruteur. Le langage des blanches colombes ne correspond pas du tout à la situation actuelle, où c'est aux faucons de mener la chasse à l'ennemi, à l'intérieur comme à l'extérieur.2015-01-26 15:37:59Roger Bosmans61763@Claire Danaux Quel paranoïa, quel soupe, quel amalgame entre ce qui se passe au moyen-orient et les problèmes qui se présentent chez nous. Nous participons à une guerre au moyen-orient, avec je crois des bonnes raison. Mais il ne faut pas s'attendre à ce qu'ils n'essayent pas de se venger.2015-01-26 13:44:30Fernand Demolin61759@ christian dorpel Je propose que les chrétiens expulsent ces juifs qui ont envahis la terre natal du christianisme. Dites-moi le juif est-il une race à qui appartient une terre natal, ou une religion pratiquée par beaucoup de personnes dont une grosse partie n'a jamais eu de lien de sang avec des gens ayant vécus il y a 2.000 ans dans ces contrées. Je ne connais que des humains qui adhèrent à différentes religions, je ne reconnais pas une "religion-race ÉLUE" qui revendique des territoires parce que "DIEU" le leur a donné. Faut pas déconner. C'est bien l'intolérance des chrétiens qui est la cause du sionisme. Voir Wikipedia".... le sionisme entend oeuvrer à donner ou redonner aux Juifs un statut perdu depuis l'annexion du Royaume d'Israël par l'Empire assyrien en -720, à savoir celui d'un peuple disposant d'un territoire."2015-01-26 13:38:42Fernand Demolin61575Monsieur Demolin. le sentiment de culpabilité que nous éprouvons "normalement" vis-à-vis de l'extermination systématique par l' Allemagne nazie d'entre cinq et six millions de Juifs, et nos organisations "droidelomistes" nous obligent à prendre des non-décisions vis-à-vis des djihadistes de Belgique. Ces gens savent qu'ils n'ont rien à craindre de la population européenne toujours traumatisée par la Shoah, le génocide rwandais,le génocide Kosovar.Ceci dit, il me plaît de vous rappeler que le 14 mai 1948, à minuit, expirait le mandat sur la Palestine confié à la Grande-Bretagne par la Société des Nations en 1923.L'État d'Israël renaît alors de ses cendres. L'ancien Etat d'Israël avait disparu en l'an 70, lorsque Jérusalem avait été détruit par les troupes romaines de l'empereur Titus. Les Juifs avaient dû se disperser dans le monde entier.Il a fallu plusieurs siècles et la Shoah avant que le peuple Juif puisse à nouveau s'installer sur sa terre natale. Malheureusement, la naissance de l'Etat d'Israël ne s'est pas faite sans douleur.2015-01-26 06:43:00christian dorpel61573Pardon, lire: "politiquement correct", sans "s" bien évidemment.2015-01-26 06:38:56Claire Danaux61571Celui-là aussi, se confit dans ses rêves de bobo! S'il se figure qu'un terroriste lui fera une demande écrite avant de se faire sauter le caisson au milieu de la foule, il déraille. Oh que si! Nous sommes en guerre! Une guerre que l'islamisme nous a imposée, et sans nous demander notre avis! Et, à des actes de guerre, surtout une guerre aussi barbare que celle que mènent ces crapules à notre endroit, il n'y a pas trente six réponses, n'en déplaise à Monsieur le professeur de droit pénal (UCL) et avocat général près de la cour de Cassation ! Prétendre que "nous ne sommes pas en guerre" c'est nier l'existence même de ces actes odieux, menés un peu partout dans le monde. Est-ce du politiquement corrects, de l'ignorance de la réalité, de la provocation délibérée ou de la sympathie pour ceux qui ne nous veulent pas du bien? Vivre dans un cocon n'aide évidemment pas à appréhender comme il se doit les tristes réalités quotidiennes. Nier, au nom de principes fort nobles mais totalement hors d'actualité, les atrocités commises par ces tarés ne résoudra certainement pas le problème, face à des gens qui ne pratiquent, n'entendent et ne comprennent que la force! L'angélisme n'a malheureusement aucune place dans une guerre. Dans aucune guerre!2015-01-26 06:36:37Claire Danaux61557Pour sauver cette planète en perdition, de nouveaux métiers dédiés à son sauvetage vont éclore à travers le monde. Oui on tentera désespérément d'aller faire un tout droit dans le mur de l'apocalypse climatique, si... Avec la politique actuelle du prix Nobel de la paix,et les soixante pays alliés valet,combattant le terrorisme, quel métier devra créer le grand blabla pour éviter la spirale du chaos planétaire? Un pour cent de riche contrôlant combien de pour cent de la richesse de la planète?>>Je ne peux répondre sans risquer cinq ans de prison, pour apologie de l'imbécilité de ceux qui nous dirige,les charlies pour ce qui les arrange? J'ai déjà perdu deux années de ma vie comme objecteur de conscience, dans les prisons Belges. Mineur d'âge non violent, pour pointer une arme vers un petit syrien ou de lâcher une bombe barryl sur une école d'Alep. La misère d'un côté et la trop grande intelligence pour s'approprier les richesses de la terre de l'autre, va transformer le monde en chaos final peut-être? comme la dérive du standart,peut-étre?2015-01-26 02:11:58pierre joine61543Que de réactions simplistes et démontrant peu de maturité, face à un article qui est plein de bon sens. Effrayant ces va-t-en guerre qui condamnent toutes une communauté pour le crime de quelques-uns chez nous. Je ne peux m'empêcher de penser à cette folie anti-juive qui s'est développée en Allemagne, parce que des banquiers impliqués dans la crise de 1929 étaient juifs. N'oublions pas qu'une des causes du terrorisme est le conflit entre Israëliens et palestiniens. Conflit que NOUS avons créé en chassant les juifs de chez nous et que, suite à cela, ceux-ci ont pris leur terre aux habitants de la Palestine.2015-01-25 23:49:25Fernand Demolin61537Il a entièrement raison. L'Etat de droit appliqué à tous, de la même façon! Appliquons aussi les règles à ceux qui sont obligés de s'entourer de légistes, d'avocats, de fiscalistes pour défendre un autre type de terrorisme qui aboutit à la situation actuelle. Pas de demi-mesure pour les gestes inciviques, le machisme, le non respect de nos lois, la volonté cachée mais persistante de substituer la charia à notre démocratie. Mais aucune demi-mesure pour ceux qui arrivent à légaliser leurs forfaits parce qu'ils seraient à la source des lois. Charlie c'est cela aussi. Ce n'est pas la récupération par le politique d'une aspiration qui déplace des millions d'Européens. Le pouvoir, les ressources données à une minorité dont l'intérêt est bien loin des citoyens.2015-01-25 23:01:45Elène Delacroix61535Dans ce cas d'espèce, la seule lutte possible est à mort. Les alternatives, discussions la pipe au bec au coin de l'âtre, à la poubelle.2015-01-25 22:52:18Pierre catrice61525Tuer de sang froid et sans le moindre motif logique c'est la perpette. Point barre.2015-01-25 22:29:14Walter Huybrecht61501Nous sommes tous horrifiés, c'est malheureux, bla bla bla bla. MAIS ILS NE FONT RIEN!!!!!!2015-01-25 20:51:28jeanluc vanhoeck61475Laissons ces 2 "intellectuels" s'échanger leurs idées dans l'autosatisfaction et continuons à casser du terroriste sans compter ...2015-01-25 19:56:59Marcel Brada61459"D'autres logiques que les nôtres" - Avec une telle maxime, on peut (on doit?) tout accepter? La libération de Farid...le fou, parce qu'il est ingérable en prison? la préséance de la charia sur la loi civile (et donc le refus de telle ou telle partie des cours, tel ou tel gynéco, tel ou tel horaire de la piscine...)???Allons donc! Cela s'appelle démissionner car nous pourrions tous avoir de bonnes raisons de revendiquer certaines "logiques"! Si ces "logiques" différentes permettent le vivre - ensemble!!!2015-01-25 19:32:33Jean-Luc LEFEVRE61457un petit stage à Jerusalem ou à la Porte de Vincennes pourrait eut-être faire changer d'avis cet "intellectuel en pantoufles"? les tartes à la crème face aux kalachnikov, c'est pas très efficace... même les crayons se sont avérés peu utiles... encore que marrants... ceci dit, encarter des terroristes ça doit être rigolo... filmer et à circuler sur U-tube...2015-01-25 19:29:27Repub Laique61451Je pense que Mr. Vandermeersch n'a jamais été confronté aux terroristes, ni au sentiment d'insécurité, sont langage n'est que crédulité irresponsable. Le jour ou lui ou un membre de sa famille sera dans la réalité d'un attentat ou d'une agression, son discourt sera très différent. Je présume qu'il ne sait ou se trouve, les zones de non droit à Bruxelles.2015-01-25 19:13:42Albert Hoste61445Comparer le "matérialiste" Patrick Haemers retrouvé mort, pendu au radiateur (+- 1,2m) de sa cellule et Coulibaly "blessé" dans son âme, sacrifier sa vie par le crime pour venger les injures faites à son Dieu, ne me semble pas trop comparable...2015-01-25 18:46:25jean antoine61437C'est le genre de dérive quand un professeur de droit pénal et un journaliste politique s'entretiennent aux coins du feu. C'est comme si on débattait du choix entre de l'eau ou une mousse carbonique pour éteindre un incendie qui fait rage. Je suppose que ces intellos proposerais une discussion ouverte face à un terroriste menaçant. DEPLORABLE messieurs les intellos, vous êtes des dangers publics.2015-01-25 18:24:31Charles Deloge61433Je partage la réaction de Monsieur Piette. Ces gens devraient avoir un gyrophare bleu sur la tête pour rassurer la population.2015-01-25 18:23:03christian dorpel61427Allons allons, on se calme tendons la joue ... Mourons ensemble dans notre droit !!! Je vais avoir difficile a expliquer cette proposition à mes enfants. Ils vont me prendre pour le dernier des lâââââches.....2015-01-25 18:16:03jean antoine61417Recréer du lien social ??? Il se fout de nous, ce pseudo intello ??? On a tenté pendant 60 ans, les liens sociaux, on voit où ça nous a mené !!!! Qu'on les flingue. Qu'on les vire. Mais surtout qu'on ne reperde pas encore 150 ans à discuter avec ces sauvages !!!! Ras le bol de la discute ! Des actes !2015-01-25 17:47:55Mariane Franckart61393une première chose à faire serait de choisir son vrai ennemi... le terrorisme islamiste qu'il soit irakien, palestinien, nigérien ou tchétchène... et éviter de soutenir "sélectivement" et "hypocritement" celui-ci quand il attaque Israël... et aussi éviter d'affaiblir Israël qui connait aujourd'hui la situation qui sera la notre demain... à savoir le terrorisme au quotidien, les roquettes et autres attentats en tous genre... Renforcer Israël, c'est renforcer notre première ligne de défense face à la barbarie islamiste.2015-01-25 16:30:48Repub Laique61377Et il est "professeur" d'université........çà fait vraiment peur..2015-01-25 15:23:53Charles Deloge61375Inadmissible : les 2 policiers dans le couloir n'ont aucun signe(s) distinctif(s) permettant de savoir si c'est ou pas un policier... Si demain je vois arriver vers moi une personne habillée de la sorte et armée, désolé, mais je me considère d'office comme étant en danger de mort et je l'élimine physiquement si je le peux, sans sommation et par tous les moyens possibles sous la main ! Les terroristes de paris étaient habillés de la même manière... Le rôle d'un uniforme, même de combat, c'est justement de pouvoir être identifié comme "force de l'ordre" sans équivoque possible.. A quoi on joue? Il y aura des drames si on cultive ainsi l'ambiguïté ....2015-01-25 15:23:31Francois Piette61371Pas de sommation, on discutera après !2015-01-25 15:15:43christian dorpel61367C'est certain, il faut être gentil avec les terroristes, et se contenter de les gronder quand ils nous tuent. De qui Vandermeersch se moque-t-il ?2015-01-25 15:08:57Baudouin Petit3631832015-01-25 14:58:422015-01-25 14:59:32Le VifPas de parutionNormalArticleOlivier MoutonPar Olivier MoutonBelgiqueLeVif

Terrorisme: "Oui à la lutte, mais pas une lutte à mort"

Damien Vandermeersch, professeur de droit pénal (UCL) et avocat général près de la cour de Cassation, met en garde : ne donnons pas raison aux terroristes en utilisant une rhétorique guerrière et recréons du lien social !

auto2015-01-25 14:58:00http://www.levif.be/actualite/belgique/terrorisme-oui-a-la-lutte-mais-pas-une-lutte-a-mort/article-normal-363183.htmlhttp://m.levif.be/actualite/belgique/terrorisme-oui-a-la-lutte-mais-pas-une-lutte-a-mort/article-normal-363183.htmlhttp://www.levif.be/actualite/belgique/http://m.levif.be/actualite/belgique/
Terrorisme: "Oui à la lutte, mais pas une lutte à mort"

Entretien : par Olivier Mouton

Le Vif/L'Express: Sommes-nous en guerre contre le terrorisme ?

Damien Vandermeersch : Non. Si nous voulons continuer à utiliser les moyens légaux, notamment en matière de justice, nous ne pouvons pas utiliser ce vocabulaire-là. La guerre, c'est la mise entre parenthèses des droits fondamentaux. Même le droit à la vie n'est plus garanti. C'est une perte terrible pour une démocratie de dire que l'on est en guerre ! Cette rhétorique ne correspond pas au combat que l'on veut mener. Le pari de nos sociétés démocratiques, c'est de mener cette lutte contre le terrorisme avec efficacité, oui, mais sans que ce soit une lutte à mort. Un attentat réussi, c'est une atteinte à des victimes innocentes et à la démocratie, bien sûr, mais cela risque aussi d'engendrer dans la foulée des mesures portant atteinte à nos droits. Nous devons toujours nous demander si la mesure que l'on adopte est efficace pour l'objectif à atteindre. Ces dernières années, beaucoup de dispositifs mis en place touchaient en réalité tout autre chose que le terrorisme. Nos procédures sont, en outre, déjà extra-compliquées. Chaque fois que l'on décide une nouvelle législation, on ajoute des règles et, à la longue, le Code d'instruction criminel devient illisible, les procédures se multiplient... C'est contreproductif.

L'armée dans la rue, est-ce un signe d'efficacité ?

Cela peut rassurer les gens dans l'instant, mais ce n'est pas une solution à long terme. Le rôle de la police consiste à préserver la paix et à éviter les attentats, c'est elle qui devra continuer à exercer cette mission. Maintenant qu'elle est menacée, on fait appel aux paras, mais que fera-t-on si les paras sont à leur tour menacés ? On installera un second cordon de policiers ?

La réponse doit être autant sociale que répressive ?

Bien sûr. La justice pénale n'est qu'un pilier parmi d'autres. On sait combien il est difficile de recréer du lien social dans nos sociétés en crise, et cela ne vaut pas que pour les terroristes. De nombreux délinquants sont des gens égarés qui n'ont rien à perdre. Faisons attention à ne pas étiqueter tout le monde dans le camp des extrémistes. On perd de vue que nos sociétés capitalistes sont parfois très violentes, et davantage encore pour certaines catégories de la population. On évoque le retrait de la nationalité belge : s'il s'agit d'une mesure violente supplémentaire, qui n'apporte pas de plus-value, je me pose des questions.

La menace qui pèse sur nous vient précisément de gens révoltés, que l'on qualifie de fous en plus, ce qui m'inquiète très fort. Ce ne sont pas des fous ! Ils sont rentrés dans d'autres logiques que les nôtres. Quelqu'un qui rentre dans le grand banditisme, on ne le traite pas de fou. Coulibaly, l'un des auteurs des attentats de Paris, me fait davantage penser à Patrick Haemers (NDLR : l'ennemi public n°1 à la fin des années 1980 qui a notamment enlevé le ministre Paul Vanden Boeynants) qu'à un djihadiste. On sentait chez lui un grand besoin de reconnaissance, voire de vedettariat. Le plus difficile, c'est de répondre à cette menace par un discours sans concession mais, en même temps, par la tolérance et le respect des droits. La justice est une réponse à l'extrémisme qui permet de ne pas rentrer dans la même logique qu'eux.

>>>L'intégralité de l'entretien et le dossier "Sommes-nous en guerre ?", dans Le Vif/L'Express de cette semaine

terrorisme répressionDamien Vandermeersch81mouton-olivierJournaliste politique au Vif/L'ExpressMoutonOlivierreporter/assets/159/avatar_81601.jpgolivier.mouton@levif.behttps://twitter.com/olimout<Para>Journaliste politique au Vif/L'Express</Para>http://www.levif.be/actualite/auteurs/olivier-mouton-81.htmlhttp://m.levif.be/actualite/auteurs/olivier-mouton-81.html