2008, une crise émotionnelle !

2008, une crise émotionnelle !

Les biais faussant le raisonnement des investisseurs peuvent contribuer à la formation et à l'aggravation de crises financières. Comme la crise de 2008, qui, huit ans plus tard, berne toujours une frange des investisseurs. Voici retracé le fil de cette crise sous l'angle des biais cognitifs et émotionnels.


Dix tendances pour 2016, l'année de tous les dangers financiers

Dix tendances pour 2016, l'année de tous les dangers financiers

Voilà qui tombe mal : alors que les Belges commencent à peine à prendre davantage de risques pour placer leur argent, le contexte n'a jamais été aussi troublé. En 2016, il faudra composer avec l'incertitude et la volatilité. Voici les dix tendances entre lesquelles les épargnants vont naviguer. A vue.


"Les Grecs sont les Tijl Uilenspiegel d'aujourd'hui"

"Les Grecs sont les Tijl Uilenspiegel d'aujourd'hui"

Peter Mertens - Les Tijl Uilenspiegel d'aujourd'hui, ce sont les Grecs. Ils ressuscitent l'esprit des gueux, le contre-courant qui entend reconquérir la démocratie, la liberté et l'économie des mains des papes et des cabinets d'affaires de l'Union européenne. Ils méritent notre soutien.21 réactions


Nos conseils pour accroître votre pouvoir d'achat

Nos conseils pour accroître votre pouvoir d'achat

Compte tenu du taux d'inflation actuellement élevé, de la flambée des prix de l'énergie et de la faiblesse des taux d'intérêt, votre argent vaut de moins en moins. Quelques conseils concrets pour augmenter votre pouvoir d'achat.


Une phase difficile mais un avenir assuré

Une phase difficile mais un avenir assuré

"Trends-Tendances" a réuni autour d'une table le gratin belge de l'assurance pour dresser ensemble un état des lieux du secteur et évoquer ses perspectives d'avenir. Morceaux choisis d'un débat mené sans langue de bois.


Les banquiers découvrent le blues

Les banquiers découvrent le blues

Bousculés par la crise, contraints à plus de productivité, privés de certains acquis, les employés des banques traversent une passe difficile. Comme tout le monde ? Oui. Mais la donne est nouvelle dans ce secteur, longtemps protégé.



Euro : encore un sommet pour rien ?

Euro : encore un sommet pour rien ?

Nicolas Sarkozy a qualifié le sommet qui s'ouvre ce week-end à Bruxelles de " sommet de la dernière chance ". Tiens, tiens... Une formule maintes fois entendue de la bouche des négociateurs belges sur les réformes institutionnelles du pays ! Décidément, les politiques aiment le " copycat ".


"Sans révolution, ce sera la chute de l'Empire romain"

Considéré comme un gourou de l'économie sur Internet, il avait prédit, dès 2004, avec une précision étonnante, la crise des subprimes. Ce fils d'un haut fonctionnaire belge socialiste (tendance chrétienne) a été trader dans une banque française, avant de s'installer aux Etats-Unis, en 1998, où il est devenu expert dans la validation des modèles financiers. Ayant quitté le monde bancaire, il vit aujourd'hui en Bretagne. Ami de Jacques Attali, il est également reçu à l'Elysée. Depuis quatre ans, son blog (1) fait mouche et connaît un succès retentissant : cet anthropologue parvient même à en vivre grâce aux contributions des internautes. Dans son dernier ouvrage (2), il prédit la fin du capitalisme, remettant en question des dogmes qui perdurent depuis plus d'un siècle. Forcément et nécessairement dérangeant.


Joseph Stiglitz : " Les réformes financières sont insuffisantes "

Joseph Stiglitz : " Les réformes financières sont insuffisantes "

Il agace autant qu'il fascine. Brillant théoricien, Prix Nobel d'économie , ex-conseiller de Bill Clinton, Joseph Stiglitz est aussi une star internationale, une bête de scène qui ne craint pas la lumière des projecteurs. De passage éclair à Paris, l'intellectuel aux airs de gros matou revient longuement sur ses propositions, sur l'Amérique d'Obama et sur cette crise qui finit, parfois, par ébranler sa placidité légendaire.


Crie financière : le Portugal est dans une "situation intenable"

Crie financière : le Portugal est dans une "situation intenable"

Le président portugais Anibal Cavaco Silva estime que le Portugal se trouve dans "une situation intenable", appelant à un "contrat de cohésion nationale" pour faire face aux difficultés financières auxquelles le pays est confronté.