"Hourra, le vieillissement est résolu !"
"Hourra, le vieillissement est résolu !"
"Hourra, le vieillissement est résolu !"
"Hourra, le vieillissement est résolu !"
"Hourra, le vieillissement est résolu !"
"Hourra, le vieillissement est résolu !"
"Hourra, le vieillissement est résolu !"
11422273Augmenter le "taux d'emploi" dans la tranche 52-67 ans, Oui, mais pas au dépend de l'emploi des 20-30 ans.2016-08-26 22:56:07Demoulin Marcel421277Un aspect important dans cette épure : comment va t'on réussir pour augmenter sensiblement le "taux d'emploi" dans la tranche 52-67 ans !! Si l'on réussit, cela facilitera le paiement des pensions légales !2016-08-24 17:56:55André PIRLET421119Parfaitement décrit, bonne analyse!2016-08-24 14:48:38Maurice Joly420895Un aspect capital du problème n'est pas abordé dans ce texte : les salaires. En effet, les cotisations sociales sont perçues sur les salaires. Plus ceux-ci seront nombreux et élevés, plus les rentrées seront importantes et permettront de payer les pensions. En France, l'économiste Jacques Sapir a calculé qu'une diminution de 2% du chômage (et donc une augmentation des emplois) permettrait d'équilibrer les comptes de la sécurité sociale. Naturellement, les calculs à long terme sont plus difficiles car les évolutions des divers facteurs ne sont pas prévisibles avec précision.2016-08-24 10:07:14Bernard Bachelart420789Ce débat est simpliste et le contexte est insuffisamment prévisible pour éviter des conclusions. Le gouvernement fédéral multiplie les mesures médiatiques sans concertation avec les autres niveaux de pouvoir pour les fonctions publiques, cela ne contribue pas à une prévisibilité et surtout pour s'engager sur une réforme structurelle constructive. Un système plus clair et plus lisible, tenant compte de la mobilité professionnelle et des changements de statuts, est cependant indispensable.2016-08-23 21:20:59Marie-Louise Fonder420753Hourra tout va bien .. donc on peut réduire dès aujourd'hui les ponctions salariales destinées à alimenter ces fonds de pension ... Si vous me permettez, je douterai de l'optimisme affiché par ce Pintelon2016-08-23 19:51:59Marcel Brada420679J'adore le style Beaucoup de ceux qui vont répondre (s'ils le font) vont truffer leur diarrhée de mots comme islam, PS, bienpensance, sans rapport avec le sujet. Ne pas s'en inquiéter.Reste qd même à faire! Commencer par refuser cette démocrature sénile qui ne vise qu'à mourrir tranquille avec ses comptes d'épargne. C'est ça ou accepter la loi du nombre soit un nombre de vieux . Mais doucement qd même , puisque j'en suis un. Lol. Sortir de la peur certaine de perdre pour prendre le risque de gagner. Oser.2016-08-23 18:19:56alain d'haene420647Du vent et un gros mensonge, à moins de couper les pensions en deux et forcer les gens à travailler jusqu'au terme !! De la poudre aux yeux pour reporter le problème aux législatures suivantes, la lâcheté de tos les gouvernements depuis 30 ans!!! Personne n'y croit plus.2016-08-23 17:52:34Michel Brasseur420633Et ce que personne ne signale , les pensions sont greffées d'une surtaxe de 3%.2016-08-23 17:41:36Walter Huybrecht420615Encore une fois une critique sans proposition de solution constructive. Quel intérêt ont de pareils propos? Philippe Evrard2016-08-23 17:23:36Philippe Evrard420591LE problème n'est pas le coût des pensions, mais bien le coût de la régionalisation! Nous n'avions pas, et nous n'aurons JAMAIS les moyens de passer d'un raisonnable 15 ministères + 2 chambres à un surréaliste 60 ministères / sec. d'état + 8 chambres !!!! On a multiplié les frais de gestion de l'état par 4 depuis 31 ans et c'est cela qui a provoqué notre déficit public, PAS les pensions et la sécu.... Un seul pays trilingue sur TOUT le territoire, c'est l'avenir de nos bambins! 45 ministères et 6 chambres en plus pendant 31 ans, avec salaires, frais et intérêts composés, cela donne au total entre 2 et 3 fois la dette qui paralyse le pays. Supprimons la régionalisation et on retrouve le moyen de payer les services au public ET de baisser les impôts... Trop simple ?2016-08-23 16:56:47Francois Frank5418592016-08-23 16:05:512016-08-23 16:05:51KnackPas de parutionOpinionArticleOlivier PintelonPar Olivier PintelonSantéLeVif

"Hourra, le vieillissement est résolu !"

Olivier Pintelon - "Personne ne peut encore prétendre que les pensions légales sont intrinsèquement impayables", écrit Olivier Pintelon. Il analyse les constatations de la Commission d'étude pour le vieillissement.

yesCéline Bouckaert2016-08-23 16:06:01http://www.levif.be/actualite/sante/hourra-le-vieillissement-est-resolu/article-opinion-541859.htmlhttp://m.levif.be/actualite/sante/hourra-le-vieillissement-est-resolu/article-opinion-541859.htmlhttp://www.levif.be/actualite/sante/http://m.levif.be/actualite/sante/
"Hourra, le vieillissement est résolu !"

Olivier Pintelon - Généralement, le Comité d'Étude sur le Vieillissement choisit le début de l'été pour publier ses pronostics. Et pour la deuxième année consécutive, il esquisse un tableau favorable. Tout compte fait, le coût du vieillissement semble maîtrisé en Belgique, ce qui m'oblige à sortir une phrase audacieuse et polémique : hourra, le vieillissement est résolu !

Olivier Pintelon - Voilà, j'ai attiré votre attention. Il est grand temps de formuler quelques réserves. Tout d'abord, la baisse du coût du vieillissement est due notamment à une opération d'économie : la suppression du bonus pension. Deuxièmement, on ne peut continuer à prétendre qu'il faut des économies poussées pour compenser le coût du vieillissement. Il est donc grand temps de clarifier les véritables enjeux du débat.

Olivier Pintelon - Que nous coûte le vieillissement exactement? En Belgique, la Commission d'étude pour le Vieillissement représente la principale source d'information. Celle-ci a été fondée en 2001 par le gouvernement arc-en-ciel de l'époque afin d'étudier les conséquences sociales et budgétaires du vieillissement. Ces 15 dernières années, ses pronostics ont été présentés au début de l'été. Généralement, le coût du vieillissement était estimé à environ 4% du PIB d'ici 2060. Un coût significatif, mais qui augmente lentement au cours d'une période plus longue. Le vieillissement n'est donc pas un tsunami, mais un flux qui enfle lentement.

Olivier Pintelon -

Olivier Pintelon - Hourra, le vieillissement est résolu!

Olivier Pintelon - L'été dernier, les nouvelles étaient même encore meilleures. D'ici 2060, le surcoût du vieillissement ne s'élèverait qu'à 2,1% du PIB. Comme nous avons 44 ans pour assumer ce coût, cela reviendrait à un effort budgétaire tout à fait faisable. Le dernier rapport - publié le 13 juillet 2016 - fait état d'un surcoût de 2,3% du PIB. En fait, le coût du vieillissement semble même maîtrisé. Hourra, le vieillissement est résolu !

Olivier Pintelon - Ce qu'on ne raconte pas

Olivier Pintelon - Cependant, les simulations récentes du Comité d'Étude sur le Vieillissement soulèvent trois observations. Tout d'abord, ce ne sont que des simulations. Il s'agit de l'estimation d'un coût qui se situe dans 45 ans. 45 ans! Pour le dire avec les mots de l'économiste Keynes : "in the long run, we are all dead".

Olivier Pintelon - Deuxièmement, le comité d'étude part du principe que les employés - suite à l'âge de la retraite plus élevé - travailleront effectivement deux ans de plus. Cette hypothèse soulève de nombreux points d'interrogation. Les employés âgés ont-ils vraiment leur chance sur le marché du travail. Et n'assisterons-nous pas - à l'instar des Pays-Bas - à une explosion du nombre de personnes en incapacité de travail ?

Olivier Pintelon - Et enfin, nous devrons travailler plus longtemps pour moins de pension puisqu'on économise sur les montants de pension. La suppression du bonus pension exerce une influence décisive. Le Pension Adequacy Report européen 2015 a calculé que même pour les carrières plus longues les montants de pension baisseront. Le gouvernement actuel se targue de son trajet de réforme, mais sur ce sujet il est muet comme une tombe.

Olivier Pintelon - Le véritable enjeu

Olivier Pintelon - Ce qu'on passe sous silence, c'est que le véritable enjeu du débat sur les pensions reste caché. Voulons-nous un système de pension solidaire et adéquat ? Ou préférons-nous laisser cette responsabilité au marché ou à l'individu ? Le vieillissement n'est pas un complot. Il est prouvé scientifiquement que le nombre de personnes âgées va augmenter dans notre société. Cependant, certains acteurs politiques et sociétaux ont intérêt à citer chaque fois le contexte contraignant du vieillissement. Tous les jeunes employés se voient submerger de propositions d'épargne-pension. On écoule ces formules, qui sans stimulus financier n'ont aucune justification économique, sous le prétexte "ne comptez pas sur l'état pour votre pension".

Olivier Pintelon - On exploite le vieillissement pour miner le système de répartition légal. Avec les simulations récentes, cet argument disparaît définitivement. Personne ne peut encore prétendre que les pensions légales sont intrinsèquement impayables, ce qui est incontestablement positif pour le débat sur les pensions.

Olivier Pintelon -

LOW919pintelon-olivierRédacteur pour le think tank PoliargusPintelonOlivier/assets/407/avatar_208639.jpg<Para>Rédacteur pour le think tank Poliargus</Para>http://www.levif.be/actualite/auteurs/olivier-pintelon-919.htmlhttp://m.levif.be/actualite/auteurs/olivier-pintelon-919.htmlOlivier PintelonKeynesPays-BasCommission d'étudeComité d'Étude sur le Vieillissement