"Et tu oublieras pourquoi tu t'es engagé en politique"

"Et tu oublieras pourquoi tu t'es engagé en politique"

Thierry Fiorilli - Benoît Lutgen est-il un traître parce qu'il a rompu la vieille alliance avec le PS, éreinté par les scandales ? Les discussions entre CDH, MR, Ecolo et DéFI pour la confection de nouvelles majorités francophones n'ont-elles illustré, une fois encore, que la seule incapacité des états-majors des partis politiques à se départir du recours aux manigances purement politiciennes ? Les élus finissent-ils tous, tôt ou tard, à confondre intérêt général et profit personnel ?

E-Change: cet impossible nouveau parti francophone

E-Change: cet impossible nouveau parti francophone

Olivier Mouton - Groupe de réflexion ou futur parti, le E-Change de Jean-Michel Javaux revisite une idée vieille de sept ans à la sauce Macron. Salutaire en cette période troublée. Mais ce pétard mouillé illustre aussi la difficulté de secouer la Belgique francophone.

Bienvenue dans la francophonie des fous!

Bienvenue dans la francophonie des fous!

Olivier Mouton - Les négociations se décantent enfin. MR et CDH avancent. Défi, incontournable, se pose en faiseur de roi. Des majorités différentes sont en vue en Wallonie et à Bruxelles. La révolution de la gouvernance reste dans le flou. Oui, vous vivez dans un pays asymétrique et surréaliste.

Place nette chez Publifin/Nethys ?

Place nette chez Publifin/Nethys ?

L'actionnaire majoritaire, la Province de Liège, est au pied du mur : il lui est recommandé de virer le management actuel de Publifin/Nethys et de récupérer Resa, la vache à lait du groupe.

À Bruxelles, le PS à tous les étages... et pour longtemps !

À Bruxelles, le PS à tous les étages... et pour longtemps !

Ejectable ou non de la majorité à Bruxelles, le PS a eu le temps de placer des camarades aux fonctions dirigeantes de la plupart des opérateurs publics. Une mainmise renforcée par la création d'une multitude de nouveaux organismes pararégionaux.

Gouverner sans le PS

Gouverner sans le PS

Le CDH offre la possibilité historique de rejeter les socialistes dans l'opposition en Wallonie et à Bruxelles. Ce serait la fin d'un système. Ceux qui l'ont défié parlent d'une "libération". Se libérer de la toile du socialisme dominant n'est toutefois pas une sinécure. Témoignages sans tabous.

Ceci n'est pas une crise. C'est une prise d'otages

Ceci n'est pas une crise. C'est une prise d'otages

Luc Delfosse - On s'indigne, à juste titre, du fait que madame Pereita refuse de comparaître devant la commission Samusocial. Si cette assourdissante absence permet de mesurer l'orgueil inouï des principaux protagonistes de la joyeuse confrérie des rupins cooptés de la démocratie, elle n'en est pas moins "légale".

Les étranges collaborateurs de Joëlle Milquet

Les étranges collaborateurs de Joëlle Milquet

Dans l'entourage plus ou moins proche de la ministre de l'Intérieur, on jase sur l'arrivée d'une petite dizaine de collaborateurs bruxellois, issus de l'immigration et actifs dans la politique locale. Pour partir à l'assaut de communes ciblées de la capitale ? Illégal ? "Absurde !" se défend la candidate CDH.

Vadot
Benoît Lutgen, la vertu du vautour

Benoît Lutgen, la vertu du vautour

Le carnassier Benoît Lutgen veut fondre sur les dépouilles d'un système de partis qu'il croit mort. Il veut achever le sien tout en le sauvant, et espère récupérer un peu de la chair des autres. Et puis, il veut se faire passer pour une blanche colombe. Mais les carcasses bougent encore. La grande boucherie politique est en marche : soit le CDH se fait hacher, soit tout le système se fait dépiauter. Soit les deux.

Crise gouvernementale : ne laissons pas le moralisme remplacer la politique

Crise gouvernementale : ne laissons pas le moralisme remplacer la politique

François Schreuer - La séquence ouverte par le président du CDH témoigne, dans presque toutes les expressions auxquelles elle donne lieu, de l'installation, au coeur du logiciel politique commun, d'un lexique moraliste qui éclipse largement la question politique en tant que telle. Ebauchons-en l'inventaire.

Flahaut: "Le CDH nous dit: "Casse-toi tu pues!" À sa place, je serais prudent"

Flahaut: "Le CDH nous dit: "Casse-toi tu pues!" À sa place, je serais prudent"

André Flahaut n'est plus qu'un ministre en sursis. Le socialiste en charge du Budget à la Fédération Wallonie-Bruxelles encaisse le coup porté à son parti par le CDH, "ce parti pur comme l'enfant qui vient de naître et qui appelle à ses côtés ceux qui ne sont pas pourris..."