Pourquoi avons-nous si peu d'enfants?
Pourquoi avons-nous si peu d'enfants?
Pourquoi avons-nous si peu d'enfants?
Pourquoi avons-nous si peu d'enfants?
Pourquoi avons-nous si peu d'enfants?
Pourquoi avons-nous si peu d'enfants?
Pourquoi avons-nous si peu d'enfants?
Pourquoi avons-nous si peu d'enfants?
8208223Ils se demandent pourquoi, ces comiques : Mieux avoir 2 enfants que l'on élève du mieux possible et qu'ils aient du travail, que 6 dont on ne sait s'occuper ( les femmes qui travaillent ) et les laisser traîner sur les chemins, et qui vont être chômeurs.Nos hommes ne nous considérent pas comme des poules pondeuses. Le couple qui décide d'avoir une famille nombreuse le fait en toute connaissance et c'est très bien.2015-10-20 16:50:35luciana benini206981Peu à peu nous prenons tous conscience que nous sommes trop nombreux. Et l'amélioration du niveau de vie fait qu'avoir moins d'enfants avec des ressources quand même limitées leur donne de meilleures chances de réussir dans la vie, par exemple d'avoir accès à l'éducation, d'acquérir un bon diplôme.2015-10-18 15:07:55Baudouin Petit206779Jose Dalberto a tout dit , il n'y a que les politicons qui n'ont pas compris cela ou du moins ils font semblants !2015-10-17 23:12:15patrick van der stichelen206365C'est peut-être bien d'avoir plusieurs enfants mais pour quel avenir ? Messieurs les journalistes vous êtes idiot ou quoi?2015-10-17 09:36:33jeanluc vanhoeck206227Il y a heureusement dans les pays civilisés des personnes responsables qui sont au courant que la Terre est drôlement surpeuplée. Ces personnes agissent en conséquence de manière responsable en procréant moins. Malheureusement, certains groupes, ou peuplades, ou communautés ont un comportement irresponsable, ou suspect, ou impérialiste, en prônant une natalité forcenée. Ceci est illustré par ce que disait Houari Boumediène : "nous prendrons la France avec le ventre de nos femmes".2015-10-16 20:23:23José Dalberto206041Dans le temps les enfants travaillaient et leur paie nourissait la famille. Il était aussi intéressant d'avoir un maximum de bras pour cultiver la terre. Aujourd'hui l'équation est différente: si on a un peu de bien on veut éviter de le diluer entre trop d'héitiers et on investit dans l'enfant ( études, etc) ce qui est impossible avec une floppée de mouflets. Dans le temps, c'étaient d'ailleurs souvent les grands enfants qui élevaient les petits,etc. En gros, rien n'est comparable.2015-10-16 16:59:35ANDRE FONTEYNE206003Si peu ???? Mais nous en avons énormément ,beaucoup trop ! Nous sommes pire que des lapins ,nous grouillons littéralement sur la planète et nous détruisons notre biotope !2015-10-16 16:34:11phil renard205745Quel article ridicule, si les gens ont moins d'enfants aujourd'hui, c'est que la vie devient de plus en plus difficile pour les familles nombreuses (à moins d'être vraiment très riche), Qu'advient-il de la santé d'une maman qui travaille temps plein et qui a trois, quatre ou cinq enfants ? Tout le monde ne peut pas avoir une nounou à temps plein ni femme de ménage. Donc, même si l'envie d'enfants est bien là, on réfléchit et on se dit que deux, et bien c'est très bien. Et puis, l'avenir n'est pas rose non plus, faut-il donc exposer des enfants à une vie qui sera peut-être misérable ?2015-10-16 11:31:00Christine Ergo4282592015-10-16 10:42:142015-10-16 13:47:56KnackPas de parutionNormalArticleDirk DraulansPar Dirk DraulansSciencesLeVif

Pourquoi avons-nous si peu d'enfants?

Les biologistes évolutionnistes se creusent les méninges sur cette question: pourquoi la plupart des gens misent tout sur deux enfants maximum alors que la société leur permet (il est vrai avec un dévouement conséquent) d'élever une dizaine d'enfants ? On voit ce phénomène partout dans le monde.

yesCéline Bouckaert2015-10-16 10:43:00http://www.levif.be/actualite/sciences/pourquoi-avons-nous-si-peu-d-enfants/article-normal-428259.htmlhttp://m.levif.be/actualite/sciences/pourquoi-avons-nous-si-peu-d-enfants/article-normal-428259.htmlhttp://www.levif.be/actualite/sciences/http://m.levif.be/actualite/sciences/
Pourquoi avons-nous si peu d'enfants?

Les lois de la biologie veulent qu'on transmette un maximum de gènes aux prochaines générations. On assiste donc à un conflit entre la nature et la culture. Généralement, on admet qu'à une époque les gens avaient beaucoup d'enfants pour être sûrs qu'il en reste quelques-uns pour s'occuper d'eux à leurs vieux jours.

Le professeur émérite en biologie Dirk Thys Van den Audenaerde (KU Leuven) a étudié la question en prenant en compte la distinction entre deux stratégies de reproduction générales: la stratégie r (reproduction) et la stratégie s (survie). "Les espèces doivent posséder un bon mélange de spécialisations S et R pour survivre" dit-il. "Les harengs ont peu de caractéristiques de survie, à moins de vivre en banc et de nager rapidement pour échapper aux assaillants. Mais leur reproduction est fortement développée : comme ils pondent des millions de petits oeufs, l'élimination de quelques poissons ne menace pas la survie de l'espèce" ajoute-t-il.

En revanche, les grands mammifères évoluent fortement vers la stratégie S. Comme ils ont peu de petits par portée, une longue durée de gestation et qu'il faut s'occuper longtemps des jeunes, la capacité de reproduction (R) est faible. Mais le S de ces jeunes est important : ils survivent plus facilement. "

Une vie de cocagne

Une espèce peut-elle changer de stratégie? "Il semble que ce soit le cas pour les lions" explique Thys Van den Audenaerde. "S'il y a beaucoup de proies, les chances de survie des jeunes (S) sont importantes et la nécessité de se reproduire est plus faible (R). Il y a suffisamment de nourriture et comme elle est facilement disponible, quelques jeunes suffisent pour poursuivre cette vie de cocagne. Mais s'il y a peu de nourriture, et si elle difficile à trouver, le groupe doit se composer de bons chasseurs capables de résister à la faim. Quand il y a plus de jeunes, la compétition accrue stimule la sélection, ce qui peut être un mécanisme supplémentaire pour assurer la survie de l'espèce".

Ce système s'applique-t-il à l'homme ? "C'est une hypothèse périlleuse" conclut Thys Van den Audenaerde. "Mais si notre alimentation est assurée par une provision énorme dans le supermarché tout proche, et notre santé grâce à un système médical étendu et une sécurité sociale payable, nos chances de survie (S) sont importantes et notre capacité de reproduction devient moins capitale (R)."

MEDIUMPZ307draulans-dirkDraulansDirkreporter/assets/170/avatar_87371.jpgDirk.Draulans@knack.be<Para>Dirk Draulans est journaliste pour Knack. </Para>http://www.levif.be/actualite/auteurs/dirk-draulans-307.htmlhttp://m.levif.be/actualite/auteurs/dirk-draulans-307.htmlenfantsévolutionbiologie évolutionnaire