Prendre de l'Ibuprofène augmente les problèmes cardiaques
Prendre de l'Ibuprofène augmente les problèmes cardiaques
Prendre de l'Ibuprofène augmente les problèmes cardiaques
Prendre de l'Ibuprofène augmente les problèmes cardiaques
Prendre de l'Ibuprofène augmente les problèmes cardiaques
Prendre de l'Ibuprofène augmente les problèmes cardiaques
Prendre de l'Ibuprofène augmente les problèmes cardiaques
Prendre de l'Ibuprofène augmente les problèmes cardiaques
21447057suite.....C'est ce que produit l'alcool, les analgésiques et les anesthésiques, ainsi que nombre d'abus de drogues.2016-09-30 12:01:09alessandro pendesini447055Par suite d'une analgésie naturelle ou de l'administration de médicaments qui altèrent la transmission des signaux corporels, le cerveau reçoit une vue distordue de ce qu'est réellement l'état du corps. Nous savons que, dans les situations de peur dans lesquelles il choisit l'option de courir plutôt que des se figer, le tronc cérébral désengage une partie des circuits de transmission de la douleur -un peu comme s'ils débranchait le téléphone. Le gris périaqueducal, qui contrôle ces réponses, peut aussi commander la sécrétion d'opioïdes naturels et accomplir ainsi ce que permettrait la prise d'analgésiques : éliminer les signaux de la douleur. Au sens strict, nous sommes ici en présence d'une hallucination du corps, car le cerveau l'enregistre dans ses cartes et ce que l'esprit ressent ne correspond pas à la réalité qu'on pourrait percevoir. C'est ce que produit l'alcool, les analgésiques et les anesthésiques, ainsi que nombre d'a2016-09-30 12:00:12alessandro pendesini447051NB: La formation immédiate d'un symptôme organique chaque fois qu'un problème psychique ne trouve pas de solution dans l'action (au moins verbale) régresse sur le corps. Chacun a expérimenté ces moments où une situation inextricable se traduit par une migraine, une crampe, une douleur gastrique, etc...A noter que plus de 50% des consultations occidentales sont motivées par ce qu'il est convenu d'appeler la pathologie fonctionnelle, autrement appelée maladies psychosomatiques. Allergies multiples, fatigue chronique, fibromyalgies, lombalgies, douleurs variées, insomnie, états de stress font le pain quotidien de notre médecine ordinaire. Plus de la moitié des consultations !...Cela devrait nous faire réflechir non ?2016-09-30 11:58:58alessandro pendesini447049"Giovanni Corrao, de l'Université de Milano-Bicocca, et son équipe ont étudié les données de 10 millions d'utilisateurs d'AINS... En comparant avec les résultats cardiaques des personnes ne consommant pas d'anti-inflammatoires, les chercheurs ont constaté que les personnes utilisant des antidouleurs avaient 19 % de risques en plus d'être hospitalisées pour insuffisance cardiaque. Plus la dose d'AINS était élevée et plus le risque était élevé également."...Dit l'article ! Ou bien ces études sont fausses ou imaginaires, ce qui serait impensable ! ou bien elles sont rationnelles -ce qui semble être le cas- que cela plaise ou pas.... La médecine est l'art de guérir, mais il faut en faire la science de guérir. Autrement dit connaître l'étiologie, c'est-à-dire la cause réelle des maladies, afin de ne pas se tromper de cible : soigner (ou masquer l'effet/douleur) et pas la ou les causes ! C'est d'ailleurs ce qui arrive dans la majorité des cas..2016-09-30 11:57:44alessandro pendesini446987Bernard Bachelart. Le renforcement des quadriceps, grâce à l'exercice simple de s'asseoir contre une porte et tenir le plus longtemps possible a beaucoup aidé ma déchirure du ménisque. Deux orthopédistes différents avaient déconseillé l'intervention. C'est au ski - une semaine par an - que l'effet a été le plus évident : j'avais constaté que la douleur augmentait de jour en jour. L'année suivante c'était le contraire, elle diminuait jusqu'à devenir une gêne insignifiante.2016-09-30 11:18:34Baudouin Petit446727Christine Ergo, les douleurs aux genoux peuvent en effet être insupportables. Il est souvent très difficile d'en trouver la cause et la médecine a sûrement encore des découvertes à faire dans ce domaine. J'ai pu m'en débarrasser en changeant de position de travail, d'autres ont résolu ce problème grâce à des semelles orthopédiques, grâce à des rééquilibrages musculaires, grâce à des changements de régime alimentaire ou bien grâce à des compléments nutritifs du cartilage (sulfate de glucosamine et de chondroïtine). Je vous souhaite de trouver un jour votre solution et l'on peut comprendre qu'en attendant vous consommiez ce genre de médicaments.2016-09-29 23:06:24Bernard Bachelart446651Les psychotiques auraient moins de cancers que les autres ? Si c'était vrai, cela se saurait. Je n'ai jamais rencontré un cancérologue partageant cette opinion. Vous me direz, forcément, il ne voit pas de psychotiques. Plus sérieusement, il faudrait fournir des chiffres, pas seulement citer des célébrités, particulièrement exposées à la tentation de prendre leurs opinions pour des faits avérés et d'oublier que la science est un cimetière d'hypothèses, en grande majorité réfutées par les observations et expérimentations.2016-09-29 20:45:16Baudouin Petit446621Comme toute médication efficace, elle peut présenter des effet secondaires mais aussi des avantages....il faut peser au cas par cas dans quel sens pèse la balance et donc utiliser ou rejeter le remède. Les médecins peuvent aussi adapter le dose ou changer de traitement.2016-09-29 20:17:00charles tergolina446505P.S. Plus prêt de nous, le célèbre Pr Jean-Luc Montagnier (prix Nobel de médecine 2008 pour sa codécouverte du VIH - SIDA) en est "arrivé à la notion de "champ oxydant"". Dans "l'addition des phénomènes générateurs de stress oxydant", il inclut des "facteurs psychologiques" (1) et précise que "le système immunitaire lui-même est affaibli par les problèmes de stress psychologique" (2) . (1) Luc Montagnier, Les Combats de la vie, Éd. Jean-Claude Lattès, Paris, 2008, pp. 190-191. (2) Interview du Pr Montagnier, propos recueillis par Céline Andrillon pour la revue Bio-énergie n°27 (http://www.nature-et-forme.info/article-838821.html).2016-09-29 16:52:04Baudouin Labrique446503Suite et fin. "N'est-il pas alors curieux de constater que le psychotique, lorsqu'il est établi dans sa démence, lorsqu'il a dépassé le stade douloureux de son établissement pendant lequel tous les examens biologiques montrent de profondes perturbations, se trouve dans un état normal d'équilibre biologique qui lui permet d'éviter les lésions néoplasiques [cancers] (toutes les statistiques mettent en évidence la faible incidence du cancer chez les psychotiques) et infectieuses ?" (...) "(...).il n'y a pas que les maladies psychiques et psychosomatiques qui soient du ressort des comportements individuels en situation sociale (...), sans doute toute la pathologie en dépend." (Détails sur http://www.retrouversonnord.be/InhibitionActionLaborit.htm).2016-09-29 16:49:59Baudouin Labrique446501Un autre effet secondaire de ce médicament et qui n'est pas nécessairement désagréable, ce sont les crises de priapisme qu'il provoque parfois. De sorte que chez certains, il peut avantageusement remplacer le Viagra. Le problème c'est que les crises peuvent durer parfois... plusieurs semaines. Dur dur pour le braguettes !2016-09-29 16:47:22René Gérard446499@Eric Debille qui prétend qu'une "infection bactérienne n'est pas psychosomatique". J ene ovus opposerait que l'avis éclairé du célèbre scientifique le Pr Henri Laborit (cf. le film "Mon oncle d'Amérique", primé à Cannes où il joue son propre rôle de découvreur) :""(...) pour faire une infection ou une affection néoplasique [Ndlr :cancer], il ne suffit pas d'un contact avec un microbe ou un virus ou un irritant local chroniquement subi. On a trop focalisé sur le microbe, le virus ou le toxique cancérogène et pas assez sur le sujet, sur son histoire passée et présente, ses rapports avec son environnement. Les toxiques eux-mêmes doivent sans doute présenter une toxicité variable suivant le contexte et le statut social de l'individu qu'ils atteignent. (...)." >>>2016-09-29 16:47:21Baudouin Labrique446445l'ibuprofène est sur le marché depuis près de quarante ans,il est normal que certains effets secondaires possibles deviennent manifestes à terme,n'en déplaise aux criticards de l'industrie pharmaceutique,car c'est de cela qu'il s'agit dans la majorité des cas de ce genre. Monsieur Debille:vous avez parfaitement raison,le reste est pseudo science.Point barre! Ma mère avait eu dans son adolescence le rhumatisme articulaire tros fois,autrement dit la maladie de Boullaud,les antibiotiques n'existaient pas encore,résultat:une myocardite qui fut la cause de sa mort prématurée.2016-09-29 15:50:28Emile HESTA446429M Labrique : A quoi peuvent bien servir toutes les études que vous décrivez ? Si elles servent à démontrer que la médecine est néfaste pour la santé, c'est ridicule ... Mes parents ont vécu une partie de leur vie dans l'entre-deux guerres, chez ma mère, comme dans beaucoup de familles de l'époque, il y a eu dix enfants sans compter les fausses couches ... Cinq ont survécu ... Les cinq autres sont morts faute de traitement adéquat. Rappelez-vous la moyenne d'âge d'il y a à peine un siècle avant de prêcher pour votre psychobiologie, une infection bactérienne n'est pas psychosomatique !2016-09-29 15:28:46Eric Debille446395L'ibuprofène a d'autres inconvénients largement sous-estimés. Il affaiblit l'immunité et sa prise pendant une varicelle augmente énormément les risques de surinfection bactérienne. On a également rapporté des décès d'angine à streptocoque, maladie considérée comme bénigne, et malgré un traitement antibiotique adapté, chez des enfants traités à l'ibuprofène.2016-09-29 14:56:29Baudouin Petit446387Dans cette histoire, il y a un manipulateur, une manipulée et un cocu. Une danse à trois, c'est le manipulateur qui faisait danser les deux autres au son de son violon infernal. Il est évident que la prise de médicament (pourquoi ?) anti-anxioté, anti-stress, anti ... ajouté à de bonnes doses d'alcool. Cela peut déboucher sur des crises ... et pourquoi pas une crise d'épilepsie ? C'est violent et incontrôlable. Bref, nous assistons a un vaudeville en "live". Dire que le cocu voulait diriger la région.2016-09-29 14:48:28Soline Phebus446219@ Christine Ergo. Ne négligez pas la piste psychobiologique. un livre à lire : "Et si la maladie n'était pas un hasard)" du Dr Pierre-Jean THOMAS-LAMOTTE. Plus de détails sur les aspects psychobiologiques des maladies : http://www.retrouversonnord.be/psychobiologie.htm2016-09-29 11:39:35Baudouin Labrique446201Etant donné que je ne veux pas entendre parler d'opération aux genoux, je continuerai à prendre des anti-inflammatoires (Ibuprofène 600 et Dicoflenac), quand j'ai une crise d'arthrose violente ou mal au dos.2016-09-29 11:18:16Christine Ergo446191Suite et fin. (2) "En Belgique, plus de 1 500 personnes décéderaient chaque année suite à une hospitalisation"un "événement indésirable" survient "dans un cas sur dix", source Le Soir du 16 janvier 2009 (http://archives.lesoir.be/?action=nav&gps=682987 ). >>> (3) JAMA, n° 284 de juillet 2000. (4) Publié dans Life Extension Magazine, établi par les Drs Gary Null, Carolyn Dean, Martin Feldman, Debora Rasio et Dorothy Smith (http://www.silvergen.com/Death%20by%20Medicine.htm). Vu la ressemblance des systèmes de santé en Europe, les chiffres des statistiques qui lui seraient propres ne devraient pas fortement différer.2016-09-29 11:11:22Baudouin Labrique446189Suite. la médecine est devenue "la première cause de mortalité hospitalière aux USA" : >>> Patients souffrant d'effets secondaires des prescriptions de l'hôpital : 2,2 millions par an - Antibiotiques inutiles prescrits pour infections virales : 20 millions par an - Procédures médicales et chirurgicales inutiles : 7,5 millions par an - Hospitalisations inutiles : 8,9 millions par an - Morts causées par la médecine conventionnelle : 783 936 en 2003 (4). (1) D'après la revue scientifique Sciences et Avenir de décembre 2006 dans un dossier de cinq pageselle relate qu'en France "le système de pharmacovigilance, chargé de détecter et prévenir les effets secondaires des traitements, n'en décèlerait que 5 %".>>>2016-09-29 11:10:04Baudouin Labrique446187Extrait du livre : "Quand les thérapeutes dérapent" : "La Mort par la médecine" "Voici un alignement de conclusions de quelques études dignes de foi, à propos des effets mortifères de la médecine. "Les médicaments tuent plus que les accidents de la route", constate la revue scientifique Science et Avenir(1)en Belgique, "les hôpitaux sont plus meurtriers que la route"(2)ce qui ne devrait pas être différent ailleurs dans le monde, Outre-Atlantique, le réputé Journal of the American Medical Association avait établi que la troisième cause de mortalité aux États-Unis était "les médecins et la pharmacie" (effets mortels des traitements et médicaments), ce qui provoquerait "250 000 morts par an"(3). Le rapport américain "La Mort par la médecine" (2004) a rassemblé toute la littérature médicale des États-Unis dans une étude rigoureuse et détaillée : la médecine est devenue "la première cause de mortalité hospitalière2016-09-29 11:06:06Baudouin Labrique5563092016-09-29 10:28:512016-09-29 10:28:52TimePas de parutionNormalArticleLe VifPar Le VifSantéLeVif

Prendre de l'Ibuprofène augmente les problèmes cardiaques

La prise d'antidouleurs et d'anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) courants augmente l'insuffisance cardiaque, selon une étude relayée par le Time.

yesMarie Gathon2016-09-29 10:29:10http://www.levif.be/actualite/sante/prendre-de-l-ibuprofene-augmente-les-problemes-cardiaques/article-normal-556309.htmlhttp://m.levif.be/actualite/sante/prendre-de-l-ibuprofene-augmente-les-problemes-cardiaques/article-normal-556309.htmlhttp://www.levif.be/actualite/sante/http://m.levif.be/actualite/sante/
Prendre de l'Ibuprofène augmente les problèmes cardiaques

Les anti-inflammatoires sont couramment utilisés contre les infections liées à une maladie, la douleur, la fièvre, l'état grippal, etc.

Mais des études récentes viennent de révéler des effets secondaires graves liés à la prise de ces médicaments, y compris une augmentation des risques d'insuffisance cardiaque.

Giovanni Corrao, de l'Université de Milano-Bicocca, et son équipe ont étudié les données de 10 millions d'utilisateurs d'AINS aux Pays-Bas, en Italie, en Allemagne et au Royaume-Uni pour mieux comprendre si les AINS, aussi, représentaient un risque pour le coeur.

Les participants ont ingéré 27 sortes d'AINS différents, y compris quatre inhibiteurs COX-2 (une catégorie d'AINS soupçonnés d'être plus dangereux pour le coeur). En comparant avec les résultats cardiaques des personnes ne consommant pas d'anti-inflammatoires, les chercheurs ont constaté que les personnes utilisant des antidouleurs avaient 19 % de risques en plus d'être hospitalisées pour insuffisance cardiaque. Plus la dose d'AINS était élevée et plus le risque était élevé également.

Sept médicaments en particulier ont été pointés par l'étude : l'ibuprofène, le naproxène, le diclofénac, l'indométacine, le kétorolac, le nimésulide et le piroxicam. Deux inhibiteurs COX-2, l'étoricoxib et le rofécoxib ont également été liés à un risque plus élevé.

L'étude a, par ailleurs, démontré que les AINS empiraient l'état des personnes souffrant déjà de problèmes cardiaques, mais qu'ils ont des effets négatifs également sur les personnes sans antécédents. De plus, les COX-2 qui suscitaient le plus d'inquiétude ont montré des résultats similaires aux autres AINS.

Ces résultats ne signifient pas pour autant que les analgésiques sur ordonnance provoquent de l'insuffisance cardiaque. Mais ils suggèrent que les médecins prescrivant ces médicaments devraient discuter du risque potentiel avec leurs patients et être plus conscients des facteurs de risque cardiaques qui pourraient rendre les médicaments plus risqués pour certains.

LOW77vif-leVifLereporterhttp://www.levif.be/actualite/auteurs/le-vif-77.htmlhttp://m.levif.be/actualite/auteurs/le-vif-77.htmlGiovanni CorraoCOXPays-BasAllemagneRoyaume-UniAINS