Syrie - Reynders veut la clarté sur les armes chimiques, demande une "totale coopération" de Damas

22/08/13 à 00:20 - Mise à jour à 00:20

Source: Le Vif

(Belga) Le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, "a pris connaissance avec horreur des informations faisant état de plusieurs centaines de morts civils suite à une attaque par armes chimiques en Syrie", selon un communiqué diffusé par les Affaires étrangères. Il réclame "toute la clarté" et attend "une totale coopération" de Damas à l'enquête.

"L'utilisation d'armes chimiques contre la population civile est un crime de guerre très grave que rien ne peut justifier", souligne le ministre, pour qui les allégations "doivent être vérifiées aussi vite que possible par la commission d'experts des Nations-Unies qui a été mandatée pour enquêter sur les autres cas d'utilisation possible d'armes chimiques en Syrie et qui vient précisément d'arriver sur place". L'opposition syrienne a affirmé mercredi que le régime avait tué 1.300 personnes dans une attaque chimique près de Damas - une affirmation démentie par le régime, tandis que la Russie, son alliée, a évoqué une "provocation" de l'opposition. Les pays occidentaux, dont certains avaient fait du recours aux armes chimiques le seuil critique avant une possible intervention militaire, ont quant à eux évoqué "des informations crédibles" sur le sujet et demandé une enquête de l'ONU. Le Conseil de sécurité de l'ONU s'est réuni en urgence et a entamé mercredi soir des consultations à huis clos. Une vingtaine d'inspecteurs des Nations unies viennent justement d'arriver en Syrie pour enquêter sur de précédentes accusations d'utilisation d'armes chimiques ces derniers mois. L'accord entre Damas et l'ONU limite toutefois leur mission à Khan al-Assal (près d'Alep), Ataybé, près de Damas, et à Homs, dans le centre du pays. (Belga)

Nos partenaires