Syrie: le président du parlement européen critique Paris et Londres

15/03/13 à 14:56 - Mise à jour à 14:56

Source: Le Vif

(Belga) Le président du parlement européen, Martin Schulz, a critiqué vendredi Londres et Paris pour avoir rouvert le débat sur la nécessité de la levée de l'embargo sur la fourniture d'armes aux forces de l'opposition syrienne.

"J'aimerais que nous ne fassions pas de nouveau la même erreur au sein de l'UE que nous voyons souvent, c'est-à-dire que des pays parlent individuellement avant les autres", a dit le social-démocrate allemand, dans un entretien à la télévision allemande N24. "Nous devons discuter tranquillement (pour savoir) si la levée de l'embargo peut atteindre l'objectif de remplacer enfin Assad par un gouvernement démocratique", a-t-il ajouté. "Cela nécessite un examen approfondi. Car Mme Merkel n'a pas totalement tort sur cette question. Des livraisons d'armes à l'opposition entraînent d'autres livraisons d'armes au régime d'Assad par d'autres pays. Par conséquent, ce serait mieux d'avoir une position commune", a-t-il ajouté. Réagissant aux prises de positions britannique et française, la chancelière allemande Angela Merkel avait plaidé la prudence jeudi soir: "nous devons faire attention" à ce que le régime "ne reçoive pas encore plus d'armes de la part de pays" qui le soutiennent. Vendredi le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, a annoncé que l'Union européenne allait tenter de trouver la semaine prochaine une "position commune" sur la question de la livraison d'armes à l'opposition syrienne. Les 27 pays de l'Union européenne avaient décidé fin février de proroger de trois mois, soit jusqu'à la fin du mois de mai, les sanctions contre la Syrie, dont l'embargo sur les armes. Ils avaient toutefois levé les restrictions sur la fourniture d'équipements non-létaux et sur l'assistance technique "pour aider l'opposition et protéger les civils". (EDR)

Nos partenaires