Syrie - Damas se dit prête à accueillir à la commission d'enquête sur les armes chimiques

09/05/13 à 21:06 - Mise à jour à 21:06

Source: Le Vif

(Belga) La Syrie est prête à accueillir immédiatement la commission d'enquête de l'ONU sur les armes chimiques, et affirmer le contraire est un "mensonge", a affirmé le vice-ministre syrien des Affaires étrangères, dans un entretien exclusif à l'AFP.

"Nous étions prêts et nous sommes toujours prêts maintenant, à cette minute, à accueillir la délégation telle qu'elle a été établie par (le secrétaire général de l'ONU) Ban Ki-moon pour enquêter sur ce qui s'est passé à Khan al-Assal", a déclaré M. Fayçal Moqdad. "Nous avions ajouté que si l'enquête à Khan al-Assal s'avérait professionnelle, honnête, neutre nous serions d'accord pour examiner les autres cas", a-t-il ajouté. Le régime syrien a accusé l'opposition d'avoir eu recours à des armes chimiques le 23 mars à Khan al-Assal près d'Alep (nord) et a demandé une enquête de l'ONU. Mais selon l'ONU, Damas refuse que les enquêteurs se penchent aussi sur des accusations similaires portées contre l'armée syrienne par Londres et Paris et concernant des incidents à Khan al-Assal ainsi qu'à Homs (centre), le 23 décembre 2012. "Les rumeurs selon lesquelles la Syrie a empêché la mission de venir sont absolument incorrectes, folles et inacceptables. C'est un grand mensonge", a-t-il ajouté. Une Commission d'experts a été mandatée fin mars par le secrétaire général de l'ONU pour faire la lumière sur l'usage éventuel d'armes chimiques en Syrie, mais selon l'ONU elle s'est vue refuser en avril l'accès au pays par le gouvernement syrien. "Ce n'est pas nous en Syrie qui empêchons l'équipe mise en place par le secrétariat (de l'ONU) de venir en Syrie, c'est le secrétariat de l'ONU sur instruction et pression de la France, de la Grande-Bretagne et des groupes armés. Ils ne veulent pas qu'elle vienne", a affirmé le ministre (Belga)

Nos partenaires