"Sur base de quels critères la Sûreté de l'Etat espionne-t-elle les politiques?"

02/02/13 à 20:50 - Mise à jour à 20:50

Source: Le Vif

(Belga) La N-VA demande l'audition des ministres de l'Intérieur et de la Justice ainsi que de l'administrateur général de la Sûreté de l'Etat à propos du rapport secret divulgué samedi - selon lequel la Sûreté de l'Etat vérifie si les politiques ont des contacts avec des organisations sectaires -, a fait savoir le parti samedi dans un communiqué.

"La Sûreté de l'Etat justifie l'espionnage des parlementaires en affirmant que des organisations sectaires tentent d'influencer les processus de décisions, d'adapter des lois ou d'exercer leur influence", indique le vice-président de la N-VA, Ben Weyts. "Si elle juge que ces soupçons sont suffisants pour espionner les hommes politiques, alors je crains que nous soyons ou que nous puissions être suivis dans n'importe quel domaine", s'est-il indigné. "Dans une démocratie parlementaire, le parlement contrôle le gouvernement et les institutions étatiques comme la Sûreté d'Etat. Ce n'est pas l'inverse", a-t-il poursuivi. La N-VA s'interroge: "sur base de quels critères la sûreté de l'Etat se permet-elle d'espionner les parlementaires ?". Le parti demande l'audition des ministres de l'Intérieur et de la Justice ainsi que de l'administrateur général de la Sûreté de l'Etat. Et ce, "non pas derrière des portes closes, mais ouvertement. Car il ne s'agit pas ici de discuter des détails d'un dossier, mais bien des règles de base de notre démocratie parlementaire", conclut la N-VA. (KURT DESPLENTER)

Nos partenaires