Succession royale - La Belgique se prépare à vivre un 21 juillet historique

21/07/13 à 05:35 - Mise à jour à 05:35

Source: Le Vif

(Belga) La Belgique se prépare à vivre un 21 juillet historique, dimanche, avec la signature de l'acte d'abdication du chef de l'état, actuel, le roi Albert II, en milieu de matinée, et l'accession au trône, dans la foulée de son fils, le prince Philippe. Celui-ci est appelé à devenir le septième roi des Belges, après sa prestation de serment vers midi au parlement fédéral.

Succession royale - La Belgique se prépare à vivre un 21 juillet historique

L'ouverture de ce nouveau chapitre de l'histoire du pays sera marquée du sceau de la sobriété dans une période de crise que traversent l'ensemble des pays européens. Il coïncide ainsi volontairement avec la Fête nationale, son lot d'hommages militaires et civils, et la clôture des festivités des 20 ans de règne d'Albert II. Le déploiement des troupes à l'occasion du défilé sera lui-même empreint de sobriété, à l'occasion du premier passage en revue des troupes par le nouveau roi, qui rendra hommage au soldat inconnu. Agé de 53 ans, le prince Philippe accède au trône alors que le pays achève d'écrire un nouvel épisode du grand livre des réformes de l'état qui pour la première fois donnera plus de poids aux entités fédérées qu'à l'état fédéral. Le prince Philippe devient roi, alors que certains, plus nombreux au nord du pays, qu'au sud voudraient voir le souverain jouer un rôle plus protocolaire. Ses longues années de préparation à la fonction royale, entamées sous le règle du Roi Baudouin, ont coïncidé avec une mutation de la société belge et des velléités de décentralisation accentuées, mais aussi pour cet homme d'un naturel plutôt réservé, avec une pression médiatique à laquelle il a parfois répondu de manière inappropriée, aux yeux de la classe politique. Intempestives ou non, ces sorties ont été révélatrices de la difficulté de la place de prince héritier dont la Constitution ne dit mot. Mais depuis cinq ans, et en particulier depuis que les premières rumeurs d'abdication du Roi Albert II ont commencé à circuler, le prince Philippe s'est concentré sur sa mission à la tête des Missions économiques où a pris de l'assurance, fort du soutien de très nombreux chefs d'entreprise qui ont reconnu son apport. (Belga)

Nos partenaires