Stade national - Le gouvernement bruxellois s'entête dans un choix coûteux, estiment les FDF

02/12/13 à 14:54 - Mise à jour à 14:54

Source: Le Vif

(Belga) En n'étudiant que le scénario de Grimbergen et en refusant de mener une étude comparative sur la rénovation du stade Roi Baudouin, le gouvernement bruxellois s'entête dans un choix coûteux pour les contribuables, a estimé lundi le député FDF Emmanuel de Bock, à l'annonce du nouveau pas franchi dans les négociations sur la construction d'un nouveau stade national sur le site du parking C au Heysel.

Stade national - Le gouvernement bruxellois s'entête dans un choix coûteux, estiment les FDF

"Le scénario du gouvernement bruxellois représente un scandale financier inadmissible en période de crise qui fera notre risée internationale: le maintien de deux stades à moins d'un kilomètre de distance, 60 millions d'euros investis dans le stade Roi Baudouin en pure perte il y a 15 ans, et un investissement d'au moins 300 millions d'euros dans un nouveau stade alors que tous les exemples étrangers montrent l'indispensable intervention publique...", a commenté le député FDF. Selon Emmanuel De Bock, à Bordeaux et à Nice, la construction des nouveaux stades de l'Euro 2016 qui accueillent des clubs résidents partenaires financiers n'a été possible que par l'intervention des pouvoirs publics qui ont payé 40% de la facture, soit l'équivalent de 120 millions d'euros pour Bruxelles. Par ailleurs, le tout nouveau stade Allianz Riviera de Nice (35.000 places) qui accueillera des matchs de l'Euro 2016 est un stade trois étoiles comme le Stade Roi Baudouin. "Il est donc tout à fait possible, contrairement à ce que racontent les décideurs de la Ville, de voir l'actuel Stade Roi Baudouin accueillir l'Euro 2020 moyennant des rénovations moins coûteuses que le scénario construction-démolition", a-t-il ajouté. L'élu des Fédéralistes Démocrates Francophones a aussi reproché au gouvernement bruxellois de masquer sa participation dans le stade en la noyant dans les budgets "Néo" de réaménagement du Heysel. Emmanuel De Bock perçoit enfin "un risque immense de se voir imposer un grand troc avec la Flandre: l'élargissement du Ring contre le nouveau stade". (Belga)

Nos partenaires