Soudan du Sud: une base de l'ONU attaquée, trois Casques bleus tués

20/12/13 à 00:23 - Mise à jour à 00:23

Source: Le Vif

(Belga) Une base de l'ONU au Soudan du Sud a été attaquée jeudi et trois Casques bleus ont été tués, nouvelle escalade de la violence dans ce pays ensanglanté depuis dimanche par des combats entre factions de l'armée.

Soudan du Sud: une base de l'ONU attaquée, trois Casques bleus tués

L'ancien vice-président du Soudan du Sud Riek Machar, accusé d'avoir initié ces combats, a appelé jeudi au renversement du président Salva Kiir et a dit n'accepter de discuter que des conditions de son départ. L'ONU a perdu jeudi le contact avec sa base d'Akobo à Jonglei, dans l'est du Soudan du Sud, qui avait été attaquée plus tôt dans la journée, a annoncé un porte-parole adjoint des Nations unies, Fahran Haq, à New York. "Nous ne sommes plus en contact avec la base d'Akobo", a-t-il dit. Trois Casques bleus indiens ont été tués dans cette attaque, a indiqué l'ambassadeur indien à l'ONU Asoke Mukerji, lors d'un débat à l'ONU à New York. Le porte-parole adjoint de l'ONU avait indiqué précédemment que trois Casques bleus indiens de la Mission de l'ONU au Soudan du Sud (Minuss) et peut-être aussi un civil travaillant pour la Mission, étaient portés disparus après cette attaque menée par des membres de l'ethnie Nuer. Quarante des 43 Casques bleus indiens stationnés à Akobo ont été transférés dans un camp militaire de l'armée sud-soudanaise, selon la même source. Selon l'ONU, une trentaine de civils de l'ethnie Dinka s'étaient réfugiés sur la base. Plus tôt dans la journée, Farhan Haq avait aussi évoqué des "informations non confirmées" sur la mort de plusieurs étudiants tués par les forces de sécurité à l'université de Juba. Riek Machar, accusé par les autorités d'avoir déclenché les violences par une tentative de coup d'Etat, a appelé jeudi l'armée et le parti au pouvoir, le SPLM, à "renverser Salva Kiir". (Belga)

Nos partenaires