Sommet UE: "Moi je viens chercher un compromis, pas poser un ultimatum"

22/11/12 à 18:11 - Mise à jour à 18:11

Source: Le Vif

(Belga) Le président français François Hollande, à rebours de certaines positions intransigeantes adoptées par certains dirigeants européens, s'est dit jeudi prêt au compromis sur le prochain cadre financier pluriannuel de l'Union européenne.

"Moi, je viens chercher un compromis, pas poser un ultimatum", a-t-il assuré à son arrivée au Juste Lipse, siège du Conseil européen où se réuniront les Vingt-sept pour deux jours, dès jeudi soir. Le président français s'est toutefois dit favorable à une modération du budget européen, lequel devrait être davantage orienté vers la croissance. "L'Europe doit avoir un budget maîtrisé", a-t-il plaidé, "mais cela doit être un budget de croissance (...) dans l'intérêt des Européens". Interrogé par la presse sur l'attachement de la France à préserver les budgets dévoués à la Politique agricole commune (PAC) -dont la France est la première bénéficiaire-, M. Hollande a répliqué: "La PAC n'est pas une politique française, mais une politique européenne". "La PAC, c'est ce qui nous permet de nourrir notre population", a-t-il fait valoir. Loin des menaces de veto brandies par certains dirigeants, le président français a estimé que seul le dialogue permettrait d'avancer. "L'Europe c'est un compromis", a-t-il lancé avant l'ouverture du conclave, formulant le voeu que la France et l'Allemagne puissent être "le moteur pour ce compromis". Dans cette optique, les dirigeants des deux pays ont convenu de se voir en aparté avant l'ouverture formelle des négociations en plénière, jeudi soir. (VIM)

Nos partenaires